Trafic de bois en Casamance : L’Armée poursuit les délinquants jusqu’en Gambie

Trafic de bois en Casamance : L’Armée poursuit les délinquants jusqu’en Gambie

Les Forces de défenses et de sécurité sont déterminés à mettre fin au trafic de bois en Casamance avec la traque des délinquants jusqu’à la frontière avec la Gambie où s’opère le business. Hier, elles ont dû poursuivre un camion chargé de bois, qui avait réussi à atteindre un village gambien. Malgré l’opposition des populations locales, l’Armée était décidée à récupérer le chargement.

Que dire ? Le trafic de bois de Casamance empoisonne les relations entre le Sénégal et la Gambie. Hier, une scène invraisemblable s’est produite dans la zone de Diouloulou, qui met en scène des militaires et des agents des eaux et forêts déterminés à récupérer un camion chargé au niveau d’un village gambien appelé Omorto. Selon des sources de nos confrères du journal Le Quotidien, il règne sur place une vive tension avec la résistance des villageois refusant que le bois retourne au Sénégal. Les populations s’opposent à la récupération du chargement en estimant que “le véhicule se trouve en territoire gambien”.

Dans la soirée, la hiérarchie militaire avait donné des instructions à ses homme sur le terrain à aller “récupérer le camion conformément aux accords internationaux”. Comme convenu entre les Présidents Macky Sall et Adama Barrow lors du dernier conseil présidentiel sénégalo-gambien, le Sénégal exerce désormais un droit de poursuite en Gambie contre les coupeurs de bois clandestins qui opèrent en Casamance. Plus tard dans la soirée d’hier, un renfort a quitté Ziguinchor pour aller soutenir les éléments présents à Diouloulou. Alors que les agents des Eaux et Forêts étaient à Diouloulou pour s’occuper du ressortissant gambien arrêté et placé en garde à vue à la Brigade de gendarmerie de la localité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *