DISPARITION DE LA MEILLEURE AMIE DE DIARY SOW : SERIGNE MBAYE THIAM DÉMENT

La meilleure amie de Diary Sow, portée disparue à Paris, est saine et sauve. Les informations émanant de sa probable disparition sont fausses. « Meilleure amie de Diary SOW introuvable et injoignable : information fausse. Pendant que j’ai passé une bonne partie de la journée avec la famille de Diary à Malicounda, j’ai échangé à plusieurs reprises avec cette fille en présence de la maman de Diary qui lui a aussi parlé », a twitté l’ancien ministre de l’Education, devenu tuteur de la meilleure élève du Sénégal en 2018 et 2019.

La jeune étudiante en cours préparatoires au lycée Louis Le Grand à Paris est portée disparue depuis 5 jours. La police française, en collaboration avec le service de gestion des étudiants à Paris, a ouvert une enquête.

LA HAUSSE DES CAS DE COVID-19 PRÉOCCUPE LES JOURNAUX

 Les inquiétudes liées à la remontée de la courbe de contamination du nouveau coronavirus et les missions de la ’’Task-force républicaine’’ de l’Alliance pour la République (APR, au pouvoir) sont les principaux sujets au menu des quotidiens reçus lundi à l’APS.
 Lii quotidien s’alarme de la tendance haussière de la pandémie de Covid-19 et affiche à sa Une : ’’Les cas explosent, les autorités s’affolent’’. 
 ’’La crainte d’une seconde vague de contaminations de Covid-19 hante le sommeil des autorités étatiques. Depuis l’annonce par le président Macky Sall en conseil des ministres du durcissement des mesures de lutte contre la Covid-19 avec le port obligatoire du masque (…), les forces de l’ordre sont sur le pied de guerre’’, note le journal.
 ’’Elles ont démarré depuis dimanche, le contrôle de tous les véhicules de transport en commun en procédant à des arrestations suivies de paiement d’une amende de 3000 francs Cfa’’, selon Lii quotidien.
 Libération signale qu’entre samedi et dimanche, 180 nouveaux cas de Covid-19 et un décès lié à la maladie ont été enregistrés. Le journal rapporte que le ministre de la Santé et de l’Action sociale a encore sonné l’alerte : ‘’Nous ne sommes pas à l’abri d’une seconde vague’’.
 L’Observateur rapporte que ‘’la hausse exceptionnelle des cas de patients atteints de Covid-19 commence à inquiéter sérieusement les centres de traitements des épidémies (CTE) du ministère de la Santé (…). Face à la nouvelle vague de contaminations, les deux structures d’accueil encore ouvertes-Dalal Jamm et Fann-sont submergés par l’affluence des malades’’.
 En politique, L’As signale que Macky Sall multiplie les audiences pour recoller ‘’les lambeaux de l’Alliance pour la République ’’.

Selon le journal, Macky Sall a reçu le week-end son vieil ami Moustapha Cissé Lô. Moustapha Diakhaté et Yaya Sow sont sur ‘’la liste des cibles’’, croît savoir le journal.
 Le journal fait aussi savoir qu’une trentaine de responsables du parti ont été désignés pour composer une équipe ‘’dans le but de défendre la vision du chef de l’Etat et de lui servir de boucliers et éventuellement assurer sa relève. Ils se sont retrouvés à Saly Portdual dimanche. La ‘’troupe’’ a été baptisée ‘’Task-force républicaine’’.
 Cette ‘’task-force’’ est ‘’la nouvelle voix de l’APR’’, selon le quotidien Enquête qui explique que ‘’face à la crise qui couve dans le parti, Macky Sall arme ses jeunes loups pour +porter le combat politique’’.

‘’Le président a choisi 7 ministres, 3 députés et 20 directeurs généraux pour constituer sa Task-force républicaine’’, écrit Enquête.
 Pour Source A, ‘’ce bataillon de responsables est chargé de prendre en charge la réflexion, de porter des initiatives politiques et de préparer à assurer la relève et la pérennisation du parti présidentiel’’.
 ’’Macky Sall aiguise ses seconds couteaux’’, selon Kritik qui écrit : ’’Les enjeux autour du mandat présidentiel, les options politiques du chef de l’Etat, le devoir de survie dans une période de recomposition politique mais aussi et surtout de redorer l’image de l’APR et la gouvernance de Macky Sall. Les missions assignées aux trente débatteurs du parti présidentiel augurent des joutes verbales acerbes avec l’opposition. Le ton a été donné, hier, à Saly, avec la bénédiction du Palais’’.
 Sud Quotidien s’intéresse à l’impact des retrouvailles Macky Sall-Idrissa Seck et titre : ’’Bennoo en danger de mort !’’. Pour le journal, les retrouvailles entre le président de la République et son principal opposant lors de la dernière élection présidentielle (….) remettent à l’ordre du jour la question de l’avenir de la majorité au pouvoir depuis 2012’’, estime Sud.

Grave accident à Khar Yalla: Des poteaux de la Senelec tuent deux enfants

Des poteaux électriques de la Senelec ont semé la désolation à Khar Yalla. Ils ont tué deux enfants qui jouaient à côté et sectionné les pieds d’un troisième.

Selon un témoin, lesdits poteaux, en béton, avaient été mal entreposés sur les lieux. «Les enfants jouaient à côté. L’un des poteaux n’était pas bien posé. Il est tombé sur eux.  Puis nous avons accouru. L’un d’entre eux, grièvement touché, n’a émis qu’un cri avant de rendre l’âme. Un autre a été touché au cou. Il est mort sur le coup. Celui qui est encore en vie a vu ses pieds sectionnés», explique-t-il.

Des jeunes, qui jouent habituellement au terrain de football du quartier, disent pourtant avoir signifié à ceux qui entreposaient ces poteaux sur ces lieux, que ce n’était pas bien rangé. «Ils n’ont pas posé ces poteaux de façon sûre. On les avait défendu de continuer», expliquent-ils. Malheureusement, leurs craintes ont fini par se matérialiser. Et de la pire des manières.

Après Pastef et Jengu, la saignée continue dans la Coalition JOTNA !

La saignée continue dans Coalition JOTNA. En effet,  après la sortie de Jengu et de Pastef, la Plateforme Politique Avenir Senegaal Bi Nu Begg aussi claque la porte.

«Tenant compte des événements qui ont marqué l’espace politique récemment, ainsi que des mutations en cours au sein de ladite coalition, le Secrétariat Politique National de la plateforme a décidé de cesser toute activité dans la coalition JOTNA à compter de ce lundi 09 novembre 2020 », a-t-elle annoncé.

La Plateforme Avenir Senegaal Bi Nu Begg dit s’ouvrir désormais aux partis et mouvements politiques animés du même esprit pour bâtir une alliance stratégique sincère, constructive et fondée sur des valeurs partagées.

Elle réaffirme son engagement à œuvrer pour le renouvellement du personnel et des pratiques politiques, en fondant son action sur la compétence, l’intégrité, le patriotisme, le culte de l’intérêt général, entre autres valeurs.

Pour rappel, la vague de sortie de ladite coalition a été amorcée par Pcs/Jengu de Boubacar Camara. Puis, une polémique s’est installée sur l’audience accordée par le chef de l’Etat à ce dernier.

Après les précisions formulées par Ousmane Sonko à ce sujet, son parti a, lui aussi, décidé de quitter la coalition. Aujourd’hui, c’est au tour de La Plateforme Avenir Senegaal Bi Nu Begg de partir.

Jeunesse africaine, candidate à l’immigration clandestine, restons chez nous!

Nous présentons nos condoléances les plus attristées aux familles endeuillées suite à l’explosion du moteur d’une pirogue qui transportait des compatriotes candidats à l’immigration clandestine. Nous sommes meurtris de voir des dizaines de jeunes engloutis dans l’océan pour avoir tenté de rejoindre l’autre bout de la Méditerranée à travers des embarcations de fortune. Cette situation devient de plus en plus récurrente. Nos gouvernants préfèrent développer la politique de l’autruche pour ne pas exposer au grand jour leurs échecs. Tandis que beaucoup d’observateurs en font un sujet de délation et de faits divers.

Nous devons, cependant, tenir un langage de vérité à cette jeunesse désorientée et laissée à elle-même. La mauvaise gestion de nos pays par des gouvernants ignorants totalement l’ordre des priorités est bien évidemment une cause de découragement d’une jeunesse sans emploi et totalement vulnérable. Mais cette gestion n’a que peu à voir avec le choix d’affronter la mort face à bien d’autres choix.En effet, le seul choix qui se présente à cette jeunesse n’est évidement pas Barcelone ou la mort comme on semble vouloir nous le faire croire. Aucune situation précaire ne peut justifier d’aller affronter la mort, fuyant son pays et renonçant à tout combat de survie pour sa propre destinée et pour celle de son peuple.

Cette situation est d’autant plus regrettable que certains parmi les candidats, ont parfois déjà un travail qu’ils évaluent comme étant moins valeureux que le titre d’émigré « venant de… ». Ils ont choisi de s’en éloigner en risquant leur vie.D’autres ont rassemblé un montant financier assez conséquent pouvant leur permettre d’entreprendre, de commencer petit en rêvant grand. Obnubilés par une richesse croissante, ils courent le risque de tout perdre au fond de l’océan. À cette jeunesse, il faudra faire comprendre sa part de responbilité et ne pas se limiter à incriminer un État dont l’échec de sa politique d’emploi n’est plus à démontrer. Pour moins que ce que les candidats à l’immigration regroupent pour embarquer dans des bateaux de fortune, des habitants du monde ont pu construire des empires financiers. Steve Jobs était avant sa mort le PDG d’Apple, capitalisée en bourse pour le montant astronomique de plus de 571 milliards de dollars.

Et pourtant pour fonder Apple il a même dû vendre son véhicule personnel à ses débuts.Aliko Dangote, l’homme le plus riche d’Afrique, s’est lancé dans les affaires grâce à un prêt de son grand-père. Il est aujourd’hui à la tête d’un groupe diversifié qui vaut plus de 23,2 milliards de dollars.Il en est de même de John Paul DeJoria, ancien SDF devenu milliardaire avec une fortune personnelle estimée à 3 milliards de dollars et tant d’autres.Sous nos cieux au Sénégal, malgré les difficultés inhérentes à notre système de gouvernance, beaucoup de compatriotes pourront être pris comme exemple parce qu’ayant débuté avec presque rien pour finalement être de puissants employeurs. « Barça ou Barsak » signifiant « Barcelone ou la mort » est un slogan qui doit disparaître du jargon de la jeunesse. Cela nous coûte cher et coûte beaucoup aux familles endeuillées.

D’ailleurs, il serait intéressant de se poser la question de savoir pourquoi voyager dans des conditions mettant en péril sa vie sans avoir la garantie d’une d’une réussite une fois sur place ? Quel sens donner à cette forme de jeu de dés dont toutes les faces peuvent être zéro ?Cette démarche qui conduit souvent à transformer des candidats au départ en candidat au retour après quelques moments de séjour n’est ni à féliciter ni à encourager. Elle doit être plutôt découragée.Faisons en sorte que notre jeunesse croit en elle-même et travaille en conséquence a la place de tout reposer sur les ailes d’un Etat qui collectionne les échecs. « Afrique ou Afrique » devrait être le slogan patriotique qui doit nous engager à nous battre pour rehausser les valeurs de notre continent et amorcer son développement inclusif. Que chacun tente encore et encore : travailler pour son épanouissement personnel et pour celui du peuple africain.Ensemble, déterminés et endurants, nous y arriverons.

Thierno Bocoum President du mouvement AGIR

LE PAPE FRANÇOIS DIT “OUI” AUX CONTRATS D’UNION CIVILE POUR LES HOMOSEXUELS

Dans un documentaire-portrait diffusé au Festival international du film de Rome, mercredi, le chef argentin de l’Eglise catholique semble faire une nouvelle ouverture en direction des droits des couples de même sexe.

Au cours de sa première conférence de presse en tant que pape lors d’un voyage, François avait énoncé l’une des phrases les plus célèbres de son pontificat. « Si une personne est homosexuelle et cherche le Seigneur avec bonne volonté, qui suis-je pour la juger ? », avait interrogé le pontife jésuite en juillet 2013, laissant augurer une inflexion au Vatican sur la question.

Dans un documentaire-portrait diffusé pour la première fois au Festival international du film de Rome, mercredi 21 octobre, le chef argentin de l’Eglise catholique semble faire une nouvelle ouverture en direction des droits des homosexuels. Dans des extraits, sans doute montés, d’une interview, il se prononce en faveur des contrats d’union civile pour les couples de même sexe afin que les conjoints bénéficient d’une protection juridique. C’est la première fois qu’un pape plaide pour le pacs et les formules apparentées.

« Les personnes homosexuelles ont droit à être dans une famille, ce sont des enfants de Dieu, elles ont droit à une famille, affirme François dans ce film réalisé par Evgeny Afineevsky et intitulé Francesco. On ne peut évincer personne d’une famille, ni lui rendre la vie impossible à cause de cela. Ce que nous devons faire, c’est une loi d’union civile, elles ont le droit d’être légalement protégées. J’ai défendu cela. »

En parlant au passé, le pape fait sans doute référence – mais le documentaire ne précise pas le contexte de l’entretien – au temps où il était l’archevêque de Buenos Aires. A cette époque, en 2009-2010, il s’était vivement opposé au gouvernement argentin, dirigé par Cristina Kirchner, qui avait entrepris d’ouvrir le mariage aux couples de même sexe. Il s’était jeté dans la bataille politique et avait publiquement qualifié ce projet d’« attaque qui vise à détruire le plan de Dieu ». Il avait cependant tenté de convaincre, sans succès, les autres évêques d’accepter une union civile comme alternative au mariage homosexuel – en vain.

COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU 21 OCTOBRE 2020

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL, a présidé le Conseil des Ministres, le mercredi 21 octobre 2020, à 10 heures, au Palais de la République. 
 Le Chef de l’Etat a, à l’entame de sa communication, abordé la question de l’intensification du processus d’industrialisation au Sénégal. Il a, à ce titre, demandé aux Ministres en charge de l’industrie et de l’économie de finaliser l’actualisation consensuelle de la Stratégie nationale de Développement industriel, tout en invitant le secteur privé à relever, avec le Gouvernement, le défi de l’industrialisation.
 Le Chef de l’Etat a également indiqué aux Ministres en charge de l’industrie et de la Coopération, l’urgence d’assurer le développement soutenu de la deuxième phase de la plateforme industrielle de Diamniadio, en veillant à la fixation, avec les acteurs institutionnels et partenaires, de ses modalités de gestion.
 Le Président de la République a, au titre de la mise en place des agropoles pour intensifier l’aménagement et le développement territorial, demandé aux ministres sectoriels impliqués de prendre les dispositions appropriées pour la réalisation des quatre (4) agropoles prévus dans les zones et collectivités territoriales ciblées. Il a aussi rappelé au Conseil, qu’il rencontrera, le jeudi 22 octobre 2020, les élus territoriaux, à l’occasion de la tenue de la 1ère édition de la Journée nationale de la Décentralisation.
 Le Président de la République, revenant sur le développement des activités des minoteries installées au Sénégal, a signalé au Ministre du Travail l’importance d’accorder une attention particulière à la situation des travailleurs dans les grandes entreprises de ce secteur fortement créateurs de richesses et d’emplois ;
 Le Chef de l’Etat a, enfin, invité le Ministre du Commerce et le Ministre de l’Industrie à travailler de concert avec les industriels, les boulangers et les opérateurs économiques actifs dans le domaine, afin de faire du secteur de la minoterie, un pilier essentiel de la politique du « Produire et du Consommer local ».
 Le Président de la République, abordant la mobilisation optimale des ministères durant la session budgétaire, relative à l’examen du projet de loi de finances pour l’année 2021, a rappelé au Gouvernement l’impératif, pour chaque ministre, d’œuvrer, avec ses services, pour une participation de qualité aux travaux de l’Assemblée nationale.
 Le Chef de l’Etat a, au chapitre du climat social, de la gestion et du suivi des affaires intérieures, magnifié les brillants résultats des enseignants-chercheurs sénégalais à l’issue des travaux de la 42ème session des Comités consultatifs interafricains du CAMES.

Il a, dans cette dynamique, engagé les ministres concernés, en relation avec les autorités académiques à veiller à la préservation de certains enseignements spécifiques dans nos universités, ainsi qu’à la réorganisation académique de nombreuses formations dans des établissements publics spécialisés en adéquation avec les besoins et l’environnement.
 Le Président de la République a, notamment, invité le Ministre de l’Education, en relation avec le Ministre de la Famille, à mener des concertations avec les représentants des associations de maîtres coraniques, pour le traitement de leurs doléances dans le cadre de la consolidation du système éducatif et de la stabilité sociale.
 Le Chef de l’Etat a, par ailleurs, félicité et exhorté les établissements de crédits à poursuivre les initiatives visant à accorder aux entreprises et aux salariés des reports d’échéances sur les encours de crédits jusqu’en fin 2020. 
 Le Président de la République, pour conclure ce chapitre, a requis des Ministres en charge de l’Environnement et de la Géologie, un rapport exhaustif sur les risques géologiques qui menacent certains sites de la capitale et d’autres localités du pays.
 Le Chef de l’Etat a, abordé le suivi de la coopération et des partenariats en informant le Conseil des initiatives visant la réhabilitation et l’amélioration de l’exploitation de la ligne ferroviaire Dakar-Bamako.
 Le Président de la République a terminé sa communication sur son agenda diplomatique. Au titre des Communications, 
 Le Ministre d’Etat, Secrétaire général de la Présidence de la République dans sa communication sur la cérémonie d’ouverture des Ateliers thématiques du forum portant sur le « Bilan d’étape du Code minier de 2016 » qui s’est tenu à Diamniadio le 13 octobre 2020 sous sa présidence.
 Le Ministre des Finances et du Budget a rendu compte de la mobilisation des ressources financières, des dépenses liées à la pandémie de la COVID-19 et de l’exécution du budgetLe Ministre du Développement communautaire, de l’équité sociale et territoriale a fait une communication sur l’évaluation du Programme national de Bourse de Sécurité familiale.
 Le Ministre des Infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement a fait une communication portant sur la modernisation, la sécurisation et la rationalisation des services délivrés aux usagers des transports routiers.
 Le Ministre de la Santé et de l’action sociale a fait une communication sur la gestion de la pandémie, sur la démobilisation de certains centres de traitement épidémiologiques (CTE).
 Le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a fait le point sur la situation de la pluviométrie, le suivi des cultures, les exportations des produits horticoles.
 Le Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a fait une communication sur le système LMD, la restructuration de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et le Campus franco- sénégalais (CFS).
 Le Ministre, en charge des Collectivités territoriales a fait le point sur l’organisation prochaine de la première journée de la Décentralisation qui se tiendra à Diamniadio le 22 octobre 2020.
 Le Ministre du Développement industriel a fait le point sur les agropoles et sur l’actualisation de la politique industrielle.Le Ministre en charge des Relations avec les Institutions a fait le point sur l’agenda de la session budgétaire.
 Le Ministre, en charge du suivi du Plan Sénégal Emergent a fait le point sur les avancées et la mise en œuvre des réformes.
 Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a examiné et adopté :
 – Le projet de décret fixant les modalités de participation des investisseurs sénégalais dans les entreprises intervenant dans les activités pétrolières et gazières et classement des activités de l’amont pétrolier et gaziers dans les régimes exclusif, mixte et non-exclusif ;
 – Le projet de décret portant organisation fonctionnement du comité national de suivi du contenu local (CNSL) dans le secteur des hydrocarbures ;
 – Le projet de décret fixant les modalités d’alimentation et de fonctionnement du fonds d’appui au développement du contenu local (FADCL).
 Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :
 Monsieur Mbaba Coura NDIAYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde de solde n°513.808/I, précédemment Ministre- Conseiller à l’Ambassade du Sénégal à Beijing, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, avec résidence à Ouagadougou, en remplacement de Madame Khadidiatou Tall DIAGNE ; Monsieur Serigne DIEYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde de solde n°518.082/E, précédemment Ministre-Conseiller à l’Ambassade du Sénégal à Ottawa, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Abdelmajid TEBBOUNE, Président de la République Algérienne Démocratique et Populaire, avec résidence à Alger, en remplacement de Madame Anta Coulibaly DIALLO ;
 Monsieur Mame Oumar THIAW, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°616.206/C, précédemment Ministre- Conseiller à l’Ambassade du Sénégal à Washington, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Ali Bongo ONDIMBA, Président de la République gabonaise, avec résidence à Libreville, en remplacement de Monsieur Abdoul Ciré DIA ; Monsieur Saliou Niang DIENG, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°606.898/E, précédemment Ministre- Conseiller à Représentation permanente du Sénégal auprès des Nations Unies à New York, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Hassan ROHANI, Président de la République Islamique d’Iran, avec résidence à Téhéran, en remplacement de Monsieur Amadou SOW ; Madame Fatoumata Binetou Rassoul CORREA, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°604.132/J, précédemment Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal en République fédérative du Brésil, est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Marcelo Rebelo de SOUSA, Président de la République portugaise, avec résidence à Lisbonne, en remplacement de Monsieur Cheikh Amadou Tidiane NDOYE ; Monsieur Paul Benoit SARR, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°518.962/G, précédemment Ministre-Conseiller à l’Ambassade du Sénégal au Caire, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Mahamadou ISSOUFOU, Président de la République du Niger, avec résidence à Niamey, en remplacement de Monsieur Oumar MAL ; Madame Rokhaya BA, matricule de solde n°660.670/A, précédemment Consul général du Sénégal à Milan, est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République togolaise, avec résidence à Lomé, en remplacement de Madame Bineta Samb BA.   Fait à Dakar le 21 octobre 2020
  Le Ministre, Porte-Parole du Gouvernement                    Ndèye Tické Ndiaye DIOP 

Il a, dans cette dynamique, engagé les ministres concernés, en relation avec les autorités académiques à veiller à la préservation de certains enseignements spécifiques dans nos universités, ainsi qu’à la réorganisation académique de nombreuses formations dans des établissements publics spécialisés en adéquation avec les besoins et l’environnement.
 Le Président de la République a, notamment, invité le Ministre de l’Education, en relation avec le Ministre de la Famille, à mener des concertations avec les représentants des associations de maîtres coraniques, pour le traitement de leurs doléances dans le cadre de la consolidation du système éducatif et de la stabilité sociale.
 Le Chef de l’Etat a, par ailleurs, félicité et exhorté les établissements de crédits à poursuivre les initiatives visant à accorder aux entreprises et aux salariés des reports d’échéances sur les encours de crédits jusqu’en fin 2020. 
 Le Président de la République, pour conclure ce chapitre, a requis des Ministres en charge de l’Environnement et de la Géologie, un rapport exhaustif sur les risques géologiques qui menacent certains sites de la capitale et d’autres localités du pays.
 Le Chef de l’Etat a, abordé le suivi de la coopération et des partenariats en informant le Conseil des initiatives visant la réhabilitation et l’amélioration de l’exploitation de la ligne ferroviaire Dakar-Bamako.
 Le Président de la République a terminé sa communication sur son agenda diplomatique. Au titre des Communications, 
 Le Ministre d’Etat, Secrétaire général de la Présidence de la République dans sa communication sur la cérémonie d’ouverture des Ateliers thématiques du forum portant sur le « Bilan d’étape du Code minier de 2016 » qui s’est tenu à Diamniadio le 13 octobre 2020 sous sa présidence.
 Le Ministre des Finances et du Budget a rendu compte de la mobilisation des ressources financières, des dépenses liées à la pandémie de la COVID-19 et de l’exécution du budgetLe Ministre du Développement communautaire, de l’équité sociale et territoriale a fait une communication sur l’évaluation du Programme national de Bourse de Sécurité familiale.
 Le Ministre des Infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement a fait une communication portant sur la modernisation, la sécurisation et la rationalisation des services délivrés aux usagers des transports routiers.
 Le Ministre de la Santé et de l’action sociale a fait une communication sur la gestion de la pandémie, sur la démobilisation de certains centres de traitement épidémiologiques (CTE).
 Le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a fait le point sur la situation de la pluviométrie, le suivi des cultures, les exportations des produits horticoles.
 Le Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a fait une communication sur le système LMD, la restructuration de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et le Campus franco- sénégalais (CFS).
 Le Ministre, en charge des Collectivités territoriales a fait le point sur l’organisation prochaine de la première journée de la Décentralisation qui se tiendra à Diamniadio le 22 octobre 2020.
 Le Ministre du Développement industriel a fait le point sur les agropoles et sur l’actualisation de la politique industrielle.Le Ministre en charge des Relations avec les Institutions a fait le point sur l’agenda de la session budgétaire.
 Le Ministre, en charge du suivi du Plan Sénégal Emergent a fait le point sur les avancées et la mise en œuvre des réformes.
 Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a examiné et adopté :
 – Le projet de décret fixant les modalités de participation des investisseurs sénégalais dans les entreprises intervenant dans les activités pétrolières et gazières et classement des activités de l’amont pétrolier et gaziers dans les régimes exclusif, mixte et non-exclusif ;
 – Le projet de décret portant organisation fonctionnement du comité national de suivi du contenu local (CNSL) dans le secteur des hydrocarbures ;
 – Le projet de décret fixant les modalités d’alimentation et de fonctionnement du fonds d’appui au développement du contenu local (FADCL).
 Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :
 Monsieur Mbaba Coura NDIAYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde de solde n°513.808/I, précédemment Ministre- Conseiller à l’Ambassade du Sénégal à Beijing, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, avec résidence à Ouagadougou, en remplacement de Madame Khadidiatou Tall DIAGNE ; Monsieur Serigne DIEYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde de solde n°518.082/E, précédemment Ministre-Conseiller à l’Ambassade du Sénégal à Ottawa, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Abdelmajid TEBBOUNE, Président de la République Algérienne Démocratique et Populaire, avec résidence à Alger, en remplacement de Madame Anta Coulibaly DIALLO ;
 Monsieur Mame Oumar THIAW, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°616.206/C, précédemment Ministre- Conseiller à l’Ambassade du Sénégal à Washington, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Ali Bongo ONDIMBA, Président de la République gabonaise, avec résidence à Libreville, en remplacement de Monsieur Abdoul Ciré DIA ; Monsieur Saliou Niang DIENG, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°606.898/E, précédemment Ministre- Conseiller à Représentation permanente du Sénégal auprès des Nations Unies à New York, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Hassan ROHANI, Président de la République Islamique d’Iran, avec résidence à Téhéran, en remplacement de Monsieur Amadou SOW ; Madame Fatoumata Binetou Rassoul CORREA, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°604.132/J, précédemment Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal en République fédérative du Brésil, est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Marcelo Rebelo de SOUSA, Président de la République portugaise, avec résidence à Lisbonne, en remplacement de Monsieur Cheikh Amadou Tidiane NDOYE ; Monsieur Paul Benoit SARR, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°518.962/G, précédemment Ministre-Conseiller à l’Ambassade du Sénégal au Caire, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Mahamadou ISSOUFOU, Président de la République du Niger, avec résidence à Niamey, en remplacement de Monsieur Oumar MAL ; Madame Rokhaya BA, matricule de solde n°660.670/A, précédemment Consul général du Sénégal à Milan, est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République togolaise, avec résidence à Lomé, en remplacement de Madame Bineta Samb BA.   Fait à Dakar le 21 octobre 2020
  Le Ministre, Porte-Parole du Gouvernement                    Ndèye Tické Ndiaye DIOP 

FONCTION PUBLIQUE : 7000 ASP RECRUTES À PARTIR DE JANVIER 2021

La première génération des agents d’assistance à la sécurité de proximité (ASP), forte de 7 000 hommes, en 2014, va intégrer la Fonction publique dès janvier prochain. Ils vont ainsi en finir avec le volontariat pour être déployés dans les différents services de l’État.

L’annonce a été faite au cours d’un atelier de réflexion sur l’insertion des ASP en fin d’engagement, qui s’est tenu hier vendredi, à Mbour. “L’engagement légal de ces ASP arrive à terme en décembre 2020. C’est la raison fondamentale pour laquelle nous sommes là pour réfléchir sur l’insertion de ces ASP. Et qui ont été recrutés pour renforcer le dispositif sécuritaire géré par les forces régaliennes mais également pour donner une opportunité à une bonne masse de jeunes dans une situation de sous-emploi la possibilité de participer à la construction du pays”, explique Biram Faye, le directeur général de l’ASP.

Présent à la cérémonie, Moussa Sy, le maire des Parcelles Assainies, approuve, soulignant qu’aujourd’hui, il faut avec le ministère de l’Intérieur, et avec la volonté politique du chef de l’État, “mettre en place la police municipale.”

La police et la gendarmerie seront également servies puisque 3000 agents déployés dans les services du ministère de l’Intérieur dans le but de renforcer la sécurité. D’ailleurs, des ASP ont réussi au concours d’entrée au sein de la police et de la gendarmerie.

Création d’un groupe parlementaire d’amitié mauritano-marocaine

Un groupe parlementaire d’amitié mauritano-marocaine a été créé, mercredi à Nouakchott. Selon ses responsables, le groupe a pour objectif d’impulser la coopération entre les deux pays et de renforcer les liens de fraternité et d’amitié entre les deux peuples frères.

Dans un mot prononcé pour la circonstance, le premier vice-président de l’Assemblée Nationale, M. Hamady Ould Meimou, a indiqué que la Mauritanie et le Royaume frère du Maroc sont liés par des relations étroites remontant à plusieurs siècles, soulignant que ces relations ont eu pour fruit une coopération fructueuse reflétant la solidité et la diversité des liens entre les deux parties.

Il a appelé les parlementaires des deux pays à œuvrer pour concrétiser la volonté des dirigeants des deux pays, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani et Sa Majesté le Roi Mohamed VI de renforcer et développer ces relations historiques, grâce aux opportunités offertes par la diplomatie parlementaire.

De son côté, la présidente du groupe parlementaire d’amitié mauritano-marocaine, Mme Fatimetou Mint Mahfoudh Ould Khattry, a indiqué que la Mauritanie et le Royaume du Maroc sont liés par des relations très anciennes et qu’ils œuvrent pour consolider la base de leur coopération fructueuse dans tous les domaines sous la direction de Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, président de la République et son frère, Sa Majesté Mohamed VI, Roi du Maroc.

Elle a ajouté que ces relations diversifiées, ont profité aux deux pays et qu’elles ont laissé des empreintes claires dans divers aspects de la vie de nos deux peuples, précisant que c’est ce qui justifie aujourd’hui l’aspiration du groupe parlementaire à donner une nouvelle impulsion à ces relations et à explorer d’autres domaines de coopération entre les deux parties, se basant en cela sur l’expérience du passé et tirant profit des moyens et des mécanismes qu’offre l’époque actuelle.

Elle a insisté sur le rôle central que joue la diplomatie parlementaire qui est devenue aujourd’hui un facteur de rapprochement entre les nations et les peuples et de diversification des domaines et des outils de coopération, soulignant qu’elle constitue désormais un soutien fort à la diplomatie traditionnelle.

La député a attiré l’attention sur le fait que les potentialités humaines et naturelles dont disposent les deux pays leurs permettent d’aspirer à des taux de croissance meilleurs et à des niveaux de prospérité plus importants.

Pour sa part, l’ambassadeur du Maroc en Mauritanie, SE M. Hamid Chebar, a souligné le rôle que peut jouer ce groupe parlementaire dans le renforcement des relations maroco-mauritaniennes qui se développent, a-t-il dit, dans l’intérêt des deux peuples frères, sous la sage direction de Sa Majesté le Roi Mohamed VI et de son frère, Son Excellence le Président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani.

Il a ajouté que les relations entre les deux pays frères sont fondées sur des bases fortes et des liens de fraternité qui constituent un appui essentiel et constant de nature à éviter aux relations tout ce qui peut les entraver.

Le diplomate marocain s’est félicité des efforts déployés par la Mauritanie sœur, sous la direction du Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani pour assurer au pays prospérité et développement, précisant que le programme du Président de la République « Taahoudati »et le programme de relance économique adopté récemment constituent une véritable feuille de route pour édifier la Mauritanie de demain.

La cérémonie de lancement des activités du groupe parlementaire s’est déroulée en présence du ministre

de la Culture, de l’Artisanat et des Relations avec le parlement, M. Lemrabott Ould Benahi et du directeur général de la coopération bilatérale au ministère des Affaires étrangères.

COVID-19 : 24 NOUVEAUX CAS, 93 GUÉRIS ET 1 DÉCÈS

Le Directeur de la prévention du ministère de la Santé et de l’Action, Dr El Hadji Mamadou Ndiaye a annoncé, ce lundi, faisant le point du jour, 24 nouveaux cas sur un échantillon de 639 tests réalisés, soit un taux de positivité de 3,76%.

Il y a eu 8 cas contacts suivis 7 cas importés et 9 cas issus de la transmission communautaire. Lesquels sont répertoriés à Sacré-Cœur, Thiès, Ouakam, Cité Biagui, Dakar Plateau, Dieuppeul, Mamelles et Ouakam.

93 patients ont testés négatifs et déclarés donc guéris. En sus, il y a eu 6 cas graves et un décès enregistré, ce dimanche. A ce jour, informe-t-il, il y a 15292 patients déclarés guéris dont 13390 guéris, 315 décès et 1586 sous traitement. Le ministère de la Santé et de l’Action sociale exhorte les sénégalais à respecter les mesures individuelles et collectives.