Coupe de la CAF : la JS Kabylie et Pyramids frappent fort, un bon nul pour le Raja

Les quarts de finale aller de la Coupe de la Confédération étaient au programme ce dimanche. Vainqueur 4-1 d’Enyimba, le Pyramids FC, finaliste la saison passée, a pris une très grosse option sur la qualification. Cela sent bon les demi-finales aussi pour la JS Kabylie qui a frappé un grand coup en s’imposant 1-0 en Tunisie sur le terrain du CS Sfaxien, club le plus titré dans l’histoire de la compétition.

Tombeurs sur le fil du Jaraaf Dakar (1-0), les Camerounais de Coton Sport ont également décroché un précieux succès sans encaisser de but à domicile. Petite option aussi pour le Raja Casablanca qui est parvenu à décrocher le match nul en Afrique du Sud sur le terrain des Orlando Pirates (1-1). Matchs retour dimanche prochain.

Les résultats des quarts de finale aller :

Orlando Pirates (Afrique du Sud) 1-1 Raja Casablanca (Maroc) (Pule 39e; Malango 60e)

Coton Sport (Cameroun) 1-0 Jaraaf (Sénégal) (Araina 89e)

CS Sfaxien (Tunisie) 0-1 JS Kabylie (Algérie) (Bensayah 61e)

Pyramids FC (Egypte) 4-1 Enyimba (Nigeria) (Sobhi 15e, El Said 49e, Adel 58e, 67e; Mbaoma 1ère)

CAF : UN RAPPORT D’AUDIT CONSTATE DE POTENTIELLES IRREGULARITÉS

Un rapport d’audit intérimaire du cabinet PWC commandé dès l’entrée en fonction du nouveau président de la Confédération africaine de football (CAF), Dr Patrice Motsepe, succédant à Ahmad Ahmad, et du Secrétaire général, a constaté “de potentielles irrégularités et un non-respect des procédures de gouvernance, d’audit et d’éthique en ce qui concerne la passation des marchés et la signature des contrats.”

C’est ce qui ressort, entre autres points, de la réunion du Comité Exécutif, présidée par le Président de la CAF, Dr Patrice Motsepe, à Kigali, au Rwanda. Dont le Président, Paul Kagame, assisté de la ministre des Sports, Mme Aurore Mimosa Munyangaju, ont participé. Au cours de son allocution de bienvenue au Président de la CAF, le Dr Patrice Motsepe, et au Président de la FIFA, M. Gianni Infantino, Paul Kagame a mis l’accent sur le rapport entre le football et le développement en Afrique, rapporte un communiqué de l’instance dirigeante du football du continent.

Le Président Patrice Motsepe et le secrétaire général ont exprimé leur engagement à prendre les mesures appropriées dès la soumission du rapport final d’audit de PWC, afin de garantir le respect des meilleures pratiques mondiales.

Professionnalisation des officiels de match en Afrique

Par ailleurs, le Secrétaire Général a présenté au Comité exécutif, le programme de formation d’un corps d’élite d’arbitres au sein de la CAF, résultat d’un accord de collaboration signé avec la FIFA mais resté sans effet. Doté d’un budget de près d’un million de dollars par an, il vise à sélectionner sous contrat des arbitres qui seront payés, suivis et formés par des instructeurs techniques et physiques FIFA / CAF

Le développement des infrastructures

Sur la base d’une présentation documentée, le Comité a pris acte de l’état des infrastructures de football sur le continent et pris la mesure des besoins. Un projet de financement des améliorations nécessaires à hauteur d’un milliard de dollars lui a été présenté, qui devra faire l’objet d’un examen approfondi.

Coupe Caf: Les joueurs du Jaraaf changent d’hôtel à cause d’une coupure de courantParMandaw Mbengue 15/05/2021 à 22:55

Le Jaraaf se prépare à affronter le Coton Sport du Cameroun dans le cadre des quarts de finale aller de la Coupe Caf. Initialement logés à l’hôtel Motel Plazza, les joueurs de Cheikh Gueye ont dû changer d’hôtel suite à une coupure de courant.

Arrivés à Garoua  ce vendredi, les hommes de Cheikh Gueye ont été contraints de changer d’hôtel à quelques heures du match à cause d’une coupure de courant, nous apprend le Journal de Dakar. Face à l’urgence et à l’incapacité de réparer la plaquette du groupe électrogène, par les techniciens, les joueurs ont rejoint l’hôtel réservé aux officiels de la CAF.

Le Jaraaf à rendez-vous avec le Coton Sport ce dimanche à 13h GMT.Partager


Source: senego.com

CAN Beach Soccer Sénégal 2021 : Les 15 Lions retenus pour le tournoi final

En perspective de la participation du Sénégal à la 4ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de Beach Soccer prévue du 23 au 29 mai 2021 à Saly, l’Equipe nationale effectuera un dernier stage de préparation en régime internat, à partir du 14 mai 2021 au Centre de Développement Technique Jules F.B. Bocandé de Toubab Dialao.

A cet effet, les quinze (15) joueurs retenus et dont les noms suivent sont convoqués ce vendredi 14 mai à 08 Heures précises au Stade Léopold S. Senghor pour les besoins des tests COVID19/ PCR qu’ils doivent impérativement subir avant d’être acheminés au lieu du stage.

1.   AL SEYNI NDIAYE (Vision Sport de Dakar)
2.   BITY SY (Gorée Beach Soccer)
3. SEYDINA ISSA DIAGNE (Yoff Beach Soccer)
4. MAMADOU SYLLA (Jaraaf De Dakar)
5. PAPE DEMBA NDOUR (ESN Nogent – le Roi – Paris)
6.  JEAN NINOU DIATTA (Golf Beach Soccer)
7. PAPE MODOU NDOYE (Ngor Almadies Beach Soccer)
8. PAPE MAR BOYE (Galaxie Beach Soccer)
9. JEAN CHARLES BLECK (Golf Beach Soccer)
10. BAYE MALICK DIOP (Yeumbeul Beach Soccer)
11.BABACAR FALL (Yeumbeul Beach Soccer)
12. MAMOUR DIAGNE (Yoff Beach Soccer)
13. HAMIDOU BARRY (Yeumbeul Beach Soccer)
14. RAOUL MENDY (Mamelles Beach Soccer)
15. MAME MOR GUEYE FALL (Guet Ndar Beach Soccer- Saint-Louis)

AVEC FSFOOT

Joueurs les plus chers du monde : Sadio Mané absent du top 10

Le cabinet d’audit KPMG a publié, mardi, son top 10 des joueurs de football les plus au monde. Un classement dominé par les joueurs du PSG de Manchester City, du Borussia Dortmund et de Liverpool. En revanche, le Sénégalais Sadio Mané est absent du tableau.

Découvrez le top 10 des joueurs les plus chers du monde selon le cabinet KPMG !

1- Kylian Mbappé (PSG) – 189 millions d’euros
2- Erling Haaland (Dortmund) – 131 millions d’euros
3- Harry Kane (Tottenham) – 127 millions d’euros
4- Marcus Rashford (Manchester United) – 121 millions d’euros
5- Raheem Sterling (Manchester City) – 119 millions d’euros
6- Neymar (PSG) – 116 millions d’euros
7- Kevin De Bruyne (Manchester City) – 113 millions d’euros
8- Jadon Sancho (Dortmund) – 110 millions d’euros
9 Mohamed Salah (Liverpool) – 110 millions d’euros
10 Trent Alexander Arnold (Liverpool) – 110 millions d’euros

LAMINE DIACK À DAKAR ET…SOURIANT !

Lamine Diack enfin à Dakar ! L’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme (Iaaf) a foulé le tarmac de l’aéroport international Blaise Diagne à 20h48mn à bord d’un vol Air France. Il est apparu souriant et a été accueilli au Salon d’honneur de l’aéroport avant de s’engouffrer dans son véhicule pour rentrer chez lui. Après 5 années passées en résidence surveillée à Paris, Lamine Diack n’a pas souhaité un accueil populaire. Ni s’adresser à la presse. Son voeu : retrouver les siens et se reposer. C’est à sa fille aînée, Mame Fatou Diack, qui s’est adressée, aux journalistes venus faire le pied de grue. Elle a tenu à remercier l’Etat du Sénégal qui a pris toutes les dispositions idoines pour le retour de son père. Annoncé dimanche à Dakar, Lamine Diack était retenu pour des formalités administratives.Lamine Diack à son arrivée à Dakar en compagnie de Cheikh Seck, président du Jaraaf

Lamine Diack, 87 ans, en résidence surveillée depuis novembre 2015 en France, a été condamné par la justice française à quatre ans de prison, dont deux ferme, le 20 septembre dernier, pour son “implication dans un réseau de corruption destiné à cacher des cas de dopage en Russie”.

L’ancien président de l’IAAF (1999-2015) avait bénéficié le 30 décembre dernier d’une levée de la mesure d’interdiction de quitter le territoire français dont il faisait l’objet, contre le paiement d’une caution de 500000 euros, soit un peu plus de 327 millions de francs CFA. Le Jaraaf de Dakar, son club, dont il fut le président pendant de nombreuses années, avait décidé de payer cette caution lors d’une assemblée générale extraordinaire tenue à Dakar le 18 avril dernier.

A son retour, Lamine Diack prévoit d’aller se recueillir sur la tombe de ses parents et saluer son grand-frère Alioune Diack, un ancien entraîneur de football centenaire depuis l’année dernière, informent des proches de l’ancien président de l’Iaaf (1999-2015). Lamine Diack, confient des sources, prendra le temps de parler avec la presse “au moment opportun”.

LAMINE DIACK, RETOUR DIFFÉRÉ !

Le retour au Sénégal de l’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), initialement prévu ce dimanche, a été reporté à lundi, a indiqué à l’APS une source proche de ce dossier.

“A cause d’un dernier problème administratif, le retour est différé à lundi et il viendra par un vol Air France en début de soirée”, précise la source ayant initialement annoncé pour ce dimanche le retour de Diack au Sé-négal.

“Il n’y a aucune volonté de cacher quoi que ce soit, le retour est différé jusqu’à ce lundi, ça vient de tomber”, a assuré cette source préférant rester anonyme.

Il a de nouveau indiqué que l’ancien patron de l’athlétisme mondial, en possession de son passeport depuis mercredi dernier, ne souhaite pas d’accueil populaire.

“Lamine Diack sollicite des prières pour que justice soit faite dans cette affaire puisqu’ayant fait ap-pel de sa condamnation par la justice française”, avait-elle fait savoir.

Lamine Diack, 87 ans, en résidence surveillée depuis novembre 2015 en France, a été condamné par la justice française à quatre ans de prison, dont deux ferme, le 20 septembre dernier, pour son “implication dans un réseau de corruption destiné à cacher des cas de dopage en Russie”.

L’ancien président de l’IAAF (1999-2015) avait bénéficié le 30 décembre dernier d’une levée de la mesure d’interdiction de quitter le territoire français dont il faisait l’objet, contre le paiement d’une caution de 500000 euros, soit un peu plus de 327 millions de francs CFA.

Le Jaraaf de Dakar, son club de toujours dont il fut le président pendant de nombreuses années, avait décidé de payer cette caution lors d’une assemblée générale extraordinaire tenue à Dakar le 18 avril der-nier.

A son retour, Lamine Diack prévoit d’aller se recueillir sur la tombe de ses parents et saluer son grand-frère Alioune Diack, un ancien entraîneur de football centenaire depuis l’année dernière, apprend-on de même source.

Elle ajoute que l’ancien président de l’IAAF (1999-2015) prendra le temps de parler avec la presse “au moment opportun”.

Des Supporters Sénégalais Adressent Une Plainte à La Fifa Pour Demander Des Comptes Sur Les Fonds Forward Reçus Par La Fsf

La non homologation des stades sénégalais par la CAF a fait réagir les Sénégalais. Si certains ont demandé des comptes aux autorités sportives, d’autres se sont tout simplement demandés comment un pays comme le Sénégal peut se retrouver dans pareille situation.
A travers une plainte, des membres de la Société civile établis en France accuse la Fédération sénégalaise de Football de manquer de transparence dans sa gestion, notamment dans les fonds FIFA Forward. La FSF aurait, en effet, reçu la somme de 6 milliards 151 millions FCFA de la part du programme FIFA Forward.A travers une plainte, ils demandent des comptes à la FSF sur les fonds FIFA Forward, puisqu’il n’y a aucun rapport, aucune explication sur l’utilisation de ces fonds (ce qui serait contraire aux textes de la FIFA).Voici la plainte de la société civile« A la commission d’audit et de conformité de la FIFA.A la commission d’Ethique de la FIFA.Au Secrétariat Général de la FIFAObjet : Suspicion d’utilisation abusive des fonds alloués dans le cadre du programme FORWARD à la Fédération Sénégalaise de Football.Monsieur le Président,Nous avons l’honneur de déferrer devant vous, en vertu de l’article 51 alinéas 7 et 9 des statuts de la FIFA du 18 Septembre 2020, en vertu de l’article 8 alinéas 1a 1b 1e 1g 1p 1u 1x 1z et l’article 17 alinéas 2a 2b 3c 4 et 6 du Règlement du programme de développement Forward de la FIFA – FIFA Forward du 26 Octobre 2018, en vertu de l’article 28 alinéas 1 et 2 du code d’Ethique de la FIFA du 10 Juin 2018, plusieurs manquements et irrégularités de la Fédération Sénégalaise de Football dans le cadre du respect des textes de la FIFA concernant l’utilisation du fonds FORWARD.Le 9 Mai 2016, le congrès de la FIFA approuvait le lancement du programme FORWARD de la FIFA qui est aujourd’hui l’un des programmes de développement les plus importants dans le domaine du sport. L’objectif est d’améliorer le développement du football dans le monde afin qu’il exprime pleinement son potentiel dans chaque pays et que tout un chacun puisse le pratiquer sans restriction aucune.Dans ce sillage, le cycle biennal arrivé à terme en 2018 (dont le Sénégal était bénéficiaire) a permis à la FIFA d’évaluer l’ensemble du dispositif afin de l’améliorer. C’est dans cet élan également, que le Congrès de la FIFA a décidé d’augmenter l’investissement en faveur du FIFA FORWAD pour le cycle quadriennal (2019-2022) avec une hausse de 20% des fonds annuels auxquels les 211 associations membres (dont le SÉNÉGAL) et les six confédérations ont droit.A ce jour, si l’on s’en tient aux données publiées sur le site de la FIFA, une allocation totale des fonds d’un montant de 11 425 000$ sera mise à disposition de la Fédération Sénégalaise de Football pour le cycle sexennal (2016-2022, prenant en compte les 2 phases d’exécution du programme), dont 5 689 360$ ont été approuvés depuis 2016 et répartis ainsi :-70,3% en coûts opérationnels soit 4 000 000$-17,3% en déplacements et équipements soit 975 000$-12,6% pour des projets dont 4 ont été approuvés.Il sied de rappeler que la FIFA veille scrupuleusement à ce que les associations membres ou confédérations bénéficiaires du programme respectent minutieusement les droits et règlements contractuels auxquels elles sont soumises.Cependant, il est noté au sein de la Fédération Sénégalaise de Football, des manquements à plusieurs obligations des statuts et règlements précités, dont le plus patent revêt de la transparence qui est l’une des valeurs sûres de la FIFA. D’ailleurs, l’article 8 alinéa portant sur les obligations des associations membres et confédérations du Règlement du programme de développement Forward de la FIFA – FIFA Forward précise que :« Toute association membre ou confédération bénéficiant de fonds dans le cadre de Forward 2.0 est tenue de publier une vue d’ensemble de ses états financiers annuels et son rapport d’activité sur son site Internet ou toute autre plateforme (pouvant être FIFA.com) ».Or, le seul rapport disponible sur le site de la Fédération Sénégalaise de Football est le rapport d’activité de 2019 sur la période 2018, dans lequel, aucune section n’est dédiée à la présentation de l’utilisation exhaustive et détaillée des fonds du programme. Un bref résumé de la redistribution du montant reliquataire ainsi que les propositions du comité exécutif seulement y figurent respectivement à la page 9 et 10 dudit rapport. Dans ces circonstances, il y’a lieu de convoquer l’article 14 alinéa 1e du Règlement du programme de développement Forward de la FIFA – FIFA Forward qui prévoit que :« Les associations membres et les confédérations doivent rendre compte annuellement de l’utilisation de l’ensemble des fonds alloués par la FIFA dans le cadre du programme Forward, et ce par le biais d’un rapport d’activité présentant l’utilisation des fonds, sur la base des modèles fournis par la FIFA. »Il est clair que la fédération sénégalaise de Football s’est soustraite à cette obligations susvisée.Dans le climat actuel, la FIFA fait face à un bouleversement du planning des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022 dans la zone Afrique suite au report des matchs internationaux qui devaient se tenir en Juin, il est important de rappeler que certains pays ne comptent à ce jour aucun stade homologué, ce qui est d’ailleurs le cas du SENEGAL.Malgré un exercice budgétaire en 2018 affichant un excèdent d’exploitation de 859 835$, un budget en hausse passant de plus de 3 600 000$ à près de 12 000 000$ en 2018 après la Coupe du Monde, les fonds du projet FORWARD (phase 1) perçus depuis 2016, l’énigme reste toute entière sur le manque d’un stade homologué au Sénégal, surtout que les moyens ne font pas vraiment défaut car le Sénégal dispose déjà de structures certes vétustes, mais qui sont tout de même réhabilitables. Dès lors, une véritable introspection s’impose quant à l’utilisation efficiente et transparente des fonds du programme.Sous la période sous revue, le projet de réhabilitation du stade Demba Diop approuvé dans le cadre du programme est le précurseur de toute une série d’interrogations sur la gestion des fonds. Par correspondance au mois de Janvier 2020, l’Etat du Sénégal à travers son ministère des sports affectait le Stade Demba Diop à la Fédération Sénégalaise de Football. En Avril 2020, le président de la Fédération de Football Sénégalaise Monsieur Augustin Senghor déclarait :« Nous voulons ériger une infrastructure moderne dans ce stade qui est le poumon du football à Dakar et cela nécessite un travail sérieux. Et, pour ce poumon de notre football, rien ne sera laissé au hasard pour le remettre dans le circuit ».Seulement, la démarche adoptée dans l’exécution de ce projet est totalement contradictoire avec les propos du président de la Fédération. Tout commence par l’appel d’offres et la passation du marché qui vont à l’encontre du DÉCRET N° 2007-545 DU 25 AVRIL 2007 PORTANT Code des Marchés publics ainsi que le Règlement du programme de développement Forward de la FIFA – FIFA Forward. Rappelons d’abord que le Règlement du programme de développement Forward de la FIFA – FIFA Forward prévoit, en son article 4 alinéa b :« Lorsque, dans le cadre de Forward 2.0, une association membre a recours à des services ou prestations fournis par des parties telles que des entreprises, contractants, fabricants, prestataires, fournisseurs ou consultants pour un montant supérieur ou égal à USD 50 000, l’association membre concernée est tenue de présenter les devis d’au moins trois de ces parties ou d’apporter la preuve d’une procédure d’acquisition concurrentielle. »Ledit règlement, précise également dans son article 8 alinéas 1u et 1z :« Toute association membre ou confédération bénéficiant de fonds dans le cadre de Forward 2.0 est tenue de :-éviter toute situation pouvant générer un conflit d’intérêts– mettre en place des procédures appropriées, notamment pour ce qui est des appels d’offres, afin de pouvoir évaluer et sélectionner les fournisseurs et les sous-traitants sur la base de leur engagement en matière de responsabilité sociale et environnementale. »La Fédération sénégalaise de football avait lancé un avis à manifestation d’intérêt en procédure d’urgence en date du 15 Juin 2020, pour la présélection d’architectes pour la réalisation de projets d’infrastructures, comprenant notamment, la réhabilitation et la modernisation du stade Demba Diop de Dakar, seulement, la procédure de délibération ne s’est pas déroulée dans le respect du code des marchés publics.L’un des groupes soumissionnaires a d’ailleurs déposé un recours au niveau de la FIFA en date du 4 Février 2021, suite à l’ouverture des offres en son absence, il exige une reprise de l’évaluation conformément à l’article 67 alinéa 3 du DÉCRET N° 2007-545 DU 25 AVRIL 2007 PORTANT Code des Marchés publics :« Tous les candidats qui ont soumis des offres sont autorisés par l’autorité contractante à assister ou à se faire représenter à l’ouverture des plis. Les candidats ou leurs représentants qui sont présents signeront un registre attestant de leur présence. Les représentants des organismes de financement peuvent également assister à l’ouverture des plis ou se faire représenter. Cette faculté est mentionnée dans l’avis d’appel d’offres. »Il est important de préciser également que le groupe attributaire de ce projet n’a pas l’expertise nécessaire en la matière.La Fédération Sénégalaise de football, de par son secrétaire général a répondu à la lettre du contestataire en affirmant que : « Les différentes observations formulées vont dans le sens de nous obliger à nous conformer aux dispositions du décret 2007-545 du 25 avril 2007 portant Code des marchés publics. Ce marché n’y est pas soumis » ce qui n’est conforme à aucune disposition dudit code sachant surtout que la contrepartie sénégalaise est l’origine de fonds publics.Dans ces conditions loin d’être optimales, où les marchés financés en partie par les fonds du programme sont souvent attribués sur la base du gré à gré, du copinage politique, sans transparence ni respect du Règlement du programme de développement FIFA FORWARD, l’existence de conflits d’intérêts demeure inéluctable. Si la sélection des entreprises, contractants, fabricants et prestataires ne se fait pas sur la base de critères tels que l’expérience, l’expertise ainsi que le respect des normes environnementales, les projets resteront difficilement réalisables.Sur ce, nous vous sollicitons pour que vous mandatez un auditeur statutaire, conformément à l’article 18 alinéa 4 :« L’auditeur central de la FIFA, à savoir l’auditeur statutaire de la FIFA ou un autre cabinet d’audit réputé et mandaté à cette fin par le secrétariat général de la FIFA, contrôle l’utilisation des fonds Forward par les associations membres et les confédérations, tel que décrit à l’art. 16 du présent règlement.Ceci peut consister en un contrôle de la bonne mise en œuvre des procédures convenues ou en tout autre service de contrôle, effectué conformément aux normes internationales en matière d’audit, d’inspection et d’éthique, ainsi qu’aux normes d’audit suisses ».L’intervention de la commission d’audit et de conformité de la FIFA paraît nécessaire afin qu’un rapport en bonne et due forme soit établi et mis à la disposition du public sur l’utilisation des fonds du programme.Soucieuse de la transparence et de l’éthique, nous avons espoir que la FIFA mettra en place tous les moyens nécessaires, compte tenu des faits précités, pour élucider de façon exhaustive et détaillée, tous les fonds du programme mis à disposition de la Fédération Sénégalaise de Football, conformément à l’article 17 alinéa 1 dudit règlement :« Si, sur la base du rapport prévu par l’art. 14 du présent règlement, du rapport de l’audit central de la FIFA prévu par l’art. 16, al. 2 du présent règlement, du rapport d’audit statutaire prévu par l’art. 15 du présent règlement ou de toute autre information reçue ou dont il a connaissance, le secrétariat général de la FIFA estime que (i) les fonds du programme Forward n’ont pas été utilisés dans tous les domaines stipulés dans le contrat d’objectifs approuvé, (ii) les transactions impliquant des fonds du programme Forward n’ont pas été correctement répertoriées ni documentées, et/ou (iii) des signes d’autres formes de non-conformité avec les règles et règlements de la FIFA ou la législation applicable ont été observés, alors il doit en informer la Commission d’Audit et de Conformité. »Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, en l’expression de notre haute considération.La Société Civile Sénégalaise ».

Annoncé à Dakar : Lamine Diack prévoit d’aller se recueillir sur la tombe de ses parents et…

Lamine Diack, ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) en résidence surveillée en France depuis novembre 2015, sera à Dakar ce dimanche selon une source   proche du dossier. ‘’Le président Diack sera parmi nous ce dimanche’’, La même source réitérant la volonté de l’intéressé qui ne souhaite pas que ce retour soit transformé en accueil populaire. “Il ne veut pas d’accueil populaire, au contraire, il sollicite des prières pour que justice soit faite dans cette affaire puisqu’ayant fait appel de sa condamnation par la justice française”, a indiqué la même source confirmant qu’il était en possession de son passeport depuis mercredi dernier. Lamine Diack, âgé de 87 ans, en résidence surveillée depuis novembre 2015 en France, a été condamné par la justice française, le 20 septembre dernier, à quatre ans de prison, dont deux ferme, pour son “implication dans un réseau de corruption destiné à cacher des cas de dopage en Russie”.

Il avait bénéficié le 30 décembre dernier d’une levée de la mesure d’interdiction de quitter le territoire français dont il faisait l’objet, contre le paiement d’une caution de 500000 euros, soit un peu plus de 327 millions de francs CFA.

Le Jaraaf de Dakar, son club de toujours dont il fut le président pendant de nombreuses années, a décidé de payer cette caution lors d’une assemblée générale extraordinaire tenue à Dakar le 18 avril dernier. A son retour, Lamine Diack a prévu d’aller se recueillir sur la tombe de ses parents et saluer son grand-frère Alioune Diack, un ancien entraîneur de football centenaire depuis l’année dernière, apprend-on de même source. Elle ajoute que l’ancien président de l’IAAF (1999-2015) prendra le temps de parler avec la presse “au moment opportun”.