Ligue 1 – 20ème journée : Diambars, Teungueth FC et Casa Sports frappent fort

C’était à redouter : le déplacement du Ndiambour à Saly chez Diambars ne serait pas de tout repos, avait-on prédit. Cela s’est vérifié puisque les « Académiciens » se sont nettement imposés (3 – 0), plongeant encore plus les Lougatois dans le doute. Moins prévisible était la déroute de l’AS Douanes (0 – 4) à domicile face à Teungueth FC. Certes le leader rufisquois renverse tout sur son passage mais on ne pensait pas qu’il ne ferait qu’une bouchée des Douaniers qui perdent de plus en plus pied dans ce championnat de L1 alors que TFC prend le large.

La palme de cette 20ème journée est cependant allée au Casa Sports qui a étrillé le Dakar Sacré-Cœur (5 buts à 0), confirmant ainsi sa belle forme du moment.

Quant au derby de la Petite Côte, disputé au stade Lamine Guèye de Mbour, il a tourné à l’avantage de l’équipe la moins bien classée des deux, MPC face au Stade. Comme quoi, ainsi que c’est connu depuis des lustres, un derby n’est pas un match comme les autres. Avec ce succès, MPC passe même devant le Ndiambour et revient à une longueur de sa victime du jour.

Le Jaraaf lui, est venu à bout de l’US Gorée qui risque plus que jamais lanterne rouge et voit le spectre de la relégation se préciser de plus en plus.

Les résultats : Diambars – Ndiambour 3 – 0 ; Mbour PC – Stade de Mbour 1 – 0 ; AS Douanes – Teungueth FC 0 – 4 ; Jaraaf – Gorée 2 – 0 ; Casa Sports – Dakar Sacré-Cœur 5 – 0 ; NGB – Génération Foot 0 – 0 Reporté : CNEPS Excellence – AS Pikine

Distinction plus enveloppe financière: Macky récompense les lions du Beach Soccer

Après avoir remporté la Coupe d’Afrique organisée par le Sénégal, les lions du  Beach Soccer étaient au palais présidentiel ce lundi. Ils ont été reçus par le chef de l’Etat.

Au palais présidentiel, les champions d’Afrique, ont eu droit au grade de Chevalier dans l’ordre national du lion. Une distinction qui s’est accompagnée d’une enveloppe de 10 millions de fcfa pour chaque joueur et membre du staff. Récompense bien méritée pour l’équipe nationale de beach soccer qui a décroché son 6ème sacre continental.

Sénégal vs Cap-Vert : les dernières informations sur les “Requins Bleus”

Le Cap-Vert défie le Sénégal, ce mardi (19h), à Thies, en match amical international à l’occasion des fenêtres FIFA du mois de juin. IGFM fait le point sur les Requins Bleus.

Après avoir battu l’équipe olympique du Brésil par 2 buts 1, ce week-end, le Cap-Vert s’apprête à défier une autre grosse pointure du football mondial notamment en Afrique. Les Requins Bleus affrontent, mardi, au stade Lat Dior de Thies, les Lions du Sénégal, première nation africaine au classement FIFA, dans le cadre d’une rencontre amicale sur la route du Mondial 2022 dont les éliminatoires débutent en septembre 2021.
Un groupe composé de 27 expatriés
L’équipe entrainée par Pedro Leitao dit Bubista, a débarqué au Sénégal avec un effectif élargi composé de 27 joueurs tous expatriés. Ils évoluent tous hors de leur pays notamment en Europe. Des choix forts qui prouvent la progression de la sélection capverdienne qui occupe le 73e classement mondial après la dernière publication faite le 27 mai dernier.
Une sélection “devenue mature”
Le groupe de Bubista se porte également très bien. Selon nos informations, il n’y a aucun blessé (19h GMT) au moment de débuter la séance de veille de match contrairement à l’adversaire qui pourrait enregistrer le forfait de Abdallah Sima. A noter que les «Requins Bleus» sont de retour à la CAN après deux éditions de la Coupe d’Afrique des Nations regardées à la maison. En conférence de presse, Aliou Cissé a souligné que le Cap-Vert est devenu “mature.” Du coup, il faut prendre très au sérieux cette rencontre pour mieux préparer les éliminatoires du Mondial 2022 qui démarrent en septembre.
Pour ce derby ouest-africain, entre “Lions” et “Requins Bleus” il faut s’attendre à une rencontre très disputée.

Match international amical Sénégal 3–1 Zambie : Des « Lions » à deux visages

Les « Lions » du Sénégal ont disposé, ce samedi au stade Lat Dior de Thiès, des « Chipolopolo » de Zambie par 3 buts à 1 en match international amical. Les joueurs du coach Aliou Cissé ont effectué une première période de toute beauté qui leur a permis de mener par 3 buts à 0 à la pause, grâce à des réalisations de Sadio Mané (21ème mn sur pénalty), de Krépin Diatta (30ème mn) et d’Ismaïla Sarr (45ème mn).

Une première période aboutie, comme l’on a rarement vu les « Lions » en faire, avec 11 joueurs presqu’au même niveau ; avec très peu de déchets dans le jeu. Même le portier Alfred Gomis qui a le plus clair du temps suivi les débats de lui, a réussi à la 29ème un arrêt – réflexe qui a permis aux siens garder le contrôle. Et surtout de signer un 2ème but dans la minute qui a suivi.

Mais, après la pause, les « Lions » ont semblé avoir laissé leur football aux vestiaires. Souvent pris de vitesse et battus dans les duels, ils ont logiquement encaissé à la 52ème mn un but symptomatique de leur manque de réaction avec le défenseur central zambien Chanda Dominic qui reprend de la tête un coup franc au cœur du mur sénégalais apathique.

Plus entreprenants, les Zambiens dominent nettement la deuxième période, mais ne réussissent pas à scorer une deuxième fois. Les « Lions » s’imposent donc assez nettement (3 – 1) et disputeront leur second de match de préparation mardi à 19 heures, toujours au stade Lat Dior de Thiès, contre le Cap-Vert.

L’équipe du Sénégal : Alfred Gomis, Lamine Gassama (puis Moustapha Name, 83ème mn), Saliou Ciss (puis Fodé Ballo Touré, 78ème mn), Abdou Diallo, Kalidou Koulibaly (cap) (puis Cheikhou Kouyaté, 83ème mn), Nampalys Mendy, Gana Guèye, Krépin Diatta (puis Diao Keita Baldé, 46ème mn), Sadio Mané, Ismaïla Sarr (puis Joseph Lopy,, 78ème mn), Boulaye Dia (puis Famara Diédhiou, 61ème mn). Entraineur : Aliou Cissé

LA “BOMBE” BENZEMA ENFLAMME LA PRESSE

L’invraisemblable retour de Karim Benzema en équipe de France pour l’Euro concentre l’attention de la presse internationale, notamment en France et en Espagne avec des Unes inspirées en ce premier jour de déconfinement en France.

« La surprise du chef » (L’Equipe), « Deschamps déconfine Benzema » (Le Parisien), « Enfin ! » (Le Progrès), « Gracié » (AS), « Benzema revient avec la France » (Marca), « La surprise Benzema » (Libération), « Deschamps absout Benzema » (L’Est-Républicain), « Benzema, l’incroyable retour » (La Provence).

En ce premier jour de déconfinement et au lendemain de l’annonce de la liste des 26 joueurs retenus par le sélectionneur de l’équipe de France, Didier Deschamps, pour l’Euro, un seul nom revient sur toutes les lèvres et s’affiche sur toutes les Unes ce mercredi : celui de Karim Benzema (33 ans) évidemment !

« La plus grande surprise de ces trente dernières années »

Alors que tout le monde était persuadé que la carrière tricolore de l’attaquant du Real Madrid était terminée tant que DD resterait en poste, le technicien a accepté de tirer un trait sur le passé pour rappeler le Merengue après 5 ans de mise à l’écart. Il s’agit de « l’une des plus grandes surprises de ces trente dernières années », considère L’Equipe, qui y voit « une manière de rappeler que l’équipe de France n’appartient à personne, que le but d’un sélectionneur est de gagner, même avec des joueurs avec lesquels il ne partirait pas en vacances à Concarneau. »

Le « meilleur Français » de retour en sélection Mais c’est du côté de l’Espagne et plus précisément de Madrid que la joie est la plus démonstrative, les quotidiens AS, qui lui consacre sa Une, et Marca ayant toujours soutenu Benzema dans ce dossier. « Avec Benzema, Deschamps prend son meilleur joueur. Il n’est ni celui qui marque le plus, ni celui qui délivre le plus de passes décisives, mais il est bien, le meilleur joueur français de l’année. Karim Benzema est devenu le leader du Real Madrid au fil des saisons », a rappelé AS, l’ancien Lyonnais étant encore impliqué dans 43% des buts de la Casa Blanca cette saison (29 buts et 8 passes décisives).

Le journal sportif s’extasie aussi sur « l’attaque de rêve » qu’il formera avec Antoine Griezmann et Kilian Mbappé. La Hongrie n’en revient pas Evoquant « la bombe de l’Euro », Marca salue l’attitude de son chouchou qui a « patiemment attendu sa chance à distance sans entrer dans la polémique (sic) ». Le quotidien loue aussi le pragmatisme du sélectionneur tricolore : « Qui connaît Didier Deschamps dit que, par-dessus tout, à la fin ce qu’il veut c’est gagner avec la France et il sait que pour le moment avec Karim il a plus d’options. Le groupe de la France, avec l’Allemagne, la Hongrie et le Portugal, est le groupe de la mort. Deschamps ne pense pas à une chute précipitée, mais il sait que si cela se produit sans Benzema, tous les regards se tourneront vers le banc. »

Du côté des adversaires des Bleus justement, le retour de Benzema est évidemment évoqué, de manière assez neutre pour l’instant. « Benzema est vraiment présent à l’Euro avec la France », note tout de même le quotidien hongrois Nemzeti comme s’il devait se pincer pour y croire. L’armada offensive tricolore a en effet de quoi impressionner. Charge à Deschamps de trouver la bonne formule parmi tous ses talents.


« La surprise du chef » (L’Equipe)


« Grâcié ! » (AS)

Benzema de retour en équipe de France plus de cinq ans après (Officiel)

 Deschamps vient de dévoiler la liste des 26 joueurs retenus pour disputer l’Euro 2020. Et Karim Benzema effectue son retour plus de cinq ans après.

Le moment que toute la France du football attendait est venu, Didier Deschamps a dévoilé sa liste des 26 joueurs retenus pour l’Euro 2020 aux micros de TF1 et M6. Le sélectionneur des Bleus a surpris tout son monde en rappelant Karim Benzema, absent depuis 2015, l’affaire de la sextape et son interview polémique à Marca.

Pour le reste, c’est du grand classique. Chez les gardiens, le capitaine Hugo Lloris sera accompagné de ses habituels seconds Steve Mandanda et Mike Maignan, auteur d’une très grosse saison avec Lille. En défense, une grosse nouveauté, avec la sélection de Jules Koundé, très performant avec le Séville FC depuis deux ans.

Thuram, l’autre petite sensation
Dans l’entrejeu, Corentin Tolisso, revenu de blessure juste à temps, sera bel et bien de la partie aux côtés des indéboulonnables Paul Pogba, N’Golo Kanté et Moussa Sissoko. Adrien Rabiot figure cette fois-ci dans la liste définitive, lui qui avait refusé d’intégrer le lot des réservistes avant le Mondial 2018 en Russie.

Enfin, chez les attaquants, hormis le come-back fracassant de KB9, Antoine Griezmann, Kylian Mbappé, Olivier Giroud ou encore Kingsley Coman seront bien là, tout comme Ousmane Dembélé et Wissam Ben Yedder. Incertain suite à une blessure au genou lors du dernier rassemblement, Anthony Martial laisse sa place à Marcus Thuram, sélectionné à trois reprises en novembre 2020.

La liste des 26 :
Gardiens : Hugo Lloris (Tottenham), Steve Mandanda (Olympique de Marseille), Mike Maignan (LOSC) ;

Défenseurs : Raphaël Varane (Real Madrid), Clément Lenglet (FC Barcelone), Presnel Kimpembe (Paris SG), Jules Koundé (Séville), Kurt Zouma (Chelsea), Lucas Digne (Everton), Lucas Hernandez (Atlético de Madrid), Benjamin Pavard (Bayern Munich), Léo Dubois (OL) ;

Milieux : N’Golo Kanté (Chelsea), Paul Pogba (Manchester United), Corentin Tolisso (Bayern Munich), Adrien Rabiot (Juventus), Moussa Sissoko (Tottenham) ;

*Attaquants :** Karim Benzema (Real Madrid), Kylian Mbappé (Paris SG), Antoine Griezmann (FC Barcelone), Olivier Giroud (Chelsea), Kingsley Coman (Bayern Munich), Ousmane Dembélé (FC Barcelone), Thomas Lemar (Atlético de Madrid), Marcus Thuram (Borussia Mönchengladbach), Wissam Ben Yedder (AS Monaco).

Avec Footmercato

CAF : Augustin Senghor nommé !

 Le président de la Fédération sénégalaise de football, Me Augustin Senghor a été nommé vice-président de la Commission d’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations de football, annonce, ce mardi, la CAF.

Le Comité Exécutif, présidé par le Président de la CAF, le DR Patrice Motsepe, a pris des décisions importantes sur les compétitions, les présidents et vice-présidents des commissions permanentes de la CAF, à Kigali, au Rwanda. Il a ratifié les décisions de nominations du comité d’urgence, prises sur proposition du Président.

La compétition phare de la CAF hérite d’une nouvelle direction. Le Dr Patrice Motsepe dirigera la commission, assistée de deux Vice-présidents: M. Augustin Emmanuel Senghor, Président de la Fédération sénégalaise de football et 1er vice-président de la CAF, et M. Amaju Melvin Pinnick, Président de la Fédération nigériane de football.

Prix Marc-Vivien Foé 2021 : Kakuta sacré, une première pour Lens et la RDC !

Après Nicolas Pépé en 2019 et Victor Osimhen en 2020, le prix Marc-Vivien Foé reste dans le Nord. Mais pas du côté de Lille ! Ce lundi, c’est en effet le Lensois Gaël Kakuta qui a remporté cette distinction attribuée par RFI et France 24 et qui récompense le meilleur joueur africain de Ligue 1 de la saison écoulée.

Auteur d’une belle saison ponctuée de 11 buts et de 5 passes décisives en 34 matchs de L1, le milieu offensif de 29 ans a devancé l’attaquant algérien de Montpellier Andy Delort et l’attaquant zimbabwéen de Lyon Tino Kadewere à l’issue d’un vote effectué par un jury composé de 81 journalistes spécialisés dont fait partie Afrik-Foot.com. A la fois premier Lensois et premier Congolais à soulever cette récompense, le Léopard a effectué un retour réussi dans son club formateur l’été dernier et Lens est 6e du classement et virtuellement en passe de décrocher une qualification européenne avant la dernière journée de Ligue 1.

Malgré 14 buts et 9 passes décisives, Delort échoue à la 2e place à pas moins de 101 points du lauréat nordiste. Avec 48 points de retard sur l’Héraultais, Kadewere est quant à lui un lointain 3e et devance le 4e Boulaye Dia d’un petit point, le 5e Idrissa Gueye de 8 points, le 6e Farid Boulaya de 10 points et le 7e Seko Fofana de 12 points. Autant dire que la course au podium a été serrée jusqu’au bout !

Le classement 2021 

1. Gaël Kakuta (RC Lens/RD Congo) : 219 points

2. Andy Delort (Montpellier HSC/Algérie) : 118 points

3. Tino Kadewere (Olympique lyonnais/Zimbabwe) : 70 points

4. Boulaye Dia (Stade de Reims/Sénégal) : 69 points

5. Idrissa Gueye (Paris Saint-Germain/Sénégal) : 62 points

6. Farid Boulaya (FC Metz/Algérie) : 60 points

7. Seko Fofana (RC Lens/Côte d’Ivoire) : 58 points

8. Karl Toko-Ekambi (Olympique lyonnais/Cameroun) : 32 points

9. Reinildo Mandava (LOSC/Mozambique) : 21 points

10. Alexandre Oukidja (FC Metz/Algérie) : 7 points

11. Nayef Aguerd (Stade rennais/Maroc) : 4 points

Le palmarès

2021 : Gaël Kakuta (RC Lens/RD Congo)

2020 : Victor Osimhen (LOSC/Nigeria)

2019 : Nicolas Pépé (LOSC/Côte d’Ivoire)

2018 : Karl Toko-Ekambi (Angers SCO/Cameroun)

2017 : Jean Michaël Seri (OGC Nice/Côte d’Ivoire)

2016 : Sofiane Boufal (LOSC/Maroc)

2015 : André Ayew (Olympique de Marseille/Ghana)

2014 : Vincent Enyeama (LOSC/Nigeria)

2013 : Pierre-Emerick Aubameyang (AS Saint-Etienne/Gabon)

2012 : Younès Belhanda (Montpellier HSC/Maroc)

2011 : Gervinho (LOSC/Côte d’Ivoire)

2010 : Gervinho (LOSC/Côte d’Ivoire)

2009 : Marouane Chamakh (Girondins de Bordeaux/Maroc)

AUGUSTIN SENGHOR SE PRÉSENTE EN VICTIME : “FACE AUX CALOMNIES ET AUX DIATRIBES”

Dans une tribune publiée sur le site officiel de la commune de Gorée dont il est le maire, Me Augustin Senghor, en sa qualité de président de la Fédération sénégalaise de football (FSF) et 1er vice-président de la Confédération africaine de football, a dénoncé, à demi-mots, une certaine campagne de diabolisation et de calomnies dont il serait victime. Sans donner plus de précisions sur leurs auteurs ou les faits visés, Me Senghor a insisté sur son choix d’adopter la posture silencieuse. Voici l’intégralité de sa lettre ouverte, publiée quelques jours après la révélations du rapport d’activités de 2019 de la FSF, dont certains projets et dépenses ont été fortement commentés dans la presse et les réseaux sociaux.


L’action dans le silence, notre credo.

Face aux attaques, calomnies et diffamations bruyantes, face aux procès d’intention et dénigrements, nous répondons par le silence, le silence de l’écoute, de l’observation et de la bonne conscience, sans aucune once de mépris à l’égard de leurs auteurs bien visibles et identifiables malgré leurs efforts surhumains de camouflage derrière le vocable suspect de « société civile » de France au Sénégal ou du Sénégal en France ou d’organes de presse savamment instrumentalisés et peu soucieux des principes de déontologie élémentaire de leur profession.

Dans la sérénité habituelle de notre conscience et la hauteur imperturbable de ceux qui préfèrent se faire violence plutôt que de faire violence, nous appréhendons ces agissements sans aucune peur pour nos personnes mais plutôt des craintes pour l’avenir de notre football qui a fini de conquérir, à force de persévérance et d’unité, la stabilité et la crédibilité que tout le monde lui reconnaît aujourd’hui.

Au bout du silence, la vérité jaillira, non pas à travers des paroles, répliques ou procès en diffamation mais plutôt à travers des actes et leurs résultats probants et déjà palpables pour qui veut être simplement objectif, sans plus.

C’est en quelque sorte le choix de l’action porteuse d’espoir et de résultat au lieu de l’agitation et des polémiques stériles.

Cette attitude est fondée sur la vérité absolue que les bonnes actions sont au-dessus des paroles et résonnent plus forts que les propos médisants des esprits mal pensants et malfaisants.

Le silence est l’armure du succès des gens humbles. Notre seule arme est le travail, notre bouclier, la foi.

Cela fait de nos humbles personnes des forteresses imprenables sur lesquelles viennent chaque jour se fracasser

Les vagues d’assaut d’adversaires en quête d’une reconnaissance que nous n’avons pas recherchée mais dont nous avons été gratifiés certainement par le destin mais aussi par le culte du travail et des valeurs.

Combattre le silence est une gageure car le silence est imperceptible, invisible. Il est partout et nulle part à la fois. Il est simplement insondable et impénétrable et dès lors insaisissable.

Face aux calomnies et aux diatribes, le silence est plus que d’or.

Son socle est le confort apaisé de la reconnaissance du plus grand nombre acquise au prix de l’humilité et du respect qu’on leur voue mais aussi de l’investissement désintéressé que l’on consacre à notre communauté, à notre pays et à nos passions communes.

A propos de ce plus grand nombre, ne parle-t-on pas très souvent de majorité silencieuse qui ne dit mot mais qui sait être redoutable et déterminant au moment crucial de faire la différence ou la décision ?

Ce moment est tellement redouté par ceux qui cherchent cette reconnaissance à tout prix (ou à vil prix, c’est selon) qu’ils utilisent les armes des faibles, notamment les calomnies, les diffamations et autres diabolisations pour dissuader d’aller à la confrontation saine et démocratique sans laquelle aucune reconnaissance de la base ne saurait être éprouvée et donc aucune légitimité être assise.

Ils n’y sont pas parvenus par le passé. Ils n’y parviendront pas non plus cette fois ci au nom de la suprématie de la vérité sur le mensonge érigé en programme de conquête de reconnaissance.

Pourquoi vouloir transformer la maison familiale en un tas de ruines parce qu’on n’a pas en mains les clés de la chambre que l’on désirerait occuper ?

Dans le monde du sport, les victoires, les vraies, s’obtiennent après une compétition âpre mais saine et respectueuse des valeurs inspirées de l’idéal du fair play dans ses dimensions étymologique et éthique les plus aboutis ce, aussi bien dans le terrain de jeu que dans l’environnement de celui-ci, y compris la compétition pour le management et le leadership dans un cadre légal et statutaire bien défini.

Ceux qui calomnient, diffament, dénigrent et diabolisent pour assouvir leurs desseins de reconnaissance n’auront de chance de nous croiser que sur le terrain de la compétition empreinte de sportivité où les gestes et comportements interdits n’ont pas droit de cité. Ce sera une fois leurs masques tombés pour des joutes loyales à la lumière du jour.

Tout est dit et revenons vite au monde silencieux des valeurs de travail, d’abnégation, d’humilité et de respect qui sont notre credo depuis que tout jeune, nous avons choisi de servir notre pays et notre communauté à travers une passion forte pour le sport.

Qu’on ne compte pas sur nous, quel que soit le contexte, pour nous jeter dans une mêlée inopportune où tous les coups bas sont permis.

Autrement, ceux très nombreux qui nous considèrent dans le monde du football ou ailleurs et nous font confiance ne nous reconnaitraient plus, nous qui avons toujours privilégié l’action discrète sur le vacarme opportuniste et malveillant.

Nous ne ferons pas le jeu de ces adversaires tapis dans l’ombre obscur car c’est ce qu’ils recherchent, faute de mieux.

Dans notre vie de simple citoyen ou de responsable, nous avons très vite compris que pour réussir, nous avions autant besoin de nos amis et sympathisants que de nos détracteurs : les premiers nous soutiennent et nous aident à avancer ; les seconds nous maintiennent sur le qui-vive et nous poussent ainsi à progresser.

Sportivement.

Augustin Senghor

Président FSF

1er Vice-Président de la CAF

CAF : la finale de la Ligue des champions au Maroc, la finale de la Coupe de la CAF au Bénin

Réuni ce samedi à Kigali au Rwanda, le comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) a procédé à la désignation des pays hôtes des finales des compétitions interclubs pour la saison en cours.

Devancé par Le Caire la saison passée, le Maroc aura l’honneur d’accueillir la finale de la Ligue des champions le 17 juillet prochain. Le Wydad Casablanca, auteur d’un match nul (1-1) vendredi sur le terrain du MC Alger en quart de finale aller, aura ainsi l’occasion d’évoluer à la maison s’il va au bout de la compétition.

Petite surprise en revanche en Coupe de la Confédération puisque c’est le Bénin, qui n’a plus de représentant en lice, qui a été choisi pour accueillir la finale le 10 juillet.

Notons enfin que l’Egypte a été désignée pays-hôte de la première édition de la Ligue des champions féminine. Cette nouvelle compétition opposera 8 équipes au second semestre 2021.

1 2 3 6