Présidence de la CAF : Roger Milla soutient la candidature de Me Augustin Senghor

Le président de la Fédération sénégalaise de football est en candidat pour diriger l’instance dirigeante du football africain. Sa candidature a été validée, le 7 janvier 2021 par la commission gouvernance de la Confédération africaine de football (CAF).

La candidature de Jacques Anouma, ancien président de la Fédération ivoirienne de football (FIF) a été aussi validée par la Commission habilitée.

Deux autres candidatures, celles du président de la Fédération mauritanienne de football Ahmed Yahya et du Sud-africain Patrice Motsepe ont été soumises à des vérifications supplémentaires.

Pour ce qui est du malgache Ahmad Ahmad, président de la CAF suspendu par le Comité d’éthique de la FIFA, sa candidature a été jugée irrecevable.

Source Afrique actuelle

FC Barcelone : ce que risque Lionel Messi

Défait avec le Barça contre l’Athletic Bilbao en finale de la Supercoupe d’Espagne, Lionel Messi a été exclu en fin de rencontre pour un geste violent envers Asier Villalibre. Il pourrait risquer jusqu’à 12 matches de suspension. Sauf si l’arbitre de la rencontre a été très clément dans son rapport…

La soirée du FC Barcelone a été très compliquée ce dimanche soir. Les Barcelonais avaient l’occasion de remporter le premier titre de l’ère Ronald Koeman puisqu’ils affrontaient l’Athletic Bilbao en Supercoupe d’Espagne. Mais il fallait se méfier de ces Basques parce qu’ils avaient éliminé le Real Madrid au tour précédent. L’exploit des hommes de Marcelino contre les Merengues a pourtant connu un écho face aux Blaugranas ce dimanche.

En effet, menés au score, les joueurs de Bilbao sont revenus à égalité dans les toutes dernières minutes de la rencontre par l’intermédiaire d’Asier Villalibre (90e) avant de prendre un avantage définitif en tout début de prolongation grâce à l’inévitable Iñaki Williams (93e). Mais Asier Villalibre a fait beaucoup de mal aux Catalans jusqu’à la toute fin de la rencontre. C’est lui qui fait expulser Lionel Messi, l’Argentin, qui a totalement dégoupillé.

Nouvelle polémique en vue ?

En toute fin de match (119e) alors que la Pulga et le Barça ne ménageaient pas leurs efforts pour revenir à égalité et espéraient arriver à la loterie des penalties, Messi passe, en dribblant, de la droite vers le centre du terrain avant de décaler sur la gauche Jordi Alba. Toutefois, après cette passe, La Pulga est retenue par Asier Villalibre et lui assène une sorte de coup de poing dans le visage. L’arbitre décide d’aller regarder les images et lui donne, finalement, un carton rouge assez mérité.

Une conduite violente qui devrait donc empêcher Lionel Messi de participer aux prochains matches du FC Barcelone qui, malgré le doublé d’Antoine Griezmann, avait bien besoin de sa star argentine. Pour ce genre d’action, Messi peut être exposé à une sanction de 4 à 12 matches, selon l’article 98 du Code disciplinaire de la fédération espagnole. Mais, Sport dévoile que selon le rapport, qui semble-t-il a été clément de la part de l’arbitre, Gil Manzano, le numéro 10 du Barça ne pourrait écoper que d’un à trois matches de suspension pour « usage excessif de la force ». Pour autant, Lionel Messi a écopé de son premier carton rouge avec le FC Barcelone ce dimanche, à 33 ans, après 753 matches. Mais si la sanction était trop clémente, une polémique naîtrait du côté du Real Madrid…

Avec Footmercato

LA REACTION DE YOUSSOUPHA DABO, COACH DE TEUNGUETH FC

Le Raja athletic club évincé, Zamalek et Espérance Tunis, habitués et vainqueurs à plusieurs reprises de la Ligue africaine des champions, se dressent devant Teungueth Fc, club sénégalais qui y fait ses premiers pas. “Cela reste du football”, a martelé le coach du club rufisquois, Youssoupha Dabo, en réponse.
“C’est vrai que nous sommes dans un groupe relevé mais c’est une compétition, a-t-il réagi. Il ne fallait pas s’attendre à jouer dans un groupe facile. Parce que c’est le niveau de la compétition qui le demande. Il ne faut pas être trop regardant sur le nom des équipes. Parce que cela reste du football. Si on se focalise sur le nom des équipes, cela peut être un facteur bloquant.”

“Le Raja comme baromètre”

Poursuivant, il ajoute : “on a nos qualités et nos défauts comme toutes les équipes qui logent cette poule. Il faudra prendre le temps de bien analyser les différents adversaires et les jouer un à un. Cela ne sera pas facile ni pour nous ni pour eux. Mais les deux confrontations contre le Raja doivent nous servir de baromètre, de leçon. Il faut qu’on continue à garder ce même état d’esprit contre le Raja parce que c’est aussi la concentration, la gestion des détails, et on l’a bien fait lors de la double confrontation contre le Raja. On doit se servir de cela pour mieux aborder cette phase de poules. Mais, je reste persuadé qu’on aura nos chances. Et il faudra les jouer à fond pour prendre une des deux places qualificatives. Moi, j’y crois parce que je connais mon équipe. Je sais que si on s’y met et qu’on travaille, on s’en sortira”.

Le Mouloudia club d’Alger complète la poule D dans laquelle figure Teungueth Fc, en phase de poules de la C1 africaine.

TEUNGUETH FC HERITE DU ZAMALEK ET DE L’ESPERANCE

Qualifié en phase de poules de la Ligue africaine des champions (LDC), Teungueth Fc connait ses adversaires. Youssoupha Dabo et ses hommes héritent de la poule D, en compagnie de l’Espérance Tunis, du Zamalek, champion egyptien, et du Mc d’Algérie.

Pour passer au prochain tour, le capitaine Moutarou Baldé et sa bande devront sortir l’artillerie lourde face à des clubs capés du continent comme le Zamalek. Il s’agit d’un des clubs les plus titrés du pays et du continent africain, qui a remporté un total de 73 trophées.

Finaliste en 2020, le club du football égyptien a remporté, à cinq reprises la C1, en 1984, 1986, 1993, 1996 et 2002.

L’Espérance Tunis, finaliste de l’édition 2010 après une finale controversée contre le TP Mazembe, a remporté le titre, en 2011, après une victoire en finale contre le Wydad mais a raté le doublé en 2012 contre Al Ahly, l’actuel tenant du titre.

CAF: La candidature de Me Augustin jugée recevable

La candidature de Me Augustin Senghor a été jugée recevable par la commission de gouvernance de la Confédération africaine de football (CAF).

Ledit comité s’est réunie au Caire les 5 et 6 janvier 2021. Ce, pour effectuer les contrôles d’éligibilité des candidats aux postes de président et de membres du Comité Exécutif de la Caf. Ils ont officiellement recensé 5 candidatures pour la présidence de la Caf et 16 candidatures pour un poste de membre du Comité exécutif de la Caf.

A la fin de leurs travaux, Me Augustin Senghor (Sénégal),  Président de la Fédération sénégalaise de football a vu sa candidature validée par le comité. Celle de Jacques Anouma président d’honneur de la Fédération ivoirienne de football aussi a été jugée recevable.

Par contre, la candidature du président sortant, Ahmad Ahmad a été jugée irrecevable. Celles de Ahmed Yahya, président de la Fédération Mauritanienne de football et de Patrice Tlhopane Motsepe ont été jugées recevables, mais, nécessitent des contrôles supplémentaires.

A signaler que l’élection aura lieu en mars prochain à Rabat.

Ce qu’il faut savoir sur la soirée polémique de Neymar

Depuis samedi, Neymar (28 ans) organise une grande fête dans son manoir de Rio de Janeiro. Ces festivités doivent s’étirer jusqu’au 1er janvier. La polémique continue de plus belle au Brésil.

L’information a fait l’effet d’une petite bombe au Brésil et en Espagne. Nous apprenions ce dimanche que Neymar, qui est actuellement au Brésil en vacances, préparait des soirées pour les fêtes de fin d’année. Dans un pays comme le Brésil, durement touché par l’épidémie de coronavirus (190 000 morts), l’idée de l’Auriverde passe mal.

D’autant plus qu’il aurait invité pas moins de 500 personnes dans un manoir, qu’il a acheté près de 100 millions d’euros et dont la superficie se rapproche des 10 000 m². C’était d’ailleurs le lieu où l’ancien du FC Barcelone avait été confiné lors de la première vague qui avait touché la France en mars dernier. Mais grâce à L’Équipe, nous en savons un peu plus.

Un invité se pose des questions

L’information faisant état du fait que les convives allaient être privés de leur téléphone portable durant les réjouissances était déjà sortie, mais les invités devront impérativement présenter un test PCR négatif afin de participer à la soirée. En outre, ils sont censés, toujours selon le quotidien, porter un masque le temps où ils seront présents.

Même un de ses invités commence à se dire que cela fait beaucoup : « au départ, ça devait être une fête un peu intime, pour 50 personnes, là ça devient un peu abusé ». Malgré la polémique, la fête ne semble pas terminée, puisqu’elle doit s’étirer jusqu’au 1er janvier 2021. On risque de beaucoup entendre parler de Neymar jusque-là.

Avec Footmercato

Gravement blessé, Moussa Wagué ne terminera pas la saison !

Moussa Wagué a contracté une terrible blessure, hier avec son club le PAOK Salonique. L’international sénégalais ne pourra pas terminer la saison, selon plusieurs médias spécialisés.

Recruté par le FC Barcelone suite à sa Coupe du monde 2018 pleine de promesses, Moussa Wagué a décidément du mal à confirmer. Après son prêt de 6 mois à Nice qui a tourné court en raison de l’arrêt de la Ligue 1 la saison passée, l’international sénégalais de 22 ans a de nouveau été prêté, cette fois au PAOK Salonique.

Le sens du sacrifice

Alors qu’il était peu à peu en train de faire son trou en Grèce, le latéral droit a toutefois été brutalement fauché en plein élan dimanche à l’occasion de la défaite contre l’Aris Salonique (0-1). Le Lion s’est en effet sacrifié pour empêcher le deuxième but adverse, et il y est parvenu, sauf que son genou a violemment heurté le poteau.

Rupture du ligament croisé

Verdict : rupture du tendon rotulien, au niveau du ligament croisé latéral, postérieur et antérieur. Autant dire que la saison de Wagué est déjà terminée… Le PAOK a annoncé que le joueur suivra son programme de rééducation en collaboration avec le FC Barcelone.

Ligue des Champions : Le tirage au sort complet des huitièmes de finale

Le tirage au sort des huitièmes de finale de la Ligue des Champions a eu lieu ce lundi à Nyon. Et le Paris Saint-Germain a tiré un adversaire bien connu, le FC Barcelone, renseigne Footmercato.

Quelques jours après la fin des phases de poules de la plus prestigieuse des compétitions européennes, les seize équipes qui ont obtenu leur ticket pour le prochain tour vont connaître leur adversaire. On notera qu’il risque d’y avoir quelques chocs dès ces rencontres qui se disputeront les 16, 17, 23 et 24 février 2021 pour les allers, et les 9, 10, 16 et 17 mars pour les retours. Effectivement, le FC Barcelone et l’Atlético de Madrid sont notamment dans le deuxième chapeau après avoir terminé à la deuxième position de leur groupe respectif.

Tous deux peuvent donc notamment être l’adversaire du Paris Saint-Germain d’ici deux mois. Des retrouvailles entre le club francilien et l’Atalanta sont aussi possibles, comme on peut par exemple assister à une nouvelle opposition entre les Catalans et le Bayern Munich. On rappelle également que les équipes qui ont terminé dans le premier chapeau joueront leur match retour à la maison, et que deux clubs d’un même pays ne peuvent pas s’affronter en huitièmes.

Cette saison, le favori n’est autre que le champion en titre, le Bayern, qui semble aujourd’hui bien au-dessus des autres grosses écuries du Vieux Continent. Mais d’ici le printemps, la situation peut changer… On peut également nourrir l’espoir de voir des phases finales – peut-être pas dès les huitièmes mais pourquoi pas dès les quarts – avec du public dans tous les stades européens, comme on a pu le voir lors des rencontres à domicile des équipes russes pendant cette phase de poules. Tout dépendra logiquement de l’évolution de la situation sanitaire d’ici là.

Les rencontres des huitièmes de finale de la Ligue des Champions :

  • Borussia Mönchengladbach (ALL) vs Manchester City (ENG)
  • Lazio (ITA) vs Bayern Munich (ALL)
  • Atlético de Madrid (ESP) vs Chelsea (ENG)
  • RB Leipzig (ALL) vs Liverpool (ENG)
  • FC Porto (POR) vs Juventus (ITA)
  • FC Barcelone (ESP) vs Paris Saint-Germain (FRA)
  • Séville FC (ESP) vs Borussia Dortmund (ALL)
  • Atalanta (ITA) vs Real Madrid (ESP)

Week-end des Lions : M’Baye Niang sort Rennes de la crise, Krépin décisif

Mbaye Niang a retrouvé le chemin du but. Krépin Diatta a lui aussi été décisif, ce dimanche.

Quand l’hiver approche, les doux rêves de l’été s’estompent et font place à une réalité implacable. C’est peut-être ce que c’est dit un Patrick Vieira désabusé avant le coup d’envoi de ce match de la 14e journée, confortablement enfoncé dans son canapé. Au même moment, Adrian Ursea, catapulté numéro un à sa place au début du mois, s’est surement creusé la tête pour apporter un peu de continuité et de confiance à un groupe démoli pièce par pièce en phase de poules de Ligue Europa et onzième de Ligue 1 avant cette partie. En face, Rennes, pas beaucoup plus en forme, visait un premier succès en championnat depuis le 31 octobre avec une équipe remaniée. M’Baye Niang retrouvant notamment le onze – chose qu’il n’avait plus connu depuis la 1ère journée -, quand Adrien Truffert l’épaulait dans un rôle d’ailier gauche.

Comme un symbole de cette déprime généralisée, c’est Eduardo Camavinga qui offrait les premières cartouches aux Niçois. D’abord en laissant Amine Gouiri lui subtiliser le ballon et filer plein axe (2e), puis en se faisant surprendre par un jaillissement de Morgan Schneiderlin qui aboutissait à une frappe non cadrée depuis l’intérieur de la surface d’Alexis Claude-Maurice (8e). Le natif de Noisy-le-Grand avait tout de suite une deuxième chance, plein axe, que Romain Salin sortait d’une horizontale maîtrisée (12e). La réponse rennaise intervenait sur corner, avec Nayef Aguerd qui croisait parfaitement son coup de casque… repoussé sur la ligne, au second poteau, par Gouiri (14e). Les Bretons insistaient et Hamari Traoré distillait un centre vicieux à mi-hauteur que Truffert était proche de reprendre (21e). Faitout Maouassa rentrait ensuite intérieur depuis son côté gauche pour lâcher une frappe puissante du droit (25e), puis Walter Benítez sortait une nouvelle tête d’Aguerd sur l’action suivante.

M’Baye Niang profite du cadeau niçois

Nice décidait alors de se saborder. Jordan Lotomba transmettait dans son camp un ballon à Danilo, qui manquait son contrôle, Truffert interceptait et servait instantanément Niang, qui tirait et coulait un Benítez loin d’être impérial sur ce coup (1-0, 28e). Encore une fois, Gouiri tentait alors d’inverser la tendance, seul. L’attaquant de 20 ans décrochait dans le cœur du jeu pour lancer Lotomba dans le couloir droit, qui le retrouvait dans la surface avec un centre puissant… Salin se trouait et boxait le crâne de son partenaire Damien Da Silva, quand Gouiri manquait le cadre (38e). L’ancien de l’OL s’essayait finalement à un geste acrobatique trois minutes plus tard, sur une remise de la tête de Jeff Reine-Adélaïde, mais celui-ci fuyait à nouveau le but (41e). Au retour des vestiaires, Rennes affichait un niveau de jeu bien supérieur et étouffait Nice. Camavinga illuminait le jeu et Maouassa déclenchait un nouveau tir, cette fois du gauche, qui terminait juste au-dessus de la barre (52e).

Jeff Reine-Adélaïde, décidément inspiré à la passe cet après-midi, alertait Claude-Maurice dans la profondeur après une percée sur une phase de transition, mais ce dernier décochait un tir trop axial et butait sur Salin (57e). Danilo mettait de son côté, lui même, un point final à sa copie bien pâle en se blessant en bottant un coup franc et en cédant sa place à Robson Bambu (63e). Un jeu à trois permettait à Jeremy Doku de prendre sa chance en bonne position (68e), alors que Camavinga montrait toute sa classe en décalant un Traoré qui ne réglait pas la mire en angle fermé (70e). Aguerd claquait, lui, une troisième tête non loin du cadre (82e) et Georginio Rutter voyait Benítez sortir rapidement dans ses pieds (84e). Rideau. Rennes grimpe provisoirement d’une place au classement, Nice reste onzième avant la suite de la 14e journée. Winter is coming comme dit l’autre.

Opa Nguette et Konaté buteurs

Dans le derby, le RC Strasbourg Alsace (17e) et le FC Metz (13e) croisaient le fer à la Meinau. En première période, Bronn ouvrait le score sur penalty (35e, 0-1) avant de manquer un second après la pause (51e). Les Strasbourgeois en profitaient pour égaliser avec un but de Simakan, fautif sur les deux penalties (66e, 1-1) mais Nguette redonnait l’avantage aux siens (70e, 1-2) avant un but de Thomasson (78e, 2-2). Les deux équipes se quittaient donc dos à dos.

Quelques jours après le licenciement de Christian Gourcuff, remplacé par Patrick Collot sur le banc, le FC Nantes (14e) accueillait la lanterne rouge Dijon au Stade de la Beaujoire, où les supporters étaient venus faire part de leur mécontentement aux abords de l’enceinte. Dans une passe difficile avec quatre matches sans succès et un entraîneur remercié, les Canaris devaient relever la tête, et le 20e du championnat semblait être la cible idéale. Le 4-4-2 de Gourcuff oublié, Collot partait sur un 4-3-3 côté nantais pour faire changer les choses. Et dès le début de match, les locaux montraient de bonnes choses avec une première opportunité pour Simon, qui trouvait Racciopi sur sa route (8e).

Dijon mettait alors en place un fort pressing pour rééquilibrer la partie, mais le premier tournant arrivait. Touché dans la surface, Edmond obtenait un penalty que Simon transformait (24e, 1-0). Le FCN menait donc à la pause malgré des occasions de 2-0 (Simon 39e, Edmond 45e+1), alors que le 1-1 n’était pas loin non plus (Sammaritano 40e, Konaté 43e). Plutôt actif côté dijonnais, Konaté insistait mais se manquait encore (47e), avant d’être récompensé d’un intérieur du pied (54e, 1-1). Les locaux souffraient et Lafont réalisait un arrêt décisif (57e). Derrière, les deux équipes faisaient tout pour l’emporter avec plusieurs occasions de chaque côté, mais personne ne prenait le dessus. Le FCN restait à sa place, alors que Dijon était toujours dernier.

Krépin offre la victoire à Bruges

Même privée de son capitaine Ruud Vormer, positif au coronavirus, l’équipe de Philippe Clement n’a jamais été réellement inquiétée par le Great Old.

Il faut dire que Krépin Diatta a rapidement ouvert le score d’une volée croisée sur un bel assist de l’intenable Noa Lang (0-1, 2e) et que l’Antwerp a été réduit à dix à la 16e minute à peine. Mis en difficulté par un mauvais dégagement de son gardien iranien Alireza Beiranvand, le Français Jérémy Gelin a dû faire la faute sur Charles De Ketelaere qui partait au goal.

Dans la foulée, l’Antwerp a cru à l’égalisation mais le tir de Simen Juklerod, légèrement dévié par Simon Mignolet, a heurté le poteau brugeois. Le Club a aussi frappé le poteau sur une reprise instantanée de Noa Lang.

Au retour des vestiaires, Mats Rits a tué tout suspense en faisant le break sur une frappe déviée (0-2, 49e). Les Brugeois ont ensuite calmement géré leur avance pour signer un sixième match de rang sans défaite en championnat.

Les Gazelles sont donc en tête avec 33 points, devant Genk (31), battu à Anderlecht vendredi (1-0), et le Beerschot (28), défait à Mouscron samedi (3-1). L’Antwerp d’Ivan Leko, après une seconde défaite de rang, est 7e (25).

Racisme : le sentiment de culpabilité d’Achille Webo

Après les dires racistes du quatrième arbitre Sebastian Coltescu envers Pierre Achille Webo, l’adjoint de l’Istanbul Basaksehir, lors du dernier match des phases de poules de Ligue des Champions entre le Paris Saint-Germain et le club stambouliote, Okan Buruk est sorti du silence et a notamment évoqué les difficultés de son adjoint à passer à autre chose lors d’un entretien accordé à L’Équipe samedi.

En effet, l’entraîneur turc, qui a rapidement apporté son soutien à son adjoint, a néanmoins indiqué que Webo s’était senti coupable d’avoir été à l’origine d’une telle polémique, lui qui ne s’attendait pas à se retrouver au centre de l’attention dans cette affaire.

«Jeudi et mercredi, il était triste. Il ressentait une forme de culpabilité parce qu’il avait été à l’origine de l’action. Il s’est dit: “c’est à cause de moi qu’il y a eu ça.” Après, il a bien compris que rien n’était de sa faute et qu’il était la victime. Vendredi, il se sentait mieux», a-t-il ainsi confié avant de toutefois reconnaître que l’erreur peut être humaine. «Mais on veut montrer notre humanité en disant que l’erreur est humaine. Et ce jour-là, il en a commis une. […] C’était la C1, ça va avoir forcément des répercussions. J’espère qu’il y aura un avant et un après. Je ne peux pas imaginer que cela se reproduise.»