INONDATIONS : MACKY SALL INSISTE SUR LE SYSTÈME D’ÉVACUATION DES EAUX DE PLUIES

Alors que de nombreuses localités du pays, dont Dakar, ont déjà reçu leurs premières pluies, le président de la République a donné de nouvelles directives pour éviter la calamité de inondations, surtout à la haute de celles de l’année dernière.

En Conseil des ministre, ce mercredi 30 juin 2021, Macky Sall « invite le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, en relation avec les ministres en charge de l’Intérieur, des Infrastructures, des Collectivités territoriales et du Développement communautaire, à intensifier la mise en place de dispositifs préventifs, nécessaires à l’évacuation systématique et rapide des eaux pluviales dans nombre de quartiers à Dakar et dans les régions ».

Toujours dans le cadre de la protection des populations des conséquences néfastes de l’hivernage, le chef de l’Etat a « demandé au ministre de l’Intérieur, à travers la Direction de la Protection civile, d’assurer en liaison avec les collectivités territoriales, l’installation adéquate et la fonctionnalité du réseau national de paratonnerres ».

TIVAOUANE : DES LYCÉENS MANIFESTENT CONTRE LA TENUE D’UNE CONFÉRENCE SUR LE GENRE

Les élèves du lycée Khalifa Ababacar Sy ont improvisé une marche ce mercredi 30 juin 2021. Cette démarche fait suite à l’annulation de la rencontre qui devait se tenir dans le lycée. Une annulation faite par ces élèves car cette rencontre avait pour but de « promouvoir l’homosexualité ».

Des affiches sur lesquelles on peut lire « Tous contre les violences basées sur le genre » étaient accrochées un peu partout dans l’école. En réalité, cette initiative vient du Graf (Groupe de recherche et d’appui aux initiatives féminines), avec comme crédo, « Justice sociale ». Il s’apprêtait à s’entretenir des questions de genre aux lycéens. Considérant cette conférence comme un moyen de « promouvoir l’homosexualité », les lycéens l’ont annulé et ont tout de suite après entamé une marche qui les a menés à la mairie, au domicile du Khalife, Serigne Babacar Sy Mansour en passant par la Gare routière et l’Ief. Le Khalife a magnifié leur démarche et a déclaré que s’il était au courant de ce projet avant ce jour, il aurait empêché sa tenue.

LE NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE LANCE L’ASSAUT CONTRE L’INSÉCURITÉ

A peine installé, en remplacement du général de Corps d’armée Jean Baptiste Tine, le général de Division Moussa FALL, Haut commandant de la gendarmerie nationale, agit contre l’insécurité. Sur ses instructions, une vaste opération de sécurisation a été menée dans l’après-midi et la soirée du samedi 19 juin 2021, dans le cadre de la lutte contre la criminalité et la délinquance dans les secteurs de Keur Massar Mbao et Tivaouane Peul, visant notamment la forêt classée de Mbao, les abords du rond-point des stations de Keur Massar, l’unité 11 de Keur Massar, la décharge de Mbeubeuss, le quartier Darou Salam de Tivaouane peul, et les bars clandestins signalés dans le secteur.


Près de 300 gendarmes mobilisés

Près de trois cents (300) gendarmes mobiles et territoriaux provenant de différentes unités de la légion de gendarmerie ouest, ont été engagés pour l’« assainissement » de certains quartiers et alentours des zones définies où les renseignements recueillis préalablement en vue de préparer cette opération ont signalé une forte prévalence de la criminalité et des activités délictuelles en forte augmentation, informe le communiqué, reçu à Emedia.

Selon le document, le bilan humain et matériels de l’intervention fait état de 150 personnes interpellées pour identification dont 02 femmes, 14 personnes réunies en bande organisées arrêtées pour association de malfaiteurs, trafic de chanvre indien ; 12 kilogrammes de chanvre indien saisis dont une partie conditionnée pour la vente de détail ; 357.000 F CFA saisis au titre des produits issus de la vente de drogue ; 02 coupe-coupe et 03 couteaux saisis.

“Cette opération avait pour but de mettre fin aux agissements des bandes criminelles qui perpétraient des atteintes contre les personnes et les biens. Afin de rétablir le sentiment de sécurité au sein du département et dans la commune de Keur Massar. Et, ainsi renforcer la confiance des populations dans l’action de la gendarmerie dans le cadre de sa mission de sécurisation des personnes et de leurs biens tout en les incitant à collaborer dans le domaine du renseignement et la transmission de l’alerte pour mieux orienter son action mais également permettre son intervention dans des délais plus rapides.

A l’image de l’opération menée hier à Keur Massar, le général de Division Moussa FALL, Haut commandant de la Gendarmerie et directeur de la justice militaire, a donné des instructions pour que les opérations de sécurisation soient menées régulièrement par toutes les légions de gendarmerie dans leurs secteurs respectifs et sur l’étendue du territoire pour inverser les tendances haussières de la délinquance et de la criminalité. Il a instruit la Chaine Emploi-Opérations de l’état-major de lui soumettre une directive opérationnelle allant dans ce sens et celui d’intégrer davantage les unités de gendarmerie mobile de la LGI, le Groupe cynophile et le groupement de cavalerie montée dans le cadre de patrouilles de sécurisation préventive quotidienne dans les quartiers isolés et sensibles dans le but de prévenir la délinquance. Avec cette dynamique, nul doute que toutes les zones de prédilection de la criminalité et de la délinquance situées dans la zone de compétence de la Gendarmerie dans la région de Dakar et à l’intérieur du pays ne tarderont pas à être visitées par les gendarmes”, ajoute la note.

150 ha de la bande des filaos, le Forum civil interpelle Macky et révèle…

Le forum civil ne lâche pas l’affaire. En effet, il vient de faire une déclaration sur le déclassement de la bande des filaos dans laquelle il interpelle le chef de l’Etat.

Le Forum civil (Fc) s’insurge contre le décret n°2021-701 du 04 juin 2021 du chef de l’Etat. Celui-ci approuve et rend exécutoire le Plan d’Urbanisme de Détails (PUD) de la zone nord de Guédiawaye et déclasse 150.58 hectares de la bande de filaos. 

Pour le FC section Guédiawaye, «en prenant ledit décret, le Président de la République, vient de poser un acte dommageable, en contradiction absolue avec ses précédentes déclarations concernant cette bande des filaos située dans la zone des Niayes.»

Horreur sur la plage de Malika : 9 personnes mortes noyées, 3 introuvables

C’est actuellement la consternation sur la plage de Malibu. Plusieurs vies y ont été emportées par les eaux.

C’est un après-midi de dimanche des plus dramatiques sur la plage de Malibu. Neuf personnes y ont perdu la vie. Elles sont mortes noyées. Deux personnes sauvées par les pompiers, ont été évacuées à l’hopital de Keur Massar. Et les recherches se poursuivent puisque 3 autres personnes sont introuvables. Nous y reviendrons.

DOUGAR : LE LITIGE FONCIER ENTRE LES POPULATIONS ET PEACOCK ATTERRIT À LA BARRE

Le litige foncier de Dougar atterrit à la barre des tribunaux. C’est d’ailleurs ce lundi que le dossier sera appelé en référé. Les populations de la localité réclament 72 hectares de leurs terres attribués à la société immobilière marocaine Peacock. Elles ont manifesté hier.

Après plusieurs reports, la marche des populations de Dougar s’est tenue ce dimanche, 6 juin. Jeunes, femmes et vieux, habillés de tee-shirt rouges, ont scandé ce slogan : “nos terres ou nos vies’’. La marche, encadrée par les forces de l’ordre, s’est ébranlée à 10 heures du centre professionnel de Diamniadio vers les locaux de la Mairie.

Les mouvements “Frapp / France dégage” et Y’en a marre étaient représentés par Guy Marius Sagna et Thiat, entre autres membres. Dougar réclame 159 hectares à l’État dont 72 octroyés à la société immobilière marocaine Peacock. Très en colère, les populations se disent expropriées.

« Ce sont les agents de l’administration qui sont dans leur bureau et font ce qu’ils veulent, a fulminé leur porte-parole, Diop Ndour Ndiaye. A chaque fois qu’il y a problème, ils représentent l’État, mais quand ils sont dans leur bureau pour signer, ils ne gèrent que leurs poches. Nous avons une plainte introduite contre Peacock et tous les responsables qui ont participé. Nous avons demandé au Tribunal d’arrêter les travaux. Parce que Peacock n’a pas le droit d’être à Dougar. Nous voulons qu’ils arrêtent les travaux et nous avons les papiers qu’il faut. Sur les 72 hectares, 15 empiètent le village. La population y habite et il y a un cimetière dans ces 15 hectares ».

Macky Sall va lourdement taxer les bouillons alimentaires

Macky Sall va lourdement taxer les bouillons alimentaires

vendredi 4 juin 2021 • 493 lectures • 0 commentaires

ACTUALITÉ 1 HEURE Taille 

Macky Sall va lourdement taxer les bouillons alimentaires

https://googleads.g.doubleclick.net/pagead/ads?client=ca-pub-1061267829283799&output=html&h=280&slotname=6278719341&adk=3478817660&adf=86662503&pi=t.ma~as.6278719341&w=772&fwrn=4&fwrnh=100&lmt=1622807159&rafmt=1&psa=1&format=772×280&url=https%3A%2F%2Fwww.igfm.sn%2Fmacky-sall-va-lourdement-taxer-les-bouillons-alimentaires&flash=0&fwr=0&rpe=1&resp_fmts=3&wgl=1&uach=WyJXaW5kb3dzIiwiMTAuMCIsIng4NiIsIiIsIjkxLjAuNDQ3Mi43NyIsW11d&dt=1622807156571&bpp=39&bdt=1439&idt=3063&shv=r20210601&cbv=%2Fr20190131&ptt=9&saldr=aa&abxe=1&cookie=ID%3Dbef1f336aa794194-220c0181b9c80096%3AT%3D1622716452%3ART%3D1622716452%3AS%3DALNI_MYAI2JlYzaK4tPNQS_39fhO9hI2Ww&prev_fmts=0x0&nras=1&correlator=6325879179468&frm=20&pv=1&ga_vid=1955810419.1622712834&ga_sid=1622807159&ga_hid=1208920170&ga_fc=0&u_tz=60&u_his=3&u_java=0&u_h=720&u_w=1280&u_ah=680&u_aw=1280&u_cd=24&u_nplug=3&u_nmime=4&adx=55&ady=1189&biw=1263&bih=560&scr_x=0&scr_y=700&eid=31060615&oid=3&pvsid=2874592602913265&pem=714&ref=https%3A%2F%2Fwww.igfm.sn%2F&eae=0&fc=1920&brdim=0%2C0%2C0%2C0%2C1280%2C0%2C1280%2C680%2C1280%2C577&vis=1&rsz=dM%7C%7CaeE%7Cp&abl=XS&pfx=0&fu=1152&bc=31&ifi=2&uci=a!2&fsb=1&xpc=8tvK9kuDev&p=https%3A//www.igfm.sn&dtd=3074

Profitant de l’examen du projet de la première Loi de finance rectificative (Lfr) de l’année budgétaire 2021, le Président Macky Sall a décidé d’appliquer une lourde taxe sur les bouillons alimentaires. L’objectif est non seulement de renflouer les caisses de l’Etat, mais surtout de lutter contre «les externalités négatives induites par la consommation de ce type de produits».

Le chef de l’Etat Macky Sall ne joue pas avec la santé des Sénégalais. Il n’entend surtout pas lé- siner sur les pouvoirs à lui conférés pour mettre à exécution ses volontés, dans le seul but de protéger la vie de ses compatriotes, Dans le projet de la première Loi de finance rectificative (Lfr) de l’année budgétaire 2021, examiné et adopté en Conseil des ministres hier jeudi, il a décidé d’imposer une lourde taxe sur les bouillons alimentaires.

Lesquels présentent le danger de causer des maladies, dont le diabète, l’hypertension artérielle et surtout l’accident vasculo-cérébral (Avc), en raison de leur forte teneur en sel. Ces bouillons alimentaires sont des préparations obtenues à partir de chlorure de sodium, de substances riches en protéines ou leurs extraits et/ou hydrolysats, ou de substances à base de végétaux avec ou addition d’exhausteurs de goûts, de substances aromatisantes, de matières grasses comestibles, d’épices de leurs extraits naturels ou distillats et de toute autre denrée alimentaire visant à améliorer la sapidité.

Nuisibles à la santé humaine, ces bouillons empoisonnent à petit feu et sont des «tueurs silencieux» dans nos assiettes. Pour contribuer à sauver des vies, l’Etat a décidé de décourager leur consommation en instituant une taxe spécifique de 25% sur les bouillons alinientaires. «Au taux de 25%, la taxe s’applique aux bouillons alimentaires produits ou importés, pour une utilisation directe en cuisson ou assaisonnement», précise-t-on. En plus de son rendement budgétaire, cette taxe est appelée à peser significativement dans la lutte contre les externalités négatives induites par la consommation de ce type de produits. Les autorités étatiques entendent appliquer, en toute rigueur, ladite taxe sur les bouillons culinaires.

C’EST OFFICIEL ! KEUR MASSAR DEVIENT LE 46e DÉPARTEMENT DU SÉNÉGAL

C’était dans l’air depuis la visite du président de la République, Macky Sall, au mois de septembre dernier, dans les zones inondées de la banlieue de Dakar, suite à des pluies diluviennes.

Le jeudi 17 septembre 2020, le chef de l’Etat avait annoncé, parmi ses premières décisions, l’érection de Keur Massar en département, ce qui en ferait le 5e département de la région de Dakar et le 46e du territoire national. L’officialisation vient d’être actée ce mercredi, 2 juin 2021, après que le décret n° 2021-687, relatif au nouveau découpage administratif a été signé le 28 mai 2021 et annoncé dans un communiqué conjoint des ministères de l’Intérieur et des Collectivités locales.

La commune de Keur Massar, à cheval entre les départements de Pikine et Rufisque, est l’une des zones les plus touchées par les inondations. D’autres actes administratifs viendront compléter le décret en question, pour corriger certaines incohérences territoriales.

Il y a quelques semaines, à l’annonce des premières moutures du nouveau découpage administratif, beaucoup de voix s’étaient levées pour contester le nouveau projet, en y voyant notamment une volonté du pouvoir de se tailler la part belle en vue des prochaines élections locales.

ÉVASION DE BOY DJINNÉ : LES GARDES PÉNITENTIAIRES DU CAMP PÉNAL LIBÉRÉS

Cinq gardes pénitentiaires en faction le jour de l’évasion de Baye Modou Fall dit Boy Djinné (jeune génie) au quartier haute sécurité de la prison du Camp pénal ont tous été auditionnés hier. Face aux enquêteurs, ils ont nié leur implication, indiquant n’avoir rien vu et rien entendu.

Pour l’heure, ils ont été libérés en attendant la suite de l’enquête, après avoir été mis aux arrêts depuis que l’as des évasions a réussi son 12e coup, d’autant plus que la cellule 1 où était incarcérée Boy Djinné est attenante au poste où se trouvaient les gardes pénitentiaires.

Selon le journal Les Echos, les policiers de la Sûreté urbaine (SU) de Dakar, sous la houlette du commissaire Bara Sangaré essayent, pour l’heure, de reconstituer les circonstances de l’évasion.

L’affaire a fait une première victime. Le directeur du Camp pénal a été relevé de ses fonctions. Baye Alley Konté a été remplacé par Oumar Diop, précédemment chef de la Division des Ressources Humaines.

Boy Djinné est toujours recherché. A peine 24 heures après son évasion, il s’est exprimé sur Itv, la chaine de télé du groupe E-Media, indiquant avoir forcé sa liberté provisoire après une longue détention.

“Je ne quitterai pas le pays. Qu’ils sortent les preuves qu’ils ont et dès qu’ils enrôleront mon dossier, dès que mes avocats m’avertiront, je me présenterai devant le juge”, a-t-il déclaré.

M. T. Ndiaye”J’ai voulu assassiner le président Macky Sall avec un couteau”

C’est ainsi que s’est manifesté, hier, au tribunal, le nommé M. T. Ndiaye pour justifier son acte. D’après les explications de Rewmi Quotidien , l’accusé a tenté de commettre un crime lors de la visite de l’hôte du chef de l’Etat, Macky Sall, le président chinois. Ce, à quoi s’est opposé l’agent de sécurité de Macky Sall qui a su le maîtriser. 
Mais d’après la source, le mis en cause ne jouirait pas de toutes ses facultés mentales et a voulu déverser sa colère sur les Sénégalais, en l’occurrence Macky Sall parce que la chance ne lui a pas souri depuis son retour de l’Europe en 2015. « J’ai été en Europe pendant presque six années et je n’ai rien pu réaliser. Et à chaque fois qu’on me convoque pour un emploi, l’entreprise met la clé sous le paillasson », s’est-il défendu. Pourquoi ? Parce que, pour lui, les Sénégalais sont responsables de tous ses déboires.
Heureusement pour le président, l’agent de sécurité a assuré sa protection après avoir reçu 3 coups d’un couteau de 8 cm de la part du coupable. « Le jour des faits, il est arrivé par derrière. Je ne l’avais même pas vu. Il m’a surpris avant de m’assener 3 coups de couteau au niveau du flanc gauche. Malgré mes blessures, je me suis battu avec lui avant de le désarmer. C’est sur ses entrefaites que je lui ai donné un coup et il est tombé sur les barrières. C’est comme ça qu’il a été maitrisé avant d’être mis aux arrêts », narre le garde rapproché.
Vu son état psychologique, le représentant du parquet a demandé au président de la chambre de consulter un psychiatre pour évaluer son état mental. L’avocat constitué pour la défense a soutenu que cette affaire n’a pas de raison d’être appelée à la barre de la chambre criminelle car le prévenu est fou et que l’Etat doit lui remettre 10 milliards pour au moins qu’il puisse retrouver ses esprits.
L’affaire est mise en délibéré le 2 juin prochain.

1 2 3 9