CORONAVIRUS : 250 NOUVELLES CONTAMINATIONS ET 10 DÉCÈS

 Le ministère de la Santé a rapporté, mercredi, 250 nouvelles contaminations au Covid-19 et 10 décès enregistrés au cours des dernières vingt-quatre heures. ’’Sur 1380 tests réalisés, 250 sont revenus positifs, soit un taux de positivité de 18,12%’’, a annoncé le directeur de la Prévention au ministère de la Santé. Faisant le point quotidien sur l’évolution de la pandémie, le porte-parole du ministère de la Santé a indiqué que ces nouvelles contaminations concernent 76 contacts suivis, et 174 cas issus de la transmission communautaire recensés à Dakar et dans d’autres endroits du pays. Dix (10) décès ont été enregistrés, mardi, selon El Hadj Mamadou Ndiaye.  Il a rapporté que 199 patients ont été par ailleurs contrôlés négatifs et déclarés guéris alors que 46 cas graves sont pris en charge dans les services de réanimation. Depuis le 2 mars 2020, le Sénégal a enregistré au total 23 642 cas positifs au coronavirus dont 546 décès, 19 730 guéris et 3 365 personnes encore sous traitement. Le directeur de la prévention a insisté sur le respect des mesures de prévention. 

CORONAVIRUS : 196 NOUVELLES CONTAMINATIONS ET 11 DÉCÈS RAPPORTÉS LUNDI

Centre quatre-vingt-seize (196) personnes ont contracté la Covid-19 qui a également causé 11 décès au cours des dernières 24h, selon le ministère de la Santé et de l’Action sociale. ’’Sur 1888 tests réalisés, 196 sont revenus positifs, soit un taux de positivité de 10, 38%’’, a annoncé lundi le directeur de la Prévention au ministère de la Santé. Ces nouvelles contaminations concernent 86 contacts suivis et 110 cas issus de la transmission communautaire recensés à Dakar et dans d’autres endroits du pays, a précisé le porte-parole du ministère de la Santé lors du point quotidien sur l’évolution de la pandémie. Onze (11) décès ont été enregistrés, dimanche, selon El Hadj Mamadou Ndiaye.  Il a rapporté que 190 patients ont été par ailleurs contrôlés négatifs et déclarés guéris alors que 44 cas graves sont pris en charge dans les services de réanimation. Depuis le 2 mars, le Sénégal a enregistré au total 23 224 cas positifs au coronavirus dont 526 décès, 19 414 guéris et 3 283 personnes encore sous traitement. Le directeur de la prévention a insisté sur le respect des mesures de prévention.

Dr Bousso dit ses vérités…”Il faut qu’on prenne des mesures, c’est obligatoire”

Au Sénégal, le débat fait rage sur l’opportunité du couvre-feu actuel, sur le vaccin et sur l’existence même de la covid-19. Dr Abdoulaye Bousso, en première ligne dans la lutte depuis le début de la pandémie, a craché ses vérités sur ces questions, hier sur “Jakaarlo Bi”.

«Un couvre-feu de 21h et 5h apporte quelque chose à la  riposte. Ça apporte à la baisse du nombre de contaminations. A partir de 18h les gens arrêtent ce qu’ils font, arrêtent les réunions. Même si on pense que c’est faible mais ça impacte le nombre de cas (…)

Il faut qu’on prenne des mesures. C’est quelque chose d’obligatoire pour nous. Si on ne le fait pas, qu’on n’attende pas qu’on aille vers la situation que vivent d’autres pays car ce serait insoutenable (…)

Su le vaccin, je pars d’un principe, seule le vaccin peut régler une épidémie. Je pense qu’on  n’en disconvient pas. On ne peut mettre un terme à l’épidémie sans un vaccin.»

Premiers cas de grippe aviaire au Sénégal… 58000 animaux morts à Thiès

Le Sénégal vient d’enregistrer des cas de grippe aviaire H5n1. Elle a touché plusieurs oiseaux à Thiès.

L’épidémie de grippe aviaire H5N1, hautement pathogène, qui s’est déclarée dans un site sis à Thiès, a tué 58000 oiseaux. Les animaux restants ont été abattus, a déclaré l’Organisation mondiale de la santé animale, reprise par Reuters.

La grippe aviaire est une maladie virale qui sévit chez les oiseaux, et dont le taux de mortalité est très élevé chez les oiseaux d’élevage (poulet, oies, etc.).

Si la plupart des virus aviaires n’infectent pas l’homme, certains sous-types parviennent parfois à franchir la barrière des espèces : c’est le cas du virus H5N1, pathogène pour l’homme, renseigne l’institut Pasteur sur son site internet.

VACCIN CONTRE LE CORONAVIRUS : « LE SÉNÉGAL A DÉJÀ PASSÉ SA COMMANDE »

Le vaccin contre la maladie du coronavirus est très attendu dans le monde. Le Sénégal n’est pas en rade. Il est dans une initiative qu’on appelle Covax qui est une alliance de 170 pays. Lesquels ont décidé de se mettre ensemble pour engager la perspective et parmi ces pays, 56 sont à revenus intermédiaires.

En effet, face à la presse, ce jeudi 7 janvier 2021, le ministre de la Santé et de l’Action sociale rassure qu’ils sont presque à la phase finale. « A la fin du premier trimestre, nous devons recevoir les vaccins homologués dans l’initiative Covax », a révélé Abdoulaye Diouf Sarr qui, dans le même sillage, annonce qu’une commande de vaccins qui ne sera pas dans le registre de l’initiative Covax a été faite.

De même, il rassure que Sénégal va se donner les moyens financiers de vacciner sa population sur la base d’une stratégie. « Des cibles ont été déjà identifiées. Il s’agit des personnels de santé, des personnes âgées, des personnes qui ont des comorbidités et des forces de défense et de sécurité », a-t-il soutenu.

Il a également renseigné que le Sénégal n’est pas dans une logique de tester toute la population même s’il y a une prolifération des cas positifs. « On teste tous les cas suspects. En plus, il y aussi le test systématique des voyageurs. Avec l’institut Pasteur de Dakar, nous avons lancé une plateforme qui permet de produire au Sénégal des tests de diagnostic rapide. La production sera suffisante d’ici le mois de février. Ça va rendre le test plus accessible. Par rapport au test, le Sénégal est totalement confortable », a souligné le ministre de la Santé et de l’Action sociale.

S’agissant des cas de décès qui se multiplient, Abdoulaye Diouf estime que cela à une explication. A l’en croire, le problème occasionnant les décès et les cas graves est lié au nombre de cas positifs. Autrement dit, il y a une corrélation entre le nombre de cas graves et celui des cas de décès. Mais, pense-t-il : « là où il faut absolument être vigilant c’est la précocité de la prise en charge. Très souvent beaucoup de patients arrivent dans les centres de traitement à la dernière minute. »

TRANSPORTS PUBLICS : MANSOUR FAYE ANNONCE DE NOUVELLES MESURES

C’est une nouvelle batterie de mesures qui a été prise par Mansour Faye pour faire respecter les gestes barrières dans les transports publics. Le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement a arrêté une réglementation dans les véhicules de transports pour accompagner l’état d’urgence assorti de couvre-feu.

Concernant les transports publics, le nombre de passagers est limité au nombre de places assises disponible. « Pour les mesures à prendre pour lutter contre la propagation du coronavirus par le biais des transports terrestres public et privé, j’ai pris l’arrêté du 7 janvier 2021. Les principales mesures portent sur la diminution du nombre de places autorisées dans les véhicules de transports privés et publics, ensuite les dispositions sanitaires respectées dans les véhicules et au sein des gares routières », a révélé Mansour Faye, ce jeudi, à la rencontre ’’Gouvernement face à la presse’’.

Il a rappelé que les « lesdites mesures portent sur les places autorisées dans les bus standards de Dakar Dem Dikk. Un maximum de 80 places est autorisé sur le total de 110. Pour les bus Aftu (Tata) un maximum de 40 places est autorisé sur 50, le personnel n’y est pas compris. Pour les cars “Ndiaga Ndiaye” et “Car rapide”, toutes les places debout sont interdites. Le masque est obligatoire dès que le nombre de passagers est supérieur à un dans tous les moyens de transports. Si un conducteur se trouve seul dans sa voiture, il peut ne pas porter de masque. Il y aura des sanctions pour ceux qui ne respecteront pas ces mesures ».

DÉFICIT DE PERSONNEL, ARRÊT DES OPÉRATIONSS…L’HÔPITAL DE LA PAIX PLUS MALADE QUE JAMAIS !

L’hôpital de la Paix de Ziguinchor est gravement malade. Il est plus souffrant que les malades qu’il reçoit quotidiennement. Selon des sources qui se sont confiées à emedia.sn, cet hôpital, loin d’être un havre de paix pour les malades, est confronté à d’énormes difficultés et il ne parvient plus à donner des soins de qualité.

La pédiatrie, la maternité et le laboratoire sont constamment envahis par des eaux nauséabondes et infectées. Ce, parce que le système de drainage des eaux usées de l’hôpital est défectueux depuis des années. Une situation qui met les malades hospitalisés et le personnel en danger. Pis, le bloc opératoire manque presque de tout. Il est dépourvu de lampes opératoires, de respirateurs, de consommables, de matériel d’endoscopie. « Actuellement les interventions chirurgicales programmées sont suspendues. Seules les urgences sont prises en charge », a fait savoir notre source. Laquelle relève, dans le même sillage, la panne de la colonne d’endoscopie de gastro-entérologie.

Ainsi, les fibroscopies ne sont plus faites à l’hôpital depuis des mois. « Cet hôpital reçoit des malades de Ziguinchor, de Sédhiou, de Kolda et même de Vélingara. Il reçoit aussi des malades de la Guinée Bissau et de la Gambie. Les populations sont très fatiguées par les difficultés actuelles de l’hôpital », a expliqué toujours notre source, plaidant par la même occasion, la hausse de la subvention accordée à l’hôpital. Nos tentatives de joindre le directeur de l’hôpital ont été vaines.

COVID-19 : UN DÉCÈS ET UNE HAUSSE DES CAS GRAVES

Après une accalmie avant-hier samedi, un décès lié au coronavirus a été enregistré hier dimanche, au Sénégal. Qui connait également une hausse des cas graves. Leur nombre est passé de 17 à 21, en l’espace de 24 heures.

Sur 1122 tests réalisés, 71 sont revenus positifs, soit un taux de positivité de 6,33%. Il s’agit de 32 cas contacts, zéro cas importé et 39 issus de la transmission communautaire. Dont 6 à Fatick, 3 à Richard-Toll, 2 aux Almadies, Keur Massar, Liberté 6, Mbour, Ouakam, Sacré Cœur 3 et Yoff, 1 à Cambérène, Cité Fadia, Cité Keur Gorgui, Diourbel, Fann résidence, Grand-Médine, Kaolack, Liberté 1, Mbacké, Mbao, Mermoz, Nord-Foire, Ouest-Foire, Parcelles Assainies, Pikine et Tamba.

Par contre, 65 patients hospitalisés ont été contrôlés négatifs et déclarés guéris.

A ce jour, 17 146 cas ont été déclarés positifs au Sénégal, dont 16 159 guéris, 350 décédés, et donc 636 patients sous traitement.

Covid-19: 78 nouvelles contaminations confirmées et hausse des cas graves

Le nombre de cas confirmés de Covid -19 augmente régulièrement depuis quelques temps. Ainsi, le coronavirus poursuit sa progression au Sénégal avec son lot de morts. Dévoilant les résultats des examens virologiques du communiqué numéro 287 du ministère de la Santé et de l’Action sociale, au cours du point journalier sur la situation de la maladie Covid-19, de ce dimanche 13 décembre, le Directeur de la Prévention, le Docteur El Hadji Mamadou Ndiaye a déclaré 78 nouveaux cas positifs. Ceci, sur un échantillon de 1227 tests effectués. Ce qui donne un taux de positivité de 6,36%.

Le porte-parole dudit ministère s’est, ainsi, exprimé sur la répartition de ces nouveaux tests positifs. Selon lui, il s’agit de 32 cas contacts suivis par les services du ministère de la Santé et de l’Action, d’un (1) cas importé enregistré à l’Aéroport international Blaise Diagne (AIDB) de Diass et de 45 cas issus de la transmission communautaire. Ce troisième groupe de malades est recensé à Dakar-Plateau (6), Fatick (3), Thiès (3), Guédiawaye (2), Keur-Massar (2), Mermoz (2), Pout (2), Sacré-Coeur (2), Tivaouane (2), Almadies (1), Cité Cpi (1), Cité Sipres (1), Diourbel (1), Fann (1), Hlm (1), Kaolack (1), Koki (1), Liberté 1 (1), Mamelles (1), Sangalkam (1), Sicap baobab (1), Kébémer (1), Mbao (1), Médina (1), Niarry Tally (1), Ouakam (1), Podor (1), Saint-Louis (1), Touba (1) et Yoff (1).

Dr El Hadji Mamadou Ndiaye de signaler qu’il y a une hausse des cas graves. Actuellement, 17 personnes sont pris en charge dans les services de réanimation contre 13 répertoriés hier samedi 12 décembre.

Cependant, il affirme que 35 cas patients hospitalisés ont été contrôlés négatifs, donc déclarés guéris. Tout en ajoutant que l’état de santé des autres malades est stable.

Depuis le début de cette pandémie au Sénégal, le 2 mars dernier, 17075 cas positifs ont été notifiés. Ils sont répartis entre 16904 guéris, 349 décédés, 1 évacué (finalement décédé en France) et 631 patients sous traitement. Sur ce, les services du ministère de la Santé et de l’Action sociale exhortent les populations à se mobiliser davantage au sein des communautés pour un respect strict des mesures de prévention individuelles et collectives dont le port obligatoire du masque, bien ajusté et couvrant le nez et la bouche. Ceci, dans les lieux de rassemblement publics et privés, les lieux de commerce et les moyens de transports publics.

2E VAGUE DE CORONAVIRUS : « IL NE FAUT PAS ÊTRE EMBALLÉ PAR LES ANNONCES QUOTIDIENNES »

L’Etat du Sénégal a pris des mesures très fortes pour stopper la propagation de la maladie du coronavirus constatée ces derniers jours. Mais, pour l’économiste statisticien, Moubarak Lô, il faut savoir raison gardée. « Il ne faut pas être emballé par les annonces quotidiennes. Il faut plus regarder les tendances », a-t-il dit. Poursuivant, il révèle : « on a découvert que les pays qui réussissent la lutte contre le Coronavirus sont ceux qui prennent très vite les mesures les plus radicales. La meilleure façon de combattre cette vague c’est de prendre les mesures d’isolement les plus radicales possibles sans aller au confinement », soutient-il. Pour ce qui est du Sport, il pense que le Sénégal devrait copier le modèle européen consistant aux équipes de jouer à huis clos.