Covid-19 : 01 décès, 33 cas positifs et 431 468 vaccinés, ce mercredi 12 maiParAnkou Sodjago 12/05/2021 à 10:14

Le ministère de la Santé et de l’action sociale a fait le point sur la situation journalière de l’évolution de la Covid-19 au Sénégal, ce mercredi 12 mai 2021.

Sur 1094 tests réalisés, le Sénégal a enregistré 33 nouveaux cas de coronavirus, répartis comme suit : 12 cas contacts, aucun cas importé et 21 cas communautaires…

Guérisons

32 patients hospitalisés ont été contrôlés négatifs et déclarés guéris.

Cas graves

12 cas graves sont pris en charge dans les services de réanimation des hôpitaux.

Décès

01 décès a été enregistré ce mardi 11 mai 2021. L’état de santé des autres patients reste stable.

Cas recensés

A ce jour,40 762 cas ont été déclarés positifs, dont 39 460 guéris, 1121 décédés et 180 patients sous traitement.

Depuis le début de la campagne de vaccination contre la Covid-19, 431 468 Sénégalais ont été vaccinés.

LA SECTION RÉGIONALE DE LOUGA SE DÉMARQUE DE LA GRÈVE DES MÉDECINS

Le Syndicat autonome des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes du Sénégal (SAMES) annonce une grève de 48 heures pour soutenir leurs camarades qui sont sous le coup d’une information judiciaire suite l’incendie du service de néonatalogie de l’hôpital Magatte Lô de Linguère qui a occasionné la mort de quatre bébés. Mais l’élan du mouvement de grève est d’ores et déjà brisé par la section régionale concernée : celle de Louga.

En effet, l’union régionale de Louga de l’Alliance des Syndicats Autonomes de la Santé (ASAS) SUTSAS-SUDTM-SAT Santé/D-CNTS/Santé se démarque de cette grève annoncée. Via un communiqué qui nous est parvenu, elle se positionne à l’opposé du syndicat.

« Convaincue de la nécessité de la manifestation de la vérité des faits aux fins de situer les responsabilités pour éviter la reproduction d’un tel événement tragique au sein des Établissements de santé qui ont une redoutable mission de sauver la vie ou de la préserver, l’Union régionale AND GUEUSSEUM de Louga considère qu’il est inopportun en pareille circonstance d’en rajouter avec une grève sans préavis de grève charriant d’autres risques supplémentaires de complications du dossier déjà critique », indique le communiqué de presse reçu par Emedia.

L’Union régionale AND GUEUSSEUM de Louga en appelle à plus de sérénité et davantage d’empathie envers les usagers tout en réitérant ses condoléances aux familles éplorées et son soutien indéfectible au personnel très affecté par ce drame. Elle salue la récente dotation ministérielle en ressources humaines et en équipements complémentaires permettant à l’unité de néonatalogie de renaître de ses chaudes cendres au grand bonheur des prématurés et de leurs familles dans le désarroi pour lesquelles ce service avait été créé.

Affaire des 4 bébés décédés : Le Sames accable Diouf Sarr et annonce …

«Le Sames a appris pour le déplorer l’ouverture d’une information judiciaire citant nommément les agents de santé de l’EPS Maquette Lô de Linguère pour homicides et blessures involontaires et tendant d’absoudre maladroitement les véritables responsables de la santé au Sénégal que sont le ministre de la Santé responsable du secteur, et le président de la République garant du droit à la santé consacré par la constitution du Sénégal en son article 8», relève d’emblée le secrétaire général du Sames dans un communiqué qui nous est parvenu. Le Sames demande ainsi à tous ses membres de veiller au respect strict des normes, notamment la disponibilité des ressources humaines et matérielles en quantité et en qualité avant d’exercer la médecine et de ne mettre en œuvre aucune solution de «débrouillage» qui les exposerait à des poursuites et la vindicte judicaire. «Malgré les avertissements répétés et la frénésie constatée de la tutelle, le Sames décide de décréter un premier plan d’action avec une grève totale de 48 heures, les 10 et 11 mai 2021 sur l’ensemble du territoire avec respect du service minimum et des urgences», annoncent Dr Amadou Yéri Camara et ses amis qui appellent tous les militants du Sames à la mobilisation pour la défense des agents de santé et un système de santé de qualité pour toute la population.

COVID-19 : 27 NOUVELLES CONTAMINATIONS, 2 DÉCÈS ET 14 PATIENTS EN RÉA

Le coronavirus continue toujours de tuer au Sénégal. Deux décès ont été enregistrés ce samedi, portant ainsi le bilan provisoire macabre à 1119 décès. C’est le directeur de la prévention du ministère de la Santé et de l’Action sociale qui a fait l’annonce ce dimanche lors du point de la situation épidémiologique. Il a auparavant annoncé 27 nouvelles contaminations sur un échantillon de 1053 tests réalisés, soit un taux de positivité de 2,56%. Aucun importé n’a été enregistré.

Cependant, il y a eu 7 cas contacts, 20 cas communautaires dont 17 cas à Dakar et 3 dans les autres régions (2 à Matam et 1 à Tamba). En effet, 49 patients ont été déclarés guéris là où 14 cas graves sont pris en charge dans les services de réanimation. A ce jour, il y a eu 40692 patients déclarés positifs dont 39384 guéris et 188 sous traitement. Par ailleurs, le ministère de la Santé et de l’Action sociale annonce que 427377 personnes ont été vaccinées sur toute l’étendue du territoire.

DIOUF SARR : ‘’LA VOIE EST TRACÉE POUR FAIRE DE DAKAR UN HUB SANITAIRE’’

 Le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, a réitéré, vendredi, l’option des autorités sénégalaises de faire de Dakar un hub sanitaire pour la sous-région, assurant que la voie allant dans ce sens avait déjà été tracée.

’’Dakar comme hub, point de rencontre en matière de santé, qui attire le flux en matière de tourisme médical, oui c’est ce que nous voulons pour notre capitale et la voie est déjà tracé dans ce sens avec tous les efforts faits dans le secteur depuis 2012’’, a-t-il déclaré lors d’une conférence organisée dans la capitale sénégalaise.

Diouf Sarr ouvrait notamment à la Chambre de commerce d’industrie et d’agriculture de Dakar (CCIAD) un cycle de conférences organisé par l’institut supérieur d’enseignement Sup De Co sous l’appellation ‘’les vendredis de Sup de Co’’.

Devant de nombreux étudiants, le ministre de la Santé et de l’Action sociale a rappelé qu’énormément de choses étaient en train d’être réalisées dans le domaine des infrastructures, du relèvement du plateau technique et du recrutement de personnels spécialisés afin de traduire cette objectif en acte.

’’Dakar hub sanitaire comme question mérite une réponse et amène à camper le décor en donnant l’information sur la variation exponentielle des efforts faits par le chef de l’Etat depuis 2012’’, a t-il souligné dans un exposé de près d’une heure.

Pour Diouf Sarr, cette problématique convoque une réponse positive, traduisant une ambition, voire une vision pour faire de Dakar un Hub médical.

Revenant sur les réalisations faites depuis 9 ans, il a soutenu que les lignes avaient beaucoup bougé à travers un budget de l’Etat consacré à la santé qui est passé de 14 milliards en 2012 à 216 milliards de francs en 2021.

Il a cité parmi les réalisations à l’actif du gouvernement du président Macky Sall la mise en place de trois imageries par résonnance magnétique (IRM) dans les hôpitaux de Fann, Dalal Jamm et Principal et l’acquisition de 28 scanners, 55 tables numériques, 510 ambulances médicalisées.

Les hôpitaux Principal et Dalal Jamm seront transformés en structures sanitaires de niveau 4 où toutes les maladies seront prises en charge, a assuré le ministre de la Santé.

Il a de nouveau affirmé que le Sénégal était en passe de se lancer dans la procréation médicalement assistée et la greffe de maladies osseuse tout en comptant sur l’acquisition de trois accélérateurs de particules pour faire de la radiothérapie.

Il a insisté sur le fait que le Sénégal s’était déjà doté de la logistique et du plateau technique pouvant lui permettre d’attirer un flux important en termes de plateau médical, d’autant plus que la première fois de l’histoire du pays, un gouvernement réalise en même temps quatre hôpitaux de dernière génération.

Le ministre de la Santé en veut pour preuve l’inauguration prochaine par le chef de l’Etat des hôpitaux de Kaffrine et Touba (centre), Kédougou (Est) et Sédhiou (Sud).

Abdoulaye Diouf Sarr est également revenu sur l’option du gouvernement sénégalais d’investir dans le traitement du cancer dans la mesure où il n’y avait pas encore un hôpital spécialisé dans la prise en charge intégrale de cette maladie dans le pays.

Cela a justifié, a-t-il fait remarquer, l’érection prochaine d’un Centre national d’Oncologie à Diamniadio (département de Rufisque), présenté comme le plus avancée dans la sous-région en matière de traitement du cancer pour un financement de 45 milliards de francs de l’Etat du Sénégal.

Expliquant le choix porté sur le ministre de la Santé pour coomuniquer sur le thème du ‘’Relèvement du plateau médical : Dakar hub sanitaire pour la sous- région ?, l’adjoint du directeur de Sup de Co, Abdoul Aziz Sy, a dit qu’il s’agissait d’offrir l’opportunité aux étudiants d’échanger avec l’une des personnalités sur le pont depuis le début de la crise sanitaire.

’’La pandémie a permis tirer plusieurs leçons dont la principale était la nécessité d’améliorer le plateau médical. Cette conférence devrait permettre aux étudiants de faire le lien entre l’économie et la santé notamment avec la crise sanitaire dûe à la pandémie de Covid-19’’, a-t-il fait valoir.

LE SAMES DÉCRÈTE UNE GRÈVE GÉNÉRALE DE 48H

Le Syndicat autonome des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes du Sénégal (SAMES) apporte leur soutien à leurs collègues de l’hôpital Magatte Lô qui sont sous contrôle judiciaire. Pour se faire entendre, ils (les syndicalistes) ont décrété une « grève totale de 48 heures, les 10 et 11 mai 2021 sur l’ensemble du territoire avec respect du service minimum et des urgences ».

En effet, suite, à l’incendie qui a coûté la vie à 4 nouveaux nés, dans cet établissement sanitaire de la ville de Linguère, le Procureur de Louga, qui soupçonne une certaine négligence dans cette affaire, a décidé d’ouvrir une information judiciaire contre le directeur, Abdou Sarr et deux autres agents du service néonatale de l’hôpital.

Les syndicalistes estiment que leurs camarades ne devraient pas être ’’l’agneau du sacrifice’’. Pour eux, c’est le système de santé qui est, d’une manière générale, défaillant. « Les incendies constituent des incidents récurrents de nos structures de santé dont la plupart ont été construites depuis mathusalem sans aucune norme ou dispositif de détection de fumée. Les incendies du bloc de Roy BAUDOUIN, de la buanderie de l’Hôpital général Idrissa POUYE (HOGIP) à côté du service d’hémodialyse, de l’Hôpital de Thiès et récemment de l’hôpital FANN montrent à suffisance les risques que courent tous les agents de santé et la population en travaillant et en fréquentant ces structures. Les agents qui sont des travailleurs dans ces structures ne peuvent en aucune manière être tenus pour responsables de ces incendies d’édifices publics construits et équipés par l’Etat. Ces accidents demandent des mesures urgentes de mise aux normes que les comités de protection civile devraient piloter », déclarent le Sames dans un communiqué reçu à emedia.

Pour le Sames, le ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr est en train de faire ’’un acharnement’’ sur leur collègue, Abdou Sarr, qui a rendu sa démission pour ne pas ’’gêner les autorités’’.

LDC : le PSG s’écroule face à Manchester City

Nouvelle grande soirée de Ligue des Champions ce mercredi, avec le dernier club français en lice, le PSG, opposé à Manchester City. Une opposition alléchante au regard de la qualité technique des 22 joueurs présents sur la pelouse du Parc des Princes, et la possibilité pour le club parisien de faire un pas vers une deuxième finale consécutive.

La motivation était donc là et on pouvait la palper dès les premières minutes de la rencontre. Bien en place, présents dans les duels, les Parisiens prenaient le jeu à leur compte et Neymar allumait la première mèche dès la 2e minute. Le Brésilien remettait ça quelques minutes plus tard, en se décalant sur son pied droit en pleine surface mais Ederson détournait (13e). Sur le troisième corner de la rencontre, déjà, Di Maria enroulait un ballon parfait sur la tête de Marquinhos qui trompait le portier mancunien (1-0, 15e). Le PSG avait idéalement lancé sa rencontre, et il continuait de pousser face à un Man City étonnamment fébrile techniquement. Paredes multipliait les tacles, Gueye courait partout, Verratti jouait de sa malice et Di Maria, inarrêtable, était aux quatre coins du terrain. Manchester City répliquait par une reprise maline de Bernardo Silva au deuxième poteau mais Navas veillait (21e). Paris repartait à l’attaque, porté par Di Maria, qui tourmentait Cancelo sur son côté. Mais il ne concrétisait pas son long temps fort et restait à portée de tir des Citizens. Paredes devait sauver d’un geste acrobatique, et dangereux, devant Bernardo Silva encore (32e) et Foden ratait une énorme occasion, seul plein axe dans la surface en tirant sur Navas (42e). City terminait bien la première période, par ailleurs largement dominée par les hommes de Pochettino.

Au retour des vestiaires, Manchester City se positionnait un cran plus haut et faisait planer une menace plus concrète aux abords de la surface parisienne. Mais Paris pouvait frapper en contre, à l’image d’un bon mouvement, enfin, de Mbappé qui centrait fort devant les buts. Verratti était un poil trop court pour reprendre (57e). Cette occasion ne devait pas masquer la réalité : les Citizens étaient revenus avec de bien meilleures intentions et se trouvaient plus facilement dans les espaces. Et même pas besoin de grosse situation pour égaliser : un centre de Kevin De Bruyne, qui n’était touché par personne, atterrissait dans le petit filet d’un Navas surpris (1-1, 64e). Le PSG n’y était plus et commettait les mêmes erreurs techniques que leurs adversaires en première période. Et il allait être puni une deuxième fois. Une faute de Gueye donnait un coup-franc bien placé aux Citizens. Mahrez s’en chargeait et trouait le mur parisien pour tromper Navas (1-2, 71e). Scénario catastrophe pour le PSG, qui se liquéfiait au fil des minutes, et qui ne pouvait pas vraiment compter sur son duo Neymar-Mbappé, très timoré. Et cela s’empirait avec l’expulsion de Gueye (78e) pour un tacle affreux sur Gündogan. De quoi laisser le champ libre aux hommes de Guardiola, maîtres dans la conservation du ballon. Sans révolte, épuisé physiquement, le PSG avait laissé passer sa chance. Le voilà clairement en ballottage défavorable avant le match retour, prévu dans une semaine en Angleterre. Il faudra réaliser deux mi-temps de haut niveau cette fois, pour espérer un retournement de situation.

Covid-19 : La Chine offre au Sénégal 300 mille doses de vaccins Sinophram

Pour sa campagne de vaccination contre la pandémie de Covid-19, Pékin compte venir en aide au Sénégal en lui offrant ainsi un lot de 300 mille doses de vaccin Sinopharm.

L’information est de l’agence de presse chinoise Xinhua reprise par l’Agence de presse sénégalaise (APS) qui cite l’ambassade de la Chine au Sénégal. Ladite source a précisé que ‘’ce don de vaccins est le fruit de la coopération entre la Chine et le Sénégal’’.

Le Sénégal recevra ainsi les vaccins au mois de mai prochain.

COVID-19 : JOUR : UN DÉCÈS SUPPLEMENTAIRE ET HAUSSE DES NOUVEAUX CAS ET DES PATIENTS SOUS TRAITEMENT

Le Sénégal entre hausse des nouvelles contaminations et léger fléchissement au niveau du recensement des décès, ce mercredi, 28 avril, sur l’évolution de la pandémie de la Covid-19. Sur 1231 tests réalisés, 56 sont revenus positifs, contre 27 hier, soit un taux de positivité de 4,55%, d’après le bulletin épidémiologique lu ce mercredi, 28 avril, par le directeur de la Prévention au ministère de la Santé, Dr El Hadji Mamadou Ndiaye. Qui détaille ainsi la répartition des nouveaux cas : 18 cas contacts, contre 7 hier, et 38 issus de la transmission communautaire, contre 20 hier.

La région de Dakar totalise 33 cas communautaires dont 3 à Liberté 6 et à Yoff, 2 aux Maristes, à Grand-Yoff, à Keur Massar, à Dakar-Plateau, et à Yeumbeul, 1 aux Almadies, à Bopp, à Cambérène, à la Cité Asecna, à Grand-Dakar, à Mermoz, à Niakhirate, à Ngor, à Niarry Tally, à Nord Foire, à Ouakam, à Ouest-Foire, aux Parcelles Assainies, à Pikine, au Point 1, à Rufisque et à la Zone de Captage.
Dans les autres régions, cinq cas y ont été dénombrés, dont 2 à Ourossogui, 1 à Kolda, à Popenguine, et à Pout.

38 patients suivis ont été contrôlés négatifs et déclarés guéris contre 10 cas graves pris en charge dans les services de réanimation.
Un décès, contre deux dans le précédent décompte, a été enregistré hier mardi, 27 avril 2021.

A ce jour, 40 249 cas ont été déclarés positifs, au Sénégal, dont 38 991 guéris, 1107 décédés et donc 150 patients encore sous traitement, contre 133 hier.
Par ailleurs, 406 981 personnes ont été vaccinées, sur l’étendue du territoire national.

DÉMISSION DU DIRECTEUR DE L’HÔPITAL DE LINGUÈRE

Suite au drame survenu samedi dernier à l’hôpital Maguette Lô de Linguère, avec un incendie au service de néonatalogie qui a emporté quatre nouveaux-nés sur le coup, les actes administratifs se succèdent. Après l’annonce, par le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, de sanctions, suivie du dépôt d’un premier rapport sur la table du président de la République ainsi qu’une enquête entamée par la Gendarmerie, c’est au tour du Directeur de l’établissement sanitaire de se signaler. Docteur Abdou Sarr a ainsi adressé une lettre de démission au président de la République pour se décharger de ses fonctions de Directeur de l’établissement public de santé de niveau 1, qu’il occupe depuis 2015. Pour justifier son acte, Dr Sarr dit vouloir mettre tout le monde à l’aise à propos de cette affaire et indique qu’il y a eu beaucoup de spéculations mais, affirme-t-il, contrairement à ce qui se dit, il y avait bien un agent en service au moment du drame dont les circonstances ne sont pas encore élucidées.