LES HEURTS POSTÉLECTORAUX EN GUINÉE À LA UNE

– Les violences consécutives à l’élection présidentielle en Guinée préoccupent la presse quotidienne sénégalaise. Plusieurs médias ont annoncé une dizaine de morts dans les violences survenues en Guinée après le scrutin présidentiel de dimanche dernier, au terme duquel l’opposant Cellou Dalein Diallo s’est autoproclamé vainqueur.  Mais Alpha Condé, le président sortant, est en tête, selon les résultats publiés mercredi par la Commission nationale électorale indépendante (Céni). Une manifestation des partisans de M. Diallo s’est tenue mercredi à Dakar. Et les manifestants ont été sommés par les forces de l’ordre sénégalaises de s’éloigner des alentours de l’ambassade de leur pays à Dakar, selon Tribune.  ‘’Au moment où les partisans de Cellou Dalein Diallo [protestaient] en Guinée contre un hold-up électoral, à Dakar, des membres du camp de l’opposant ont envahi les locaux de l’ambassade de la Guinée à Dakar’’, rapporte le même journal, selon lequel 12 personnes ont été tuées dans les violences postélectorales survenues dans ce pays voisin du Sénégal. ‘’La tension monte à Dakar et à Conakry’’, écrit Source A, qui annonce l’arrestation d’une dizaine de manifestants dans la capitale sénégalaise. Il y a ‘’déjà plus de 10 morts depuis dimanche’’, lit-on dans Le Témoin Quotidien, qui annonce ‘’un troisième mandat tâché de sang pour Condé’’. ‘’Dès la proclamation des premiers résultats donnant Alpha Condé largement vainqueur de l’élection présidentielle du week-end dernier, la Guinée (…) a renoué avec ses vieux démons postélectoraux’’, ajoute-t-il. ‘’C’était le scénario redouté par de nombreux Guinéens, celui des violences postélectorales’’, affirme Lii Quotidien. ‘’Le sang coule en Guinée. (…) Dans la banlieue de Conakry, la colère (…) embrase les quartiers’’, rapporte L’Observateur. A Dakar, ‘’ça chauffe déjà au sein de la communauté guinéenne’’, fait remarquer Vox Populi, annonçant, comme d’autres journaux, que l’ambassadeur de la Guinée au Sénégal a été ‘’exfiltré’’ par la Brigade d’intervention polyvalente sénégalaise, lorsque des manifestants en colère ont envahi l’ambassade de leur pays. L’‘’exfiltration’’ du représentant de l’Etat guinéen au Sénégal ‘’n’a pas diminué l’ardeur et l’opiniâtreté des manifestants, qui ont préféré inhaler les gaz lacrymogènes que de rentrer chez eux’’, selon Le Quotidien. ‘’On se dirige vers le chaos’’, déclare un journaliste politique guinéen interrogé par EnQuête. ‘’La position du Sénégal est très délicate. Mais, à travers sa diplomatie, il peut agir, d’autant plus qu’il y a une forte communauté guinéenne ici (au Sénégal)’’, ajoute-t-il. ‘’La tension monte jusqu’au Sénégal’’, écrit L’As, WalfQuotidien estimant, pour sa part, qu’Alpha Condé ‘’déroule la stratégie du chaos’’. ‘’Lentement mais sûrement, Alpha Condé et son bras armé, la Céni, sont en train de fabriquer une victoire électronique. Si cette forfaiture passe, la Cédéao, rendue coupable de non-assistance de peuple en danger, devra mettre Jammeh en selle’’, commente le même journal. ‘’Je gagne ou c’est le chaos. C’est à cette alternative fermée que le président sortant de la Guinée, Alpha Condé, veut visiblement soumettre son peuple’’, ajoute WalfQuotidien. ‘’Toutes choses étant égales par ailleurs, il n’y a aucune différence entre la supposée réélection de Condé, qui se passe sous nos yeux, et celle de Jammeh qui lui avait valu d’être exfiltré comme un trafiquant de cocaïne et exilé en Guinée Equatoriale’’ par la Cédéao, soutient-il, en souvenir de la décision prise en 2017 par la Cédéao, contre le président sortant de la Gambie. Yahya Jammeh refusait de céder le palais présidentiel au candidat déclaré vainqueur, Adama Barrow. La guerre des chefs au Parti socialiste continue de préoccuper les quotidiens. ‘’C’est à qui tuera l’autre dans cette guerre de leadership. Rassurez-vous, nous sommes loin de la Guinée (…) Ce combat, c’est au Sénégal qu’il se mène, entre le ministre Serigne Mbaye Thiam et la présidente du Haut Conseil des collectivités territoriales, Aminata Mbengue’’, commente Le Témoin Quotidien. ‘’Selon les connaisseurs des corridas politiciennes sénégalaises, il débouchera immanquablement sur un meurtre’’, poursuit le journal, concernant la rivalité – réelle ou supposée – entre Serigne Mbaye Thiam et Aminata Mbengue Ndiaye. Ils se disputent la succession du défunt Ousmane Tanor Dieng à la tête du Parti socialiste, selon les quotidiens. Sud Quotidien déclare que ‘’le report des [élections] locales se précise’’ en raison des ‘’retards’’ constatés dans le lancement de l’audit du fichier électoral. Ces élections (conseils municipaux et départementaux) initialement prévues en 2019 ont été reportées en mars 2021.

LA RIPOSTE CONTRE LE COVID-19 ET LA GUERRE DE SUCCESSION AU PS À LA UNE

Les quotidiens sont préoccupés par les dernières mesures prises par l’Etat pour rompre la chaîne de transmission du Covid-19, en même temps qu’ils s’intéressent à d’autres sujets dont la guerre de succession au Parti socialiste (PS). EnQuête fait le point sur la pandémie de Covid-19 au Sénégal. Il constate une ‘’réduction drastique’’ des cas depuis deux mois. ‘’La baisse des cas de coronavirus est sur toutes les lèvres. Pour certains experts, cela est dû au respect des mesures barrières. D’autres évoquent une immunité collective qui, scientifiquement, n’est pas démontrée, mais elle demeure une hypothèse’’, explique le même journal, ajoutant : ‘’D’ailleurs, une enquête prévue dans les semaines à venir nous édifiera.’’
Vox Populi et Kritik’ commentent les mesures prises par l’Etat pour réduire les cas de Covid-19 importés, dont le nombre a augmenté durant les derniers jours. 
A partir de ce mercredi, rapportent les deux journaux, les voyageurs désirant entrer au Sénégal seront obligés de présenter un test Covid-19 négatif de moins de cinq jours. Le but de cette mesure est de ‘’freiner la recrudescence des cas importés de Covid-19 à l’aéroport international Blaise-Diagne’’, selon Vox Populi. 
‘’Le virus se balade encore à Dakar, mais c’est vraiment du côté de l’aéroport Blaise-Diagne que les signaux sont en alerte’’, écrit Kritik’.
La succession du défunt secrétaire général du PS continue de faire les choux gras de la presse. 
‘’Les verts à la croisée des chemins’’, lit-on dans EnQuête, lequel ajoute que Serigne Mbaye Thiam, l’un des responsables du parti et ministre de l’Assainissement, ‘’a fait acte de candidature’’ pour la succession du secrétaire général décédé en 2019. 
‘’On attend la réponse d’Aminata Mbengue Ndiaye. En attendant, tout le monde se met d’accord sur la léthargie du parti relégué au second plan’’, affirme EnQuête.
Le sujet intéresse aussi le dessinateur de Tribune, selon lequel Aminata Mbengue Ndiaye, la présidente du Haut Conseil des collectivités territoriales, est soutenue par le président de la République. ‘’Coup KO…’’ déclare ce dernier, qui jubile aux côtés de Mme Ndiaye, sous le crayon d’Odia montrant un Serigne Mbaye Thiam mis hors de combat. ‘’Secrétaire national chargé des élections au Parti socialiste et ministre de l’Assainissement, Serigne Mbaye Thiam est un homme à polémiques, qui a rarement réussi à faire l’unanimité’’, lit-on dans L’Observateur. L’As se met d’accord avec EnQuête en affirmant que ‘’le Parti socialiste traverse une période mouvementée, avec des divergences de vues au sommet, notamment en ce qui concerne l’organisation de la succession’’ d’Ousmane Tanor Dieng. Le Quotidien considère Aminata Mbengue Ndiaye et Serigne Mbaye Thiam comme un ‘’couplé perdant’’ et fait remarquer que ‘’le poste de secrétaire général [du PS est] à la base de toutes les luttes fratricides’’ au sein de la formation politique socialiste. ‘’Le PS se dirige vers une énième scission’’, déclare Le Quotidien, qui voit venir ‘’une énième division’’ au sein de ce parti, après les ‘’dualités’’ entre Lamine Guèye et Léopold Sédar Senghor, Mamadou Dia et Léopold Sédar Senghor, Ousmane Tanor Dieng et Djibo Kâ, Ousmane Tanor Dieng et Aïssata Tall Sall, Ousmane Tanor Dieng et Khalifa Sall.
 Sud Quotidien entretient ses lecteurs d’un autre sujet politique, la relation entre Macky Sall et ses alliés de la majorité présidentielle.
‘’Quand Macky Sall joue double’’, écrit-t-il, faisant remarquer que le patron de l’Alliance pour la République ‘’semble n’avoir pas oublié (…) ses alliés de la première heure’’ en confiant récemment des responsabilités à certains d’entre eux, dont Jean-Paul Dias, tout en se gardant de leur faire jouer des rôles ‘’stratégiques’’.
 ‘’Ça se contredit à BBY’’, la coalition que dirige Macky Sall, écrit Source A, qui précise que la contradiction porte sur des terrains qu’aurait attribués le chef de l’Etat à des élus de Benno Bokk Yaakar.

Adji Mergane Kanouté, citée par le même journal, affirme que les terrains ne reviendront pas gratuitement aux élus de BBY, lesquels doivent donc les payer. 
Mais Mame Bounama Sall, un député de BBY, soutient que les terrains reviennent au personnel de l’Assemblée nationale, qui les aurait demandés à Macky Sall. 
WalfQuotidien annonce une marche de protestation prévue jeudi dans la banlieue de Dakar, contre ‘’les scandales fonciers à répétition’’. La manifestation sera organisée par des populations de Pikine, Keur Massar, Yeumbeul, etc., avec le soutien de mouvements citoyens dont le FRAPP, dirigé par l’activiste Guy Marius, et Y en a marre. Le Soleil s’est intéressé au plan d’investissement prévu pour rendre le système de santé sénégalais ‘’performant’’. Mardi, le ministère de la Santé a présenté à ses partenaires financiers son plan d’investissement 2020-2024, dont les besoins financiers sont estimés à 564 milliards de francs CFA, selon le même journal. L’un des ‘’programmes’’ de ce plan va consister à construire et à réhabiliter des infrastructures sanitaires, ajoute-t-il.
Le Témoin Quotidien relaye les prévisions alarmistes du médecin Abdoul Aziz Kassé, selon lequel 10.549 Sénégalais sont atteints du cancer chaque année, et ‘’70% [des malades] finiront par en mourir’’.
Lii Quotidien est intéressé par les complaintes des dirigeants de la Sodav, la Sénégalaise des droits d’auteurs et des droits voisins. ‘’La Sodav tire à boulets rouges sur Macky Sall’’, lit-on dans le même journal. ‘’On nous audite parce que Youssou N’Dour a des problèmes avec le président [Macky Sall]’’, déclare Ngoné Ndour, qui est membre du conseil d’administration de la Sodav. Elle est également la soeur de Youssou N’Dour, lequel est ministre, conseiller de Macky Sall.

Adji Mergane Kanouté, citée par le même journal, affirme que les terrains ne reviendront pas gratuitement aux élus de BBY, lesquels doivent donc les payer. 
Mais Mame Bounama Sall, un député de BBY, soutient que les terrains reviennent au personnel de l’Assemblée nationale, qui les aurait demandés à Macky Sall. 
WalfQuotidien annonce une marche de protestation prévue jeudi dans la banlieue de Dakar, contre ‘’les scandales fonciers à répétition’’. La manifestation sera organisée par des populations de Pikine, Keur Massar, Yeumbeul, etc., avec le soutien de mouvements citoyens dont le FRAPP, dirigé par l’activiste Guy Marius, et Y en a marre. Le Soleil s’est intéressé au plan d’investissement prévu pour rendre le système de santé sénégalais ‘’performant’’. Mardi, le ministère de la Santé a présenté à ses partenaires financiers son plan d’investissement 2020-2024, dont les besoins financiers sont estimés à 564 milliards de francs CFA, selon le même journal. L’un des ‘’programmes’’ de ce plan va consister à construire et à réhabiliter des infrastructures sanitaires, ajoute-t-il.
Le Témoin Quotidien relaye les prévisions alarmistes du médecin Abdoul Aziz Kassé, selon lequel 10.549 Sénégalais sont atteints du cancer chaque année, et ‘’70% [des malades] finiront par en mourir’’.
Lii Quotidien est intéressé par les complaintes des dirigeants de la Sodav, la Sénégalaise des droits d’auteurs et des droits voisins. ‘’La Sodav tire à boulets rouges sur Macky Sall’’, lit-on dans le même journal. ‘’On nous audite parce que Youssou N’Dour a des problèmes avec le président [Macky Sall]’’, déclare Ngoné Ndour, qui est membre du conseil d’administration de la Sodav. Elle est également la soeur de Youssou N’Dour, lequel est ministre, conseiller de Macky Sall.

LA POLITIQUE DICTE SA LOI DANS LES QUOTIDIENS

Les confidences politiques du chef de l’Etat aux députés de la majorité qu’il rencontrait ce week-end font le menu de plusieurs quotidiens parvenus lundi à l’APS, qui s’intéressent de même à la présidentielle guinéenne. Le président Sall ‘’a reçu samedi dernier, au palais [de la République], les députés de la majorité. Les discussions ont porté sur plusieurs points’’, dont le renouvellement du bureau de l’Assemblée nationale, rapporte L’Observateur. ‘’Sur ce point, le chef de l’Etat a évoqué le départ de son ‘ami et frère’ Moustapha Cissé Lô de l’Assemblée nationale et confie perdre des amis au cours des changements ou remaniements’’, écrit le journal. ‘’Abdou Mbow a été promu premier vice-président de l’Assemblée nationale pour ‘renforcer la jeunesse’, et Moustapha Cissé Lô ‘reste un ami et un frère’. Tels sont, entre autres, les propos de Macky Sall, qui recevait samedi les députés de la majorité’’, rapporte le journal Le Quotidien. L’As évoque une ‘’rencontre mouvementée, marquée par la ‘rébellion’ avortée du député-maire de Vélingara (sud)’’ et ‘’le cas Moustapha Cissé Lô, qui serait rentré à nouveau dans les bonnes grâces du chef de l’Etat’’. ‘’Face à ses députés, les élus de la coalition BBY, Macky Sall a tressé des lauriers à l’équipe d’Aymérou Gningue. Le patron de l’APR, pour ne fâcher personne, a même rappelé que Cissé Lô, défenestré, reste tout de même son ami et frère’’, commente le quotidien Kritik’. ‘’Mais, ajoute ce journal, le chef de l’Etat a omis de renvoyer l’honorable Dembeurou [Sow] paître ses vaches à Ranérou’’, une allusion faite à ce député originaire du Ferlo (nord), qui a appelé à des représailles contre les opposants à un éventuel troisième mandat de Macky Sall. Pour Kritik’, une réaction du président suffisait ‘’pour fermer cette parenthèse sabrée de notre vie politique. Mais en zappant la question, on peut bien croire que [le président de la République] fait la sourde oreille, ou, piqué par l’élan partisan, il a omis de séparer la bonne graine de l’ivraie’’. ‘’Je n’aime pas les remaniements….parce que je perds des amis… Cissé Lô est mon ami’’, a commenté le chef de l’Etat, selon Tribune. Les quotidiens évoquent également d’autres sujets. Abdou Mbow, tout nouveau premier vice-président de l’Assemblée nationale, ‘’dit ses vérités’’ dans un entretien accordé à Vox Populi. Le député assure que le chef de l’Etat ‘’est droit dans ses bottes et travaille à faire émerger’’ le Sénégal. Il ajoute que la question d’un troisième mandat pour Macky Sall ‘’est une diversion qui n’intéresse que ceux qui l’agitent’’. ‘’Troisième mandat à tout prix’’, écrit EnQuête, concernant les élections présidentielles en Guinée et en Côte d’Ivoire dont les présidents, Alpha Condé et Alassane Ouattara, comptent rempiler à la tête de leur pays. ‘’En Côte d’Ivoire, la crise et les violences prennent une tournure ethnique’’, en attendant la présidentielle prévue le 31 octobre, pendant que l’élection en Guinée s’est déroulée dimanche ‘’malgré quelques heurts et irrégularités’’, souligne EnQuête.  ‘’Les observateurs redoutent l’impasse dans les jours à venir’’ en Guinée, même si Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo ‘’ont salué le bon déroulement’’ du vote, ajoute le même journal. ‘’Qui portera le coup fatal ?’’ à l’autre, s’interroge WalfQuotidien en parlant du président guinéen sortant et de son principal adversaire. Un opposant pouvant en cacher un autre, WalfQuotidien évoque l’ancien maire de Dakar, qui passait pour être l’un des adversaires les plus sérieux de Macky Sall, avant ses ennuis judiciaires. ‘’Khalifa, le retour à la marche forcée’’, écrit le même journal. ‘’Présent à l’inauguration du complexe sportif Patrick Sémédo, samedi dernier, le maire révoqué de Dakar n’a pas pris la parole. Toutefois, Khalifa Sall a été l’invité le plus en vue, aussi bien dans le discours de son successeur à la mairie de Dakar, qui n’a pas tari d’éloges à son égard, que du maire de Mermoz Sacré-Cœur, un de ses proches collaborateurs et lieutenants dans la coalition Taxawu Ndakaru’’. Sud Quotidien estime que le tourisme local est en ‘’mal de… promotion’’. Mesmin Koulet-Vickot, nouveau représentant du Fonds monétaire international à Dakar, juge, selon des propos relayés par Le Soleil, que les objectifs de croissance du Sénégal sont ‘’ambitieux, mais pas irréalistes’’.

DIVERS SUJETS AU MENU DES QUOTIDIENS

 Les quotidiens reçus, lundi, à l’Agence de presse sénégalaise (APS) abordent divers sujets se rapportant à la politique, au tourisme, à l’évolution de la pandémie du nouveau coronavirus, à la paix en Casamance, entre autres.
 Tribune ‘’voyage dans la gouvernance APR-Bennoo’’ et titre : ‘’Dans le secret des vrais hommes de Macky Sall’’.

’’A la suite de son accession à la magistrature suprême, le président Macky Sall s’est très vite entouré de ses hommes de main pour ne pas dire de confiance. Avec une certaine expérience avérée, depuis 2012, ils font partie de tous les gouvernements ou ont été l’un des plus proches collaborateurs du patron, président de l’Alliance pour la République (APR) et de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar (BBY)’’, écrit le journal.
 Source A s’intéresse à l’exécution du Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC) et déplore ‘’des travaux à l’arrêt ou mal faits, matériels volés, des installations sans entretien’’. Dans la zone nord par exemple, explique le journal, ’’les travaux de centrales solaires qui sont attribués à l’entreprise Atersa qui les ont sous-traités à l’entreprise Spintech ont été mal faits (…)’’.
 Le quotidien Kritik aborde la question de l’immigration clandestine et affiche en Une : ‘’arrivée massive de jeunes Sénégalais en Espagne, débandade ou fuite de bras valides ?’’.

Le journal souligne que ‘’rien que ces derniers jours, presque mille jeunes Sénégalais ont bravé la mer pour accoster sur les rives espagnoles’’.
 Dans un dossier consacré au tourisme, Enquête signale que la station balnéaire de Saly ‘’récupère sa plage’’. ‘’Grâce à d’importants travaux pilotés par l’Agence pour la promotion des grands travaux de l’Etat (APIX), Saly a récupéré 7 Kms de long et 50 mètres de plage. La construction de 12 brise-lames et de 7 épis redonne une seconde jeunesse à la station balnéaire’’, écrit Enquête.
 Sur le front de la Covid-19, Le Quotidien relève que 7 mois après le déclenchement de la pandémie, Dakar et Thiès restent ‘’les foyers actifs’’. ‘’Tous les districts sanitaires de deux régions (sont) au rouge’’, selon le journal.
 Dans un entretien avec L’Observateur, le député de la majorité Aliou Dembourou Sow dit ne pas regretter les propos qu’ils a tenus à propos d’une candidature de Macky Sall en 2024. 
 ‘’Dans une vidéo partagée sur les réseaux sociaux, le député de Ranérou, Aliou Dembourou Sow soutient en langue peul qu’il est hors de question que le président Macky Sall ne fasse pas un troisième mandat quitte à prendre les armes’’, rappelle L’Obs.
 ’’(…) Nous avons l’habitude, dans le Ferlo, d’utiliser le terme arme pour désigner carte d’électeur. Parfois, nous utilisons les mots bâtons, coupe-coupe (…). C’est un effet de langage. (….). Je ne regrette pas mes propos. Parce que rien n’est grave de tout ce que j’ai dit’’, soutient le député Sow.
 Walfadjri signale que le Front pour une révolution anti-impérialiste, populaire et panafricaine (FRAPP) compte déposer une plainte contre le député de l’Alliance pour la République (APR).
 Sud Quotidien s’intéresse à la situation en Casamance et se fait écho des propos de Robert Sagna qui affirme : ‘’La guerre est finie mais la paix reste à construire’’. M. Sagna est le président du Groupe de réflexion pour la paix en Casamance (GRPC).
 Le Soleil part à la découverte du petit Séminaire de Ngazobil et affiche en Une : ‘’Sur les traces de l’élève Senghor’’. Le journal rappelle que le président et poète Lépold Sédar Senghor a fréquenté le petit Séminaire de 1914 à 1922.

Magal et Covid : les révélation de Ahmet Khalifa Niass

Lorem Ipsum is simply dummy text of the printing and typesetting industry. Lorem Ipsum has been the industry’s standard dummy text ever since the 1500s, when an unknown printer took a galley of type and scrambled it to make a type specimen book. It has survived not only five centuries, but also the leap into electronic typesetting, remaining essentially unchanged. It was popularised in the 1960s with the release of Letraset sheets containing Lorem Ipsum passages, and more recently with desktop publishing software like Aldus PageMaker including versions of Lorem Ipsum.

Lorem Ipsum is simply dummy text of the printing and typesetting industry. Lorem Ipsum has been the industry’s standard dummy text ever since the 1500s, when an unknown printer took a galley of type and scrambled it to make a type specimen book. It has survived not only five centuries, but also the leap into electronic typesetting, remaining essentially unchanged. It was popularised in the 1960s with the release of Letraset sheets containing Lorem Ipsum passages, and more recently with desktop publishing software like Aldus PageMaker including versions of Lorem Ipsum.