PLAINTE CONTRE MAMOUR DIALLO : SONKO DÉBOUTÉ PAR LE DOYEN DES JUGES

Le Leader de Pastef Les Patriotes, Ousmane Sonko, n’a pas eu gain de cause. Sa plainte contre l’ex-Directeur des Domaines, Mamadou Mamour Diallo, a été rejetée par le Doyen des juges, Samba Sall.

Dans son ordonnance de refus rapportée dans la presse du jour, le magistrat instructeur a évoqué l’article 2 du Code de procédure pénale, stipulant que l’action assignée en réparation du dommage causé par toute infraction revient à ceux qui ont personnellement souffert de ce dommage. Ce qui n’est pas le cas de l’opposant, d’après le Doyen des juges. Autrement dit, Sonko n’a pas subi de préjudice ni direct ni personnel. Ainsi, Sonko n’a pas aucune qualité à agir.

Ce dossier est la suite du dossier des 94 milliards F CFA relatifs au titre foncier n°1451/R. Criant au scandale, l’opposant et député avait saisi la justice par une plainte avec constitution de partie civile, à l’encontre de l’ex-Directeur des Domaines, Mamour Diallo, l’homme d’affaires, Tahirou Sarr, et l’ex-Directeur du Cadastre, Meïssa Ndiaye, les accusant de détournements de deniers publics, entre autres.

Pour rappel, dans le même dossier, le rapport de la commission d’enquête parlementaire avait lavé à grandes eaux les mis en cause. C’est à la suite de ce revers que le patron de Pastef avait joint l’acte à la parole, portant plainte. Celle-ci est classée sans suite.

Déféré devant le procureur demain : « 10.000 problèmes » passe la nuit en garde à vue

Selon Libération , le rappeur Mouhamed Fall alias « 10.000 problèmes » a été formellement placé en position de garde à vue après son audition à la Division des investigations criminelles (Dic).

D’ailleurs, il va passer la nuit au commissariat du Plateau. C’est demain qu’il sera présenté au procureur de la République. Pour rappel, dans une vidéo largement partagée mercredi soir, le rappeur incitait les jeunes de la Médina à braver le couvre-feu.

DÉCÈS D’UN BÉBÉ À LA CRÈCHE “CIGOGNE BLEUE” : LE PROCUREUR SE SAISIT DU DOSSIER

L’affaire du bébé décédé à la crèche bleue le lundi dernier défraie la chronique. Mais l’enquête dans cette affaire avance à grand pas. Le procureur de la République est entré en action. La police de Dieuppuel, qui a bouclé ses auditions, a transmis le dossier au maître des poursuites. Lequel décidera de la suite à donner à cette affaire.

En effet, ce sont les parents du défunt bébé qui ont déposé la plainte. Ces derniers, réclamant justice, veulent savoir ce que leur enfant a mangé et est-ce qu’il a été secouru à temps. Le père du défunt, Magor Dia, joint au téléphone par Emedia, hier, lundi, émettait des doutes sur le rapport d’autopsie.

« Le problème, c’est qu’on a constaté que la police n’a pas fait le déplacement pour aller faire les constats d’usage. Il y a une certaine légèreté dans le traitement du dossier. C’est un enfant qui est décédé dans des circonstances non encore élucidées. Si on était dans un Etat de droit, la crèche allait être fermée en attendant les résultats de l’enquête. Or, la crèche n’est pas inquiétée », disait-il non sans faire savoir qu’on ne lui a pas remis le rapport de l’autopsie.

Première audience de la Chambre criminelle de Ziguinchor pour l’année 2020: De grosses affaires au menu des Juges

 La première session 2020  de la Chambre criminelle de Ziguinchor du Tribunal de Grande instance  va s’ouvrir  ce lundi 7 décembre avant de prendre fin le vendredi 11 décembre 20. Quatorze (14) affaires impliquant trente et un prisonniers sont inscrites au rôle. Quatorze dossiers concernant essentiellement des cas de meurtre, d’infanticide, assassinat, association de malfaiteurs et vol avec violence, viol suivi de mort… seront posés sur table des Juges.

La première audience de la Chambre criminelle de Ziguinchor pour l’année 2020 se tiendra du 7 décembre au 14 décembre 20 au 25 à la salle du Tribunal de Grande instance de Ziguinchor. La lettre ou la note des audiences de la présente audience a été rendue publique ce week-end par le Procureur de la République de Ziguinchor, Papa Ismaila Diallo. 

 Au menu, 14 affaires sont inscrites au rôle avec 31 accusés qui devront répondre des délits de meurtre, de coups et blessures volontaires ayant entrainés une incapacité de travail de 60, 21, 14, 10, 09 jours et d’ITT non déterminée, de détention illégale d’armes et actions ou rassemblements illicites ayant entrainé des violences et voies de fait ou des dommages matériels, d’association de malfaiteurs et trafic intérieur de drogue, d’association de malfaiteurs, d’assassinat et vol avec violences, de contrefaçon de signes monétaires, de charlatanisme et complicité, de trafic international de cocaïne, de détention de signes monétaires ayant cours légal en bande organisée et faux dans un document administratif, de viol suivi de mort et vol avec escalade, d’association de malfaiteurs et tentative de séquestration, d’association de malfaiteurs en vue du trafic de drogue, de trafic intérieur de drogue et contrebande, d’infanticide, de culture et trafic de drogue à haut risque du tableau I, d’association de malfaiteurs et trafic de chanvre indien, de trafic intérieur de drogue, de vol avec violence et usage d’arme et de détention et transport de drogues du tableau I en vue du trafic. 

C’est le sieur Hadramé Aidara placé sous mandat de dépôt depuis 2015 et les Abdou Karim Aidara, Fodé Diédhiou, Atab Aidara, Assane Aidara, Malaini Aidara, Mamina Aidara, Lamine Badji, Abdou Diatta et Boubacar Camara en liberté provisoire qui vont ouvrir le bal des accusés. Ils feront au ministère public pour répondre du délit de meurtre, de CBV ITT 60, 21, 14, 10, 09 jours et d’ITT non déterminée, de détention illégale d’armes et actions ou rassemblements illicites ayant entrainé des violences et voies de fait ou des dommages matériels. 

Des avocats ont été commis pour la défense des accusés devant l’avocat général, par le Procureur Papa Ismaila Diallo  qui sera suppléé par ses substituts Woula Faye, Pape Abdoulaye Thiam et Papa Yaya Barry .

Une première session de la Chambre criminelle de Ziguinchor au cours de laquelle, le délits de meurtre, d’assassinat, d’infanticide et trafic de drogue sont revenus en force et occupent une bonne partie des accusations.

Les 31 accusés vont être jugés par la Chambre dont le Président est le Magistrat Cheikh Diop qui sera assisté par ses deux assesseurs. Les autorités administratives, militaires et civiles de Ziguinchor pourraient marquer leur présence à la cérémonie solennelle d’ouverture qui aura lieu au Palais de Justice de Ziguinchor.