DIARY SOW, MEILLEURE ÉLÈVE DU SÉNÉGAL EN 2018, PORTÉE DISPARUE

Diary Sow, meilleure élève du Sénégal, en 2018 et 2019, est portée disparue. Selon plusieurs média sénégalais qui relaient l’information, l’étudiante à Louis Le Grand à Paris, n’a pas repris ses cours depuis la rentrée des vacances de Noêl. Elle est sans nouvelle depuis 5 jours.

Le Lycée où elle est en année de préparatoire a contacté la résidence où elle vit, à Lourcine, dans le 13e arrondissement de Paris, sans succès. L’étudiante sénégalaise aurait également quitté sa chambre.

L’ancien ministre de l’Education Serigne Mbaye Thiam, devenu son tuteur, depuis la disparition de père, est également sans nouvelles. Des recherches sont déjà entamées par le Service de gestion des étudiants sénégalais à l’étranger, rapporte-t-on.

LE SYNDICAT DES ENSEIGNANT DÉCHIRE LE PROGRAMME DE L’UNESCO

L’Organisation des Nations unies pour l’Education, la Science et la Culture (Unesco) a organisé, ce week-end, un séminaire pour faire valider un nouveau module articulé autour d’un programme « Education sexuelle et reproductive ».

Les concepteurs de ce programme onttenté de l’insérer dans le module « Santé de la reproduction », informe le journal L’As. Ce qui leur permettrait de ne pas être la cible des critiques acerbes dans un pays où la population reste intransigeante sur ce sujet.

En effet, dans l’entendement de l’Unesco la famille peut être constituée de deux personnes de même sexe qui ont la latitude d’adopter un enfant en cas de besoin. Jugeant cela comme une déconstruction des valeurs sociales et religieuses, les membres du G7 qui ont pris part à ce séminaire sont sortis de leurs gonds. Ils sont montés au créneau en exigeant une clarification du contenu. Les syndicalistes ont clairement dit qu’ils n’ont pas validé le programme. Après ce refus massif, le représentant de l’Unesco qui a dirigé les travaux n’a pas caché sa colère. « Je suis triste. Je n’ai pas eu autant de difficulté pour adopter un programme depuis que j’ai commencé », a-t-il soutenu pour le regretter.

VERS LA RÉGLEMENTATION DU “XAAR MAAT” DANS L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

De passage à l’Assemblée nationale pour le vote de son projet de budget, le ministre de l’Enseignement supérieur, Cheikh Oumar Anne a informé que 80% des enseignants qui interviennent, à titre de vacataire, dans les Établissements supérieurs privés sont recrutés par l’Etat et sont mensuellement payés. Ce qui, à son avis, n’est pas sans conséquence, notamment sur l’emploi du temps ainsi que sur la disponibilité de ces derniers dans le cadre de la direction des travaux de recherche dans les universités publiques.

C’est pourquoi, prévient-il, « le ministère s’est attelé à réglementer une telle situation de manière à ce que toute intervention dans le privé par ces enseignants soit préalablement soumise à la signature d’une convention tripartite entre le recteur, l’établissement privé et l’enseignant lui-même ».

En outre, Cheikh Oumar Anne considère que la problématique de l’enseignement supérieur ne saurait être réduite à des considérations exclusivement financières. D’autant plus que l’Etat est en train de payer sa dette à un rythme fort convenable. Ce, avec une volonté réelle de soutenir le secteur privé. « C’est dans cet esprit que l’Etat a continué de payer la dette due aux établissements privés, alors qu’il dispose de preuves irréfutables de la non liquidation de cette dépense », a souligné le ministre.

Il faut rappeler qu’au titre de l’année 2021, le projet de budget du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation est arrêté à 450 861 409 730 207 francs CFA en autorisations d’engagement à 239 407 275 175 francs CFA en paiements de crédits.

Saint-Louis : Mansour Faye annonce 500 millions pour la reconstruction de 5 écoles

Le maire de Saint-Louis a annoncé qu’un fonds de 500 millions de francs Cfa est prévu dans le cadre du Programme d’appui aux communes et agglomérations du Sénégal (PACASEN) pour la reconstruction de 5 établissements scolaires de la commune.

Mansour Faye a cité les écoles Charles Niang, Charles Le Gros, l’école Goxu Mbathie 1, Sandjiri Koné et Soukeyna Konaré.

S’exprimant lors d’une tournée au cours du week-end dans certains établissements scolaires en état de délabrement total, le maire a relevé que l’école Justin Ndiaye de Pikine est en train d’être reconstruite ’’sur financement de la commune à hauteur de 80 millions de francs Cfa’’.

Selon lui, le chantier sera livré d’ici le 5 novembre, avant l’ouverture des classes.

Le maire de Saint-Louis, accompagné de l’Inspecteur de l’éducation et de la formation (IEF) et des agents du service technique de la commune, a indiqué que ’’plus de 30 écoles publiques nécessitent soit une réhabilitation ou une reconstruction’’.

Il a annoncé qu’un mécène s’est engagé à réhabiliter l’école Khayar Mbengue dont les travaux vont démarrer incessamment.

’’Nous avons un objectif de réhabiliter l’ensemble des écoles délabrées de la commune, avec l’appui de l’Etat, par le PACASEN’’, a t-il déclaré.