LGBT FRANCE TRAINE DES MARABOUTS DE TOUBA DEVANT L’UE

À Touba on ne badine pas avec les actes contre-nature. C’est la raison pour laquelle, rappelle « Les Echos », la Sainatoul Amane traquent ceux qui transgressent les interdits de Serigne Touba, parmi lesquels les homosexuels.

Ainsi, à quelques jours du Magal, les éléments de Safinatoul Aman avaient surpris un présumé homosexuel au quartier Guédé à Touba. Ainsi, il a été filmé et bastonné par les éléments de la Dahira. Un mois après, le collectif français Association d’aide, de défense homosexuelle, pour l’égalité des orientations sexuelles et de défense des LGBTQ s’en est mêlée. Il a saisi le ministre français de l’intérieur pour qu’il interdit les déplacements en Europe de Serigne Cheikh Lo Ngabou, chef de cette police religieuse.

RECRUDESCENCE DES CAS IMPORTÉS : LES INQUIÉTUDES DE DIOUF SARR

Une baisse des cas positifs du coronavirus est constatée depuis quelques jours. Des résultats encourageants qui ne devraient pas pousser à baisser la garde. Autrement dit, la mobilisation pour booster cette maladie hors du territoire sénégalais doit être toujours de rigueur. Ce, surtout que, malgré la tendance baissière, il y a une persistance des cas importés enregistrés au niveau de l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass. Des cas importés qui inquiètent de plus en plus le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr. Qui, face à la presse après le bilan de la situation du jour, a révélé que sur la période allant du 1er au 19 octobre 2020, 91 cas importés ont été enregistrés sur un total de 440 cas positifs soit un taux de 22%. Mieux, ajoute-t-il, sur les deux derniers jours, 25 cas importés ont été notés sur les 41 cas positifs soit un taux de 61%.

« La durée de validité du test RT-PCR COVID-19 ramenée à 5 jours »

Cette situation, renseigne le ministre, interpelle principalement les voyageurs et les compagnies qui les transportent. D’ailleurs, le 13 octobre dernier, le ministre des Transports aériens avait pris une circulaire pour préciser les conditions sanitaires d’embarquement des passagers à destination du Sénégal. Mais, cette mesure, quoique salutaire, n’a pas permis une évolution favorable de la situation à l’entrée aux frontières aériennes. C’est du moins le regret d’Abdoulaye Diouf Sarr. Il rassure que les deux départements prendront les dispositions idoines afin que ladite circulaire soit d’application immédiate et permettre ainsi de mettre fin à l’importation de cas de Covid-19. Dans le même sillage, le ministre de la Santé et de l’Action Sociale indique qu’outre la durée de validité du test RT-PCR COVID-19 qui est actuellement fixée à 7 jours sera ramenée à 5 jours.

COVID-19 : 2 NOUVEAUX DÉCÈS ET 14 NOUVELLES CONTAMINATIONS

 Le Sénégal a enregistré au cours des dernières 24 heures deux nouveaux cas de décès liés au COVID-19 et 14 nouvelles contaminations, a-t-on appris lundi du ministère de la Santé et de l’Action sociale.
Sur 829 tests virologiques réalisés, 14 se sont révélés positifs, à savoir trois cas contacts suivis par les services sanitaires, sept cas importés enregistrés à l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass (AIBD) et quatre cas relevant de la contamination dite communautaire, a indiqué le directeur de la Prévention, docteur El Hadj Mamadou Ndiaye. Les cas communautaires ont été signalés à Dakar (Plateau, Ouest Foire et Yoff) et à Matam, a précisé le docteur Ndiaye, à l’occasion du point quotidien consacré à la maladie à coronavirus. Il a de même indiqué que 51 patients hospitalisés ont été contrôlés négatifs et déclarés guéris, ajoutant que cinq cas graves sont pris en charge dans les services de réanimation. Le Sénégal comptabilise désormais 15.432 cas de coronavirus, dont 13.865 guéris, 319 décès et 1.247 sous traitement, selon le directeur de la Prévention.

LA POLITIQUE DICTE SA LOI DANS LES QUOTIDIENS

Les confidences politiques du chef de l’Etat aux députés de la majorité qu’il rencontrait ce week-end font le menu de plusieurs quotidiens parvenus lundi à l’APS, qui s’intéressent de même à la présidentielle guinéenne. Le président Sall ‘’a reçu samedi dernier, au palais [de la République], les députés de la majorité. Les discussions ont porté sur plusieurs points’’, dont le renouvellement du bureau de l’Assemblée nationale, rapporte L’Observateur. ‘’Sur ce point, le chef de l’Etat a évoqué le départ de son ‘ami et frère’ Moustapha Cissé Lô de l’Assemblée nationale et confie perdre des amis au cours des changements ou remaniements’’, écrit le journal. ‘’Abdou Mbow a été promu premier vice-président de l’Assemblée nationale pour ‘renforcer la jeunesse’, et Moustapha Cissé Lô ‘reste un ami et un frère’. Tels sont, entre autres, les propos de Macky Sall, qui recevait samedi les députés de la majorité’’, rapporte le journal Le Quotidien. L’As évoque une ‘’rencontre mouvementée, marquée par la ‘rébellion’ avortée du député-maire de Vélingara (sud)’’ et ‘’le cas Moustapha Cissé Lô, qui serait rentré à nouveau dans les bonnes grâces du chef de l’Etat’’. ‘’Face à ses députés, les élus de la coalition BBY, Macky Sall a tressé des lauriers à l’équipe d’Aymérou Gningue. Le patron de l’APR, pour ne fâcher personne, a même rappelé que Cissé Lô, défenestré, reste tout de même son ami et frère’’, commente le quotidien Kritik’. ‘’Mais, ajoute ce journal, le chef de l’Etat a omis de renvoyer l’honorable Dembeurou [Sow] paître ses vaches à Ranérou’’, une allusion faite à ce député originaire du Ferlo (nord), qui a appelé à des représailles contre les opposants à un éventuel troisième mandat de Macky Sall. Pour Kritik’, une réaction du président suffisait ‘’pour fermer cette parenthèse sabrée de notre vie politique. Mais en zappant la question, on peut bien croire que [le président de la République] fait la sourde oreille, ou, piqué par l’élan partisan, il a omis de séparer la bonne graine de l’ivraie’’. ‘’Je n’aime pas les remaniements….parce que je perds des amis… Cissé Lô est mon ami’’, a commenté le chef de l’Etat, selon Tribune. Les quotidiens évoquent également d’autres sujets. Abdou Mbow, tout nouveau premier vice-président de l’Assemblée nationale, ‘’dit ses vérités’’ dans un entretien accordé à Vox Populi. Le député assure que le chef de l’Etat ‘’est droit dans ses bottes et travaille à faire émerger’’ le Sénégal. Il ajoute que la question d’un troisième mandat pour Macky Sall ‘’est une diversion qui n’intéresse que ceux qui l’agitent’’. ‘’Troisième mandat à tout prix’’, écrit EnQuête, concernant les élections présidentielles en Guinée et en Côte d’Ivoire dont les présidents, Alpha Condé et Alassane Ouattara, comptent rempiler à la tête de leur pays. ‘’En Côte d’Ivoire, la crise et les violences prennent une tournure ethnique’’, en attendant la présidentielle prévue le 31 octobre, pendant que l’élection en Guinée s’est déroulée dimanche ‘’malgré quelques heurts et irrégularités’’, souligne EnQuête.  ‘’Les observateurs redoutent l’impasse dans les jours à venir’’ en Guinée, même si Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo ‘’ont salué le bon déroulement’’ du vote, ajoute le même journal. ‘’Qui portera le coup fatal ?’’ à l’autre, s’interroge WalfQuotidien en parlant du président guinéen sortant et de son principal adversaire. Un opposant pouvant en cacher un autre, WalfQuotidien évoque l’ancien maire de Dakar, qui passait pour être l’un des adversaires les plus sérieux de Macky Sall, avant ses ennuis judiciaires. ‘’Khalifa, le retour à la marche forcée’’, écrit le même journal. ‘’Présent à l’inauguration du complexe sportif Patrick Sémédo, samedi dernier, le maire révoqué de Dakar n’a pas pris la parole. Toutefois, Khalifa Sall a été l’invité le plus en vue, aussi bien dans le discours de son successeur à la mairie de Dakar, qui n’a pas tari d’éloges à son égard, que du maire de Mermoz Sacré-Cœur, un de ses proches collaborateurs et lieutenants dans la coalition Taxawu Ndakaru’’. Sud Quotidien estime que le tourisme local est en ‘’mal de… promotion’’. Mesmin Koulet-Vickot, nouveau représentant du Fonds monétaire international à Dakar, juge, selon des propos relayés par Le Soleil, que les objectifs de croissance du Sénégal sont ‘’ambitieux, mais pas irréalistes’’.

Amadou Hott conseille à Aliou Dembourou Sow de « présenter des excuses »

Le Ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott juge regrettable les propos tenus par le député Aliou Dembourou Sow. Il l’invite à présenter des excuses au sénégalais.

«C’est regrettable. Et connaissant Aliou Dembourou Sow, je peux espérer qu’il est en train de regretter ses propos. Le Senegal est une nation unie, et nous n’avons pas besoin de ce genre de propos. », a déploré Amadou Hott dans l’émission Grand Jury de la RFM.

Pour rappel, dans une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux, le député Aliou Dembourou Sow avait invité ses parents peulhs à prendre des machettes pour défendre une troisième candidature de Macky Sall.

Le Ministre des Sports au chevet de Mbaye Gueye, le premier Tigre de Fass

« Le Ministre des Sports, Monsieur Matar BÂ, en partance pour Moscou où il doit prendre part à la  première réunion de la COP7 pour la lutte contre le dopage dans le sport, a envoyé des émissaires auprès des responsables de l’écurie de Fass, pour s’enquérir de l’état de santé du premier Tigre de Fass, Mbaye Gueye », annonce un communiqué du Ministère des Sports. Et d’ajouter : « Au nom du Ministre des Sports, Matar Bâ, les émissaires ont remis au président de l’écurie de Fass, Abass NDOYE, la somme d’un million de nos francs pour la prise en charge des frais médicaux de Mbaye Gueye, victime d’un AVC depuis quelques semaines », précise-t-il, indiquant que « ce geste très apprécié par les proches du lutteur qui n’ont pas manqué de magnifier ce soutien du ministre des sports qui n’est pas le premier à l’endroit l’ancien champion de lutte. »

Campagne présidentielle sous fond de tension en Côte d’Ivoire

Samedi, la maison de Pascal Affi N’Guessan, leader de l’opposition et candidat à la présidentielle, a été incendiée par des inconnus dans sa ville natale de Bongouanou.

Son service de communication a confirmé l’incident. La BBC s’est entretenue avec des habitants qui ont été témoins de dégâts importants et ont déclaré que plusieurs personnes avaient été blessées.

Les banques et autres entreprises publiques et privées ont fermé. Vendredi, Pascal Affi N’Guessan et d’autres leaders de l’opposition ont réitéré leurs appels à la « désobéissance civile », pour protester contre le troisième mandat de l’actuel président Alassane Ouattara.

Henri Konan Bédié, Kouadio Konan Bertin ainsi qu’Alassane Ouattara et Pascal Affi N’Guessan sont les principaux candidats à l’élection présidentielle prévue le 31 octobre prochain.

Le seul candidat de l’opposition à faire une timide campagne est l’ancien député Kouadio Konan Bertin dit KKB.

L’appel au boycott total du processus électoral des deux principaux candidats de l’opposition a été lancé au premier jour officiel de la campagne.

Pour de nombreux observateurs, cet appel fait craindre des troubles politiques majeurs en Côte d’Ivoire.

Pascal Affi N’guessan et Henri Konan Bédié ne se retirent pas pour autant du processus électoral dont ils appellent au boycott.

« Nous sommes candidats, nous maintenons notre candidature, nous voulons gagner les élections mais il y a des obstacles sur la voie et nous nous battons pour lever ces obstacles » a indiqué vendredi Pascal Affi N’guessan.

Les violences électorales qui ont eu lieu lors de la première prise de fonction du président Ouattara en 2010 ont fait 3 000 morts et un demi-million de personnes déplacées.

LUTTE : MBAYE GUEYE HOSPITALISÉ

L’état de santé du 1er Tigre de Fass inquiète. Victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC) depuis plusieurs mois, l’ancien lutteur Mbaye Gueye est hospitalisé dans une clinique de la place. Sunu Lamb a appris la nouvelle de l’épouse du malade. « Sa partie gauche est complètement paralysée, et il est cloué sur une chaise roulante ».

Déjà, il peut compter sur le monde de la lutte. « Quand je recevrais mon avance, je promets de donner 500 000 F CFA à Père Mbaye Gueye pour les besoins de ses soins », avait déclaré Balla Gaye 2, lors de la cérémonie de signature de contrat face à Bombardier.

FONCTION PUBLIQUE : 7000 ASP RECRUTES À PARTIR DE JANVIER 2021

La première génération des agents d’assistance à la sécurité de proximité (ASP), forte de 7 000 hommes, en 2014, va intégrer la Fonction publique dès janvier prochain. Ils vont ainsi en finir avec le volontariat pour être déployés dans les différents services de l’État.

L’annonce a été faite au cours d’un atelier de réflexion sur l’insertion des ASP en fin d’engagement, qui s’est tenu hier vendredi, à Mbour. « L’engagement légal de ces ASP arrive à terme en décembre 2020. C’est la raison fondamentale pour laquelle nous sommes là pour réfléchir sur l’insertion de ces ASP. Et qui ont été recrutés pour renforcer le dispositif sécuritaire géré par les forces régaliennes mais également pour donner une opportunité à une bonne masse de jeunes dans une situation de sous-emploi la possibilité de participer à la construction du pays », explique Biram Faye, le directeur général de l’ASP.

Présent à la cérémonie, Moussa Sy, le maire des Parcelles Assainies, approuve, soulignant qu’aujourd’hui, il faut avec le ministère de l’Intérieur, et avec la volonté politique du chef de l’État, « mettre en place la police municipale. »

La police et la gendarmerie seront également servies puisque 3000 agents déployés dans les services du ministère de l’Intérieur dans le but de renforcer la sécurité. D’ailleurs, des ASP ont réussi au concours d’entrée au sein de la police et de la gendarmerie.

SERVICE DE LA DETTE : LE SÉNÉGAL OBTIENT UN REPORT DE SIX MOIS

Le Sénégal, à l’instar de 76 autres pays, vient de bénéficier d’un avantage considérable sur le plan économique. En effet, depuis le 14 octobre 2020, le G20 et le Club de Paris ont décidé de prolonger de 6 mois l’initiative de suspension du service de la dette, qui devrait arriver à terme le 31 décembre 2020.

Mais avec la crise économique et sanitaire qui sévit dans le monde, les pays les plus industrialisés et le Club de Paris ont jugé nécessaire de laisser souffler les pays, bénéficiaires de cette dette, à supporter le poids de la pandémie. L’objectif visé est de leur permettre à faire face aux besoins de financement dans le cadre de la lutte contre la crise sanitaire. Parce que, la pandémie exige beaucoup de dépenses au plan sanitaire comme l’achat des équipements, des tests…

Avec ce report, le Sénégal aura la possibilité de réaliser des marges budgétaires. Mais, estime le journaliste, spécialiste des questions économique, Abdou Diaw, à long terme, cela pourrait lui apporter des difficultés. « Ça pourrait être un avantage, certes, mais à long terme, il devient un handicap lorsque ces pays feront face à d’autres chocs exogènes. Et les agences de notation deviennent plus regardantes et surveillent de tout près ces Etats sur leur capacité de remboursement », renseigne Abdou Diaw.