Covid-19: le Sénégal cité en exemple par une revue américaine pour sa gestion de la crise

Dans une étude publiée par Foreign Policy, le Sénégal est classé deuxième sur 36 États passés au crible pour sa gestion de la crise du coronavirus. Le magazine américain a élaboré un « indice de réponse mondial Covid-19 » pour suivre les politiques de riposte des gouvernements face à la pandémie.

Avec notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac

Derrière la Nouvelle-Zélande mais devant le Danemark, l’Islande, la France ou les États-Unis, relégués à la 31e place, le Sénégal a mis sur pied une riposte efficace, selon l’étude de Foreign Policy, basée sur une batterie de critères. Politique de tests, rapidité des résultats, soutien financier aux ménages, isolement des cas suspects, contrôle des frontières, ou encore communication claire.

Le Sénégal enregistre 293 décès liés au coronavirus, et 14 150 cas confirmés au total à ce jour, jeudi 11 septembre. Le président Macky Sall s’est félicité de ce classement, qui reste toutefois partiel. Sur le continent africain, seuls cinq États sont pris en compte.

« La bataille n’est pas gagnée »

Foreign Policy a fait une sélection de pays riches, émergents et en voie de développement sur la base de données disponibles, recueillies entre le 31 décembre et le 1er août.

Les autorités sanitaires sénégalaises ne cessent de le rappeler : la bataille n’est pas gagnée. Mais cette étude « met du baume au cœur », selon le docteur Abdoulaye Bousso. Le directeur du Centre des opérations d’urgences sanitaires met en avant l’expérience du Sénégal en matière de lutte contre les épidémies, Ebola notamment, et une bonne préparation avant le premier cas déclaré le 2 mars dernier.

Magal 2020 : Ousmane Sonko révèle enfin le nom de son marabout, il est mouride

A ses débuts, Ousmane Sonko avait vite fait de recevoir l’étiquette d’un salafiste. Ce débat a perdu de l’épaisseur mais sera grandement anéanti auprès des plus sceptiques à la vue de la vidéo ci-dessous. En effet, il y est révélé que le leader de Pastef/Les Patriotes est un talibé mouride. Il a porté allégeance auprès de Borom Darou, Mame Thierno Ibrahim Mbacké. La révélation est de Serigne Mame Thierno Mbacké devant Ousmane Sonko, lui-même.

Sidiki Diabaté envoi une lettre depuis la prison

Alors que depuis le début de l’affaire de « violences et séquestrations » nous n’avons eu droit qu’au silence de l’artiste malien, Sidiki Diabaté, celui-ci vient enfin d’inverser la tendance en adressant un message à ses fans, proches et connaissances. Si tout dernièrement, il affirmait, dans un audio enregistré par l’un des membres de son staff, n’avoir aucun regret, ce message est l’occasion pour lui de présenter ses sincères excuses au public.

« Je salue tous mes fans, toute ma famille et tous mes amis. Je vous présente mes excuses pour ceux qui ont été blessés par les événements récents », dixit l’artiste qui ne fait pas que s’excuser dans son message.

Sidiki Diabaté profite de l’audience que lui offre son message pour s’expliquer, se confier à Dieu et clamer son innocence. « La situation n’est pas facile ici mais je tiens. Je mets toute cette histoire dans la main de Dieu, car lui seule pourra me blanchir ». Voilà qui surprend énormément surtout quand on sait que depuis le début de sa descente aux enfers, Sidiki Diabaté n’a, à aucun moment, rejeté les accusations qui pèsent contre lui.

Mieux, loin de s’arrêter en si bon chemin, l’artiste va jusqu’à tenir des propos qui le font passer pour la victime. Ainsi, comme on peut le lire clairement dans la publication récente de Statut TV wed, le prince de la Kora déclare : « je demande à tous mes fans de ne ressentir aucune haine aucun mal contre Mamasita, cette fille en temps normal ne souhaiterait jamais me faire du mal. 7ans de relations nous avons partagé les meilleurs moments et aussi des dures périodes ».

Pour lui, « elle a été manipulée, car la femme est fragile, montée contre moi pour me nuire et briser ma carrière ». Il poursuit son plaidoyer : « J’ai toujours été un artiste qui prône le pardon, l’amour et la paix autour de moi. Alors, je ne veux qu’aucun mal soit fait à Mamasita a cause de moi. »

Le moins que nous puissions dire, c’est que le présumé auteur de violences et séquestration sur la personne de Mariam Sow alias Mamasita ne semble pas très inquiété par la situation dans laquelle il se trouve. « Je m’en sortirai j’ai confiance en la justice, j’ai confiance aux bénédictions de mes parents et de mes fans. Je reste toujours le Vladimir Poutine de la musique. Je vous aime tous Sidiki Toumani Diabaté, depuis ma cellule de la maison centrale d’arrêt ». C’est sur ces propos qu’il termine sa lettre. En attendant que la lumière soit faite sur cette affaire.

1 18 19 20